Mégalithes d’hier et d’aujourd’hui en Éthiopie,

Roger Joussaume  et Jean-Paul Cros , Mégalithes d’hier et d’aujourd’hui en Éthiopie, Arles, Errance, Hespérides, 2017, 270 p.

« Reconnues par quelques explorateurs dès la fin du XIXe et surtout au début du XXe siècle, l’étude des milliers de stèles dressées que compte le sud de l’Éthiopie a véritablement débutée avec l’inventaire de la Mission française d’archéologie à Addis-Abeba dans les années 1975- 1980 (Anfray 1982). Depuis 1981, les auteurs ont entrepris des recherches plus précises sur le sujet par la fouille de quatre sites :
– Tiya, dans le Soddo, site à stèles gravées d’épées et de symboles liés à la représentation humaine, chaque stèle marque l’emplacement d’une tombe ;
– Ofa Séré, dans le Wolayta, groupe de stèles phalliques décorées liées à un habitat en éperon ; elles apparaissent ici comme des marques territoriales.
– Tuto Fela, en pays Gédéo, tumulus de pierres, hérissé de stèles  anthropomorphes liées à des tombes aménagées dans le cairn. Le tumulus est édifié au-dessus d’un ancien cimetière constitué de puits creusés dans le sol au fond desquels le corps était déposé. Ces tombes étaient marquées par des stèles phalliques.
– Chelba-Tutitti,  en pays Gédéo, site où devaient se dresser près de 1500 stèles phalliques, certaines atteignant 6 à 8 m de hauteur. Sur une hauteur à plus de 2000 m d’altitude, ces pierres dressées paraissent liées à un tumulus primaire supportant une centaine de stèles et recouvrant une fosse qui dut contenir un personnage important longtemps vénéré.
Les datations obtenues pour ces différents sites indiquent une utilisation entre le XIe et le XIVe siècle de notre ère, moment où l’Islam et le Christianisme pénétrèrent dans la région modifiant les cultures et les traditions.
Des peuples du sud, les Konso et les Gewada en particulier, élèvent, de nos jours encore, des pierres sur les tombes de certains personnages méritants. Leur étude permet un éclairage particulièrement intéressant sur ceux qui dressèrent des pierres 600 à 1000 ans plus tôt.

Lien vers le site de l’éditeur


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *