Le déni de l’écrit : Luttes de pouvoir et élaboration de versions concurrentes de l’histoire du Buganda

Cette séance est annulée pour cause de grève dans les transports et sera reportée au mois de février 2020

Dans le cadre du séminaire “Monuments et Documents de l’Afrique ancienne : recherches en cours en histoire, histoire de l’art et archéologie” animé par Claire Bosc-Tiessé (INHA), Amélie Chekroun (CNRS, Irémam), Marie-Laure Derat (CNRS, O&M), Anaïs Wion (CNRS, Imaf), Henri Médard (IMAF, Université Aix-Marseille) présentera le 11 décembre 2019 à 9h30 : « Le déni de l’écrit : Luttes de pouvoir et élaboration de versions concurrentes de l’histoire du Buganda »la séance du 11 décembre 2019 (Campus Condorcet, Bât. Recherche Sud, salle 3.122 (3è étage))

Les enquêtes orales au Buganda (dans le centre de l’Ouganda) recueillent aujourd’hui une version du passé ancien très différente de celle mise par écrit et publiée en luganda dans les années 1890-1910. Ces différentes versions de l’histoire du royaume ne reflètent pas la cohabitation de sources issues de l’élite de cour, convertie au christianisme, qui s’opposerait à une mémoire plus populaire, clanique et païenne. Les discours récents sur le passé ancien du royaume du Buganda reflètent les luttes politiques intenses des années 1920. Ils reflètent la mobilisation des populations des îles et des rivages du lac Victoria, qui souffrent particulièrement durant la période coloniale. S’ils portent une mémoire historique ancienne, c’est celle des gens du lac par opposition au reste de la population plus terrienne. Cette version de l’histoire antagoniste à la première se diffuse à l’ensemble de la population à travers les mobilisations successives de l’opposition politique des années 1920-1940 pour devenir hégémonique aujourd’hui.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.