Appel à contributions : « Pour une histoire des communautés transsahariennes aux époques médiévale et moderne »

Appel pour un dossier thématique de la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire à paraître en 2021/2022

Appel

Un espace connecté et connectant : voici ce qui paraît être la conclusion principale du récent renouveau des études sur l’aire sahélo-saharienne. Depuis une vingtaine d’années, une génération d’historiens et d’anthropologues s’attache à revisiter le vieux dossier du commerce transsaharien en explorant de pistes nouvelles et, surtout, en élargissement le questionnaire vers une réflexion plus globale sur la mobilité entre les deux Afriques. La publication, en 2009, du livre de Ghislaine Lydon On Trans-Saharan Trails en constitue sans doute l’illustration la plus emblématique, aussi par les échos que l’ouvrage a suscités en dehors du champ des études africaines. En s’appuyant sur une multitude de sources endogènes, l’historienne américaine a, d’un côté, fait ressortir l’importance du droit islamique et de l’érudition musulmane en général pour le développement de structures institutionnelles sur lesquelles ont reposé les échanges à grande distance. De l’autre, elle a mis en exergue une remarquable circulation de pratiques culturelles qui contredit la conception traditionnelle du Sahara comme un espace frontière séparant le Maghreb et le Sahel. En filigrane de cette approche holiste s’est dessiné le rôle clé joué par des communautés transsahariennes unis par la référence à une origine géographique et/ou généalogique partagée, qui correspond souvent à l’une des régions oasiennes du Sahara : l’Oued Noun, les ksour mauritaniens, le Touat, le Mzab ou encore Ghadamès en Lybie. Ces communautésntranssahariennes et leurs réseaux ont également été étudiés pour le cas du Sahara central au XXe siècle par l’anthropologue Judith Scheele dans Smugglers and Saints of the Sahara paru en 2012. Son analyse des mécanismes micro-organisationnels à travers lesquels se déploient les activités de groupes de commerçants et de contrebandiers entre le Sud algérien et le Sahel laisse entrevoir des schèmes d’intégration territoriale au sein desquels la mobilité intervient comme un élément de stabilisation de relations entre une pluralité de mondes socioculturels : ceux des ksouriens du Touat, ceux des populations pastorales de l’Azaouad et du monde touareg, enfin ceux des habitants de la Boucle du Niger.

Ce numéro thématique aspire à prolonger les débats autour des communautés transsahariennes comme facteur d’intégration territoriale en adoptant une perspective de longue durée. De fait, les études auxquelles nous venons de faire référence se situent dans un espace chronologique qui reste grosso modo celui de l’histoire coloniale ou de son prélude. La richesse de sources endogènes disponibles pour la période entre le XVIe et le XVIIIe siècle nous encourage toutefois à remonter plus loin dans l’étude de ces communautés et de leurs réseaux. Les activités d’un groupe de marchands transsahariens comme celui des Zajlāwī-s du Touat étudiés par Judith Scheele s’aperçoivent, par exemple, déjà dans les recueils de jurisprudence locaux du XVIIIe siècle, tout en articulant des enjeux et des formes de solidarité communautaire sensiblement différents. De même, le dynamisme remarquable de ces dernières années nous incite à poser de nouvelles questions à propos des protagonistes des échanges entre le Maghreb et le Sahel au Moyen Âge, en particulier en ce qui concerne le rôle des réseaux ibadites. À vrai dire, les communautés spécialisées dans la création et la perpétuation de liens entre les différentes parties du Sahara et le Sahel constituent une constante de l’histoire de l’Ouest africain.

Notre objectif est d’aboutir à une première vision d’ensemble du rôle social et culturel de ces communautés transsahariennes qui ne saurait être réduit à la seule question du commerce caravanier. Les contributions devraient alors appréhender le rapport entre mobilité transsaharienne et construction communautaire dans toute sa complexité. Il s’agit certes de se pencher sur l’évolution des différents réseaux de marchands, mais aussi de mettre en relief d’autres réseaux transsahariens dans lesquels une spécialisation professionnelle s’articule avec des représentations identitaires collectives. Nous y songeons, par exemple, à l’expansion de lignagers chérifiens dans l’Ouest saharien ou encore à l’ascension de la confédération des Kounta entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Enfin, l’histoire de ces communautés transsahariennes est intrinsèquement liée à l’histoire des centres urbains des confins sahélo-sahariens comme Tombouctou, Djenné, Oualata ou Agadez, dont l’histoire avant 1800 demeure largement sous-étudiée. De l’étude de ce type de réseaux communautaires pourrait ainsi émerger de nouvelles manières d’aborder la question du facteur lignager dans l’organisation sociale des sociétés sahariennes et de leurs prolongements sahéliens, de même qu’elle permettra d’écrire une histoire from below des circulations dans le grand désert en dehors du prisme du long XIXe siècle.

Coordination

Ce dossier est coordonné par Ismail Warscheid (IRHT/CNRS, Université de Bayreuth).

Calendrier

Les propositions d’articles sont à envoyer sous la forme d’un résumé, en français, en anglais ou en arabe, d’environ 500 mots, à ismail.warscheid[@]irht.cnrs.fr ou ismail.warscheid[@]uni-bayreuth.de pour le 30 septembre 2020.

Les articles définitifs seront à rendre pour le 1er mars 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search