Afriques, n°09 | 2018 : Sillages de la peste noire en Afrique subsaharienne : une exploration critique du silence

Black Death and its aftermaths in Sub-Saharan Africa: A critical exploration of silence

Vient de paraître, sous la direction de Gérard Chouin (Collège de William et Mary, Williamsburg, USA).

En libre accès : https://journals.openedition.org/afriques/2084

En 1347, les régions occidentale et méditerranéenne de l’Ancien Monde enregistrèrent les premières flambées de peste qui marquaient le retour de cette maladie mortifère. Elle allait de nouveau faire sentir sa douloureuse présence durant plusieurs siècles. Connue sous le nom de deuxième pandémie de peste – une zoonose due à la bactérie Yersinia pestis – elle faucha entre un tiers et la moitié de la population, sans trop d’égards pour la fortune et le rang social. Elle transforma profondément toutes les facettes des sociétés, provoquant guerres, violences et pogroms, testant la flexibilité des religions, hiérarchies et traditions, et exacerbant les ambitions.

Bien que la peste soit couramment associée à la notion globalisante de ‘pandémie’, les connaissances historiques concernant la poussée de Peste Noire initiale et les nombreuses flambées qui s’ensuivirent sont, pour l’essentiel, limitées à l’Europe occidentale et au pourtour méditerranéen. Dans ces régions, une élite lettrée s’appliqua à produire un impressionnant corpus documentaire qui a nourri la longue et florissante tradition heuristique des études sur la peste. Si, comme le suggère l’historienne Monica Green, le concept de pandémie doit être pris au pied de la lettre, alors il nous faut inclure dans le champ des études sur la peste les nombreuses parties de l’Ancien Monde jusque-là non représentées, à commencer par l’Afrique sub-saharienne. Il nous faut reconnaître que parmi ces sociétés, celles qui ne pratiquaient pas « l’art de réduire la parole en formes graphiques » – pour reprendre l’expression de Jack Goody – purent elles aussi faire l’expérience de cette brutale mortalité et de sa radicale puissance transformative, sans pour autant en conserver des traces spécifiques, durables et organisées.

Du même coup, il nous faut aussi reconnaître que toutes les sociétés ayant eu l’art d’écrire en commun ne le pratiquèrent pas à l’unisson, et ne produisirent donc pas forcément des catégories d’archives documentaires comparables. Les différences culturelles affectent la nature de cette archive documentaire, comme l’illustrent les pratiques de l’écrit en Nubie médiévale ou en Éthiopie. L’invisibilité ou la visibilité très limitée de la peste dans les sources est donc un défi pour les historiens et une invitation à peine déguisée à accepter l’absence de preuves pour preuve d’absence. Ce numéro est une tentative de résistance aux sirènes de la facilité, de contestation face au peu de curiosité que suscite la question de la peste dans l’historiographie de l’Afrique sub-saharienne. Il s’agit de poser les fondations d’une stratégie de pensée qui soit résolument interdisciplinaire et comparatiste.

La question de la peste ne doit pas demeurer une note de bas de page de l’histoire de l’Afrique. Si la peste eu pour les sociétés africaines ne serait-ce qu’une fraction de l’impact qu’elle eut dans les recoins documentés de l’Ancien Monde, alors il se pourrait que nous ayons manqué ou mal interprété des processus de changement fondamentaux qu’elle implique. Écririons-nous l’histoire de l’Occident ou des rivages méditerranéens comme nous le faisons aujourd’hui si nous ignorions que la peste fut ?

Il est ainsi proposé des chemins multiples, critiques et cumulables —mais non pas exhaustifs — pour lire et relire les sources traditionnelles et moins traditionnelles de l’histoire de l’Afrique à la lumière encore faible mais déjà persistante des traces de crises sociétales en lien avec la deuxième pandémie. Au-delà de la présentation de fragments de preuve, il s’agit surtout de préparer le lecteur à la découverte des trois articles innovants qui explorent à la suite les sources archéologiques, documentaires et génomiques possibles de la peste en Afrique.

Sommaire

Reflections on plague in African history (14th–19th c.)
Penser la peste dans l’histoire de l’Afrique (XIVe-XIXe s.)
Gérard Chouin

Recognizing plague epidemics in the archaeological record of West Africa
Identifier des épidémies de peste par leur empreinte archéologique en Afrique de l’Ouest
Daphne E. Gallagher et Stephen A. Dueppen

Du lexique aux talismans : occurrences de la peste dans la Corne de l’Afrique du XIIIe au XVe siècle
From the lexicon to talismans: Occurrences of the plague in the Horn of Africa from the 13th to the 15th century
Marie-Laure Derat

Putting Africa on the Black Death map: Narratives from genetics and history
Placer l’Afrique sur la carte de la peste noire : apports de la génétique et de l’histoire
Monica H. Green


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.