La refondation d’une cité swahili à Witu. Écriture de l’histoire et légitimation du pouvoir au nord de la côte est-africaine (1812-1895)

Clélia Coret, La refondation d’une cité swahili à Witu. Écriture de l’histoire et légitimation du pouvoir au nord de la côte est-africaine (1812-1895), thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2016.

Cette thèse a reçu le prix d’histoire sociale Mattei Dogan 2017 de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.

La côte est-africaine au XIXe siècle

Située à la croisée de trois champs historiographiques – sur l’aire swahili, les contacts avec les Européens avant la colonisation et l’écriture de l’histoire – cette thèse analyse les dynamiques politiques et sociales qui ont sous-tendu un processus d’écriture de l’histoire sur la côte est-africaine au XIXe siècle. Au début du siècle, le départ d’une partie de la dynastie nabahani de la cité-État de Pate (archipel de Lamu), puis la fondation sur le continent adjacent d’une cité à Witu vers 1862 et enfin sa destruction par les Britanniques en 1890, forment la structure chronologique de cette recherche, afin d’analyser les rouages de la légitimation d’un pouvoir fragilisé à travers les usages de l’écrit et l’instrumentalisation du passé. À cette fin, des sources variées, émanant de fonds situés en Europe et en Afrique ont été exploités : des archives diplomatiques et missionnaires1, des sources imprimées (littérature de voyage, chroniques et traditions swahili, articles de journaux), des cartes, des documents iconographiques, ainsi que des entretiens oraux menés sur la côte kenyane. La diversification des matériaux a répondu à un double enjeu méthodologique : contourner le biais de sources plus enclines à témoigner de la présence européenne et en extraire ce qui avait trait à l’écriture du passé de la dynastie à Witu.

S’intéresser à l’écriture de l’histoire dans cet espace continental, aux marges du monde swahili et aux confins des actuels Kenya et Somalie, a permis de renouveler le regard sur l’histoire du nord du littoral swahili pour lequel les études sont relativement nombreuses. La thèse prend le parti d’accorder autant de place à l’explication du contexte de production qu’au contenu des pièces sur l’histoire trouvées dans les archives. Entre objets d’histoire et sources historiques, les chroniques, ou les écrits qui tendent à y ressembler, sont des matériaux particulièrement prisés par le chercheur qui s’intéresse à la fois à l’histoire sociale d’une région et à la manière dont les sociétés prennent en charge leur passé, dans des récits qui rendent compte de régimes d’historicité singuliers. L’un des objectifs de cette recherche a donc été de comprendre les stratégies développées par les autorités de la cité de Witu pour légitimer leur pouvoir, en cherchant le soutien politique, militaire et économique de partisans et d’alliés qui vivaient autour de l’agglomération, et en participant à la production écrite de l’histoire de la dynastie en relation avec les voyageurs et les administrateurs allemands.

L’archipel de Lamu et la région de Witu au XIXe siècle

Les enjeux politiques autour de la maîtrise et l’organisation du territoire se sont révélés centraux pour comprendre la quête de légitimité des autorités de la cité. Premièrement, la dynastie nabahani a pu regagner en autonomie en déplaçant son pouvoir à la marge du territoire du sultanat omanais de Zanzibar et de celui des cités de l’archipel de Lamu. En effet, la refondation d’une cité-État swahili à Witu vers 1862 constitue un acte de résistance face au pouvoir omanais, ainsi qu’une réponse au déclin de Pate, cité prospère entre les XVIe et XVIIIsiècles, au profit de sa voisine, Lamu. L’histoire de Witu s’inscrit à la fois dans un temps court (1862-1890) et porte l’héritage ancien de la fondation des cités-États swahili. Cette refondation comporte une dimension matérielle et elle se réalise par son ancrage territorial : l’enceinte de la ville, la maison en pierre du sultan et la mosquée, également en pierre, ont représenté le maintien du pouvoir nabahani et la permanence des clans patriciens de la cité. Deuxièmement, le territoire de Witu, fluctuant et poreux, s’est structuré et a évolué au gré des relations d’interdépendances, ayant impliqué des alliances militaires et des échanges commerciaux, entre les autorités de la cité et les populations environnantes. Comme les autres cités swahili, Witu est étroitement associée à ces populations par des réseaux d’alliance, de clientèle et de parenté plus ou moins anciens. Mais l’équilibre fragile avec les populations d’agriculteurs pokomo près du fleuve Tana, les esclaves fugitifs et les chasseurs-cueilleurs aweer dans la forêt au nord de l’agglomération, et les éleveurs de bétail orma, sur lesquels le sultan de Witu a tenté de s’appuyer pour s’affirmer, est régulièrement menacé par les migrations des pasteurs somali à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, qui tendent à remodeler le paysage démographique et social.

Entre 1885 et 1890, l’établissement d’un protectorat allemand sur un petit territoire situé sur le continent en face de l’archipel de Lamu a contribué à renforcer le pouvoir de la dynastie nabahani. La reconnaissance de Witu comme État indépendant par les puissances européennes et le sultan de Zanzibar s’est réalisée en plusieurs étapes : la signature de traités entre le sultan de Witu et les frères Denhardt, la délimitation partielle des frontières du territoire et l’invention d’emblèmes du pouvoir (drapeau, timbres). À ces occasions surgissent presque toujours des références à un passé plus ou moins proche et plus ou moins fantasmé, qui est alors mis par écrit sous forme de généalogies ou de récits à caractère historique. La revendication d’une prétendue origine arabe, prestigieuse et très ancienne est récurrente dans les archives européennes. Elle témoigne de stratégies courantes sur la côte swahili, à savoir le rattachement des clans locaux à des origines étrangères et prestigieuses et l’allongement des généalogies familiales. À la fin du XIXe siècle à Witu, les éléments du passé sont puisés dans les récits de voyage du début du siècle, ainsi que dans des sources orales locales et des écrits qui sont directement sollicitées auprès des pouvoirs locaux sur le continent et dans l’archipel de Lamu pour « prouver » l’étendue de l’autorité du sultan nabahani. Au cœur de cette surenchère du recours au passé, il importe de souligner la pluralité des acteurs et le rôle des fréquents désaccords entre les Britanniques, les Allemands (en particulier les frères Denhardt et les représentants de la Witu Gesellschaft) et les autorités de Witu (parmi lesquelles différentes voix se sont exprimées).

Au cœur d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire, cette thèse apporte de nouveaux éléments de compréhension sur la production des récits historiques sur la côte swahili, en particulier les chroniques de Pate. Ces écrits bien connus des historiens datent du début du XXe siècle et leur narrateur principal est un membre de la faction nabahani opposée aux sultans de Witu2. Les archives allemandes mobilisées dans notre travail constituent une matière inédite et donnent à voir d’autres versions du passé : celles portées par les Nabahani ayant fondé Witu. Ces voix ont été effacées, voire étouffés, par la colonisation britannique et les chroniques de Pate, qui ont fait autorité en s’imposant comme des histoires officielles et définitives. Dans le « laboratoire » qu’a constitué Witu au XIXe siècle, les discours et les écrits sur le passé se sont forgés de façon graduelle, discontinue, éparpillée et en coproduction permanente. Entre hésitations et tâtonnements, entre ébauches à peine esquissées, bribes de passé embryonnaires et longs récits très documentés et plus aboutis, parfois même savants, les pièces qui ont été exhumées reflètent les tentatives de légitimation de la faction des Nabahani exilée sur le continent, dans des récits façonnés par les illusions et les ambitions coloniales des différents acteurs allemands. Les révéler permet de faire ressortir la pluralité des regards sur l’histoire à cette époque.

Toutefois, l’écriture de l’histoire de la dynastie à Witu n’était-elle pas une initiative des Allemands plutôt que celle des Nabahani ? Les autorités de la cité avaient-elles seulement participé à cette écriture ? À travers ces productions imprégnées des ambitions coloniales, ce sont bien les voix des pouvoir locaux qui sont audibles. En effet, ces écrits ne sont pas le résultat d’une représentation unilatérale qui serait celle des Allemands, mais ils sont plutôt le fruit d’une interaction entre leurs intérêts, car ils sollicitent ces récits, et ceux des pouvoirs locaux, qui cherchent à affirmer leur légitimité. De plus, ces discours ne sont pas une pure fiction dans la mesure où ils expriment aussi en partie une réalité historique, puisque certaines portions de la côte revendiquées par les sultans de Witu ont été sous l’influence de Pate aux siècles précédents. C’est dans l’âge d’or de cette dernière que des éléments sont puisés pour construire un discours sur la grandeur des Nabahani au XIXe siècle.

En proposant des réflexions sur l’écriture de l’histoire en Afrique, cette recherche vient nourrir la très riche historiographie sur les chroniques du continent africain, non seulement de l’aire swahili et comorienne, mais aussi d’autres régions (chroniques de Tombouctou, Kano ou encore Agadez). À travers ces productions, textes de nature composite, bricolages de récits agencés plus ou moins habilement, il apparaît nettement que quand les compromis sociaux jusque là établis sont renégociés, la mobilisation du passé est une stratégie souvent utilisée pour venir légitimer et renforcer un pouvoir vacillant. Dès lors, faire surgir le passé en l’écrivant devient un enjeu fondamental, ce qui a généralement pour conséquence de faire primer et transmettre un point de vue sur le sens des évènements passés, alors que plusieurs avaient pu auparavant cohabiter.

Clélia Coret, docteure en histoire (Institut des Mondes Africains, IMAF)

 

Bibliographie

Allen, J. de V., 1975, « Swahili culture reconsidered : some historical implications of the material culture of the Northern Kenya Coast in the eighteenth and the nineteenth century », Azania, 9 (1), p. 105-138.

Allen, J. de V., 1984, « Witu, Swahili History and the Historians », in A.I. Salim (éd.), State Formation in Eastern Africa, Nairobi, Heinemann, p. 216-249.

Allen, J. de V., 1993, Swahili origins, Swahili culture and the Shungwaya phenomenon, Londres, James Currey.

Bazin, J., 1979, « La production d’un récit historique », Cahiers d’Études Africaines, 19 (73), p. 435-483.

Bückendorf, J., 1997, « Schwarz-weiss-rot über Ostafrika ! ». Deutsche Kolonialepläne und afrikanische Realität, Münster, Lit Verlag.

Chittick, H.N., 1969, « A New Look at the History of Pate », Journal of African History, 10 (3), p. 375-391.

Cooper, F., 1977, Plantation Slavery on the East Coast of Africa, New Haven, Yale University Press.

Deutsch, J.-G., Reinwald, B. (éds), 2002, Space on the Move. Transformations of the Indian Ocean Seascape in the Nineteenth and Twentieth Century century, Berlin, K. Schwarz.

Dulucq, S., 2009, Écrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale (XIXe-XXe siècles), Paris, Karthala.

Glassman, J., 1983, The runaway slave in coastal resistance to Zanzibar: the case of the Witu Sultanate, Mémoire de Master soutenu à l’université du Wisconsin.

Glassman, J., 1995, Feasts and riot, revelry, rebellion, and popular consciousness on the Swahili Coast, 1856-1888, Porthmouth, Heinemann.

Gueunier, N., 2015, « La Chronique swahilie du cadi ‘Umari de Mayotte (milieu du XIXe siècle). Présentation, édition critique et traduction », Études Océan Indien, 53-54, p. 235-338.

Hobsbawm, E., Ranger, T. (dir.), 2012 [1983], L’invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam.

Horton, M., Middleton, J., 2000, The Swahili : the social landscape of a mercantile society, Oxford, Blackwell Publishers.

Hunwick, J., 1994, « A Historical Whodunit : The So-Called ‘Kano Chronicle’ and Its Place in the Historiography of Kano », History in Africa, 21, p. 127-146.

Jewsiewicki, B., Létourneau, J. (éds.), 1996, L’histoire en partage. Usages et mises en discours du passé, Paris, L’Harmattan.

Loimeier, R., Seesemann, R. (éds.), 2006, The Global worlds of the Swahili : interfaces of Islam, identity and space in 19th and 20th-century East Africa, Münster/Hambourg, Lit Verl..

Médard, H., Derat, M.-L., Vernet, T., Ballarin, M.-P. (dir.), 2013, Traites et esclavages en Afrique orientale et dans l’océan Indien, Paris, Karthala.

Moraes Farias, P.F. de, 2003, Arabic Medieval Inscription from the Republic of Mali. Epigraphy, Chronicles and Songhay Tuareg History, Londres, Oxford University Press.

Müller, F.F., 1959, Deutschland-Zanzibar-Ostafrika. Geschichte einer deutschen Kolonialeroberung, 1884-1890, Berlin, Rütten und Loening.

Nicholls, C.S., 1971, The Swahili coast : politics, diplomacy and trade on the East African littoral, 1798-1856, Londres, G. Allen and Unwin.

Pouwels, R.L., 1987, Horn and Crescent : Cultural Change and Traditional Islam on the East African Coast, 800-1900, Cambridge-New York, Cambridge University Press.

Pouwels, R.L., 1992, « Swahili Literature and History in the Post-Structuralist Era », The International Journal of African Historical Studies, 25 (2), p. 261-283.

Pouwels, R.L., 1993, « Reflections on Historiography and Pre-Nineteenth-Century History from the Pate “Chronicles” », History in Africa, 20, p. 263-296.

Pouwels, R.L., 1996, « The Pate Chronicles Revisited : Nineteenth-Century History and Historiography », History in Africa, 23, p. 301-318.

Prins, A.H.J., 1958, « On Swahili Historiography », Journal of the East African Swahili Committee, 28 (2), p. 26-40.

Sinclair, P.J.J., Håkansson, T., 2000, « The Swahili City-State Culture », in M.H. Hansen (dir.), A Comparative Study of Thirty City-State Cultures : an Investigation, Copenhague, Reitzels, p. 464-482.

Rossi, B., 2016, « The Agadez Chronicles and Y Tarichi : A Reinterpretation », History in Africa, 43, p. 95-140.

Sheriff, A., 1987, Slaves, spices and ivory in Zanzibar, integration of an East African commercial empire into the world economy, 1770-1873, Londres, James Currey.

Surun, I., 2014, « Une souveraineté à l’encre sympathique ? Souveraineté autochtone et appropriations territoriales dans les traités franco-africains au XIXe siècle », Annales. Histoire et Sciences Sociales, 69 (2), p. 313-348.

Tolmacheva, M. (éd.), 1993, The Pate Chronicle, Edited and Translated from MSS 177, 321, 344 and 358 […], East Lansing, Michigan State University Press.

Vernet, T., 2005, Les cités-Etats swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810. Dynamiques endogènes, dynamiques exogènes, Thèse soutenue à l’université Paris 1.

Willis, J., 1993, Mombasa, the Swahili, and the Making of the Mijikenda, New York, Clarendon Press.

Ylvisaker, M., 1979, Lamu in the Nineteenth Century : Land, trade and politics, Boston, Boston University.

  1. Au total, quinze mois de recherche ont été nécessaires pour consulter les documents de dix-neuf centres d’archives : Londres (National Archives, National Maritime Museum, British Library, School of Oriental and African Studies, Royal Geographical Society), Oxford (Rhodes House, Bodleian Library), Berlin (Bundesarchiv, Geheimes Staatsarchiv Preussischer Kulturbesitz, Auswärtige Amt), Zeitz (Musée-chateau Moritzburg), Neukirchen-Vluyn (archives missionnaires), Chevilly-Larue (archives spiritaines), Aix-en-Provence (archives nationales d’outre-mer), La Courneuve (archives diplomatiques), Nairobi (archives nationales), Mombasa (bibliothèque de Fort Jesus) et Zanzibar (archives nationales). []
  2. A.H.J. Prins, 1958 ; N. Chittick, 1969 ; R.L. Pouwels, 1993 et 1996 ; M. Tolmacheva, 1993. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *