Nouvelles perspectives sur l’histoire de l’Afrique: mythologie, arts rupestres et génétique

Le 20 novembre 2018 à 9 heures, dans la salle J.B. Duroselle de la Sorbonne à Paris, Julien d’Huy a soutenu sa thèse de doctorat: « Nouvelles perspectives sur l’histoire de l’Afrique: mythologie, arts rupestres et génétique »,  préparée sous la direction de Jean-Loïc Le Quellec (IMAf)

Membres du Jury: Yuri BEREZKIN, directeur du département Amérique au Muséum d’Anthropologie et d’Ethnologie (Kunstkamera) / Académie russe des sciences, professeur de l’Université européenne de Saint Pétersbourg ; Claudine COHEN, directeur d’études à l’EHESS, Histoire et Philosophie des sciences, Centre de Recherches sur les Arts et le Langage ; Bertrand HIRSCH, professeur des Universités, École d’Histoire de Paris 1 – Sorbonne, Institut des mondes africains ; Guillaume LECOINTRE, Professeur du Muséum d’Histoire naturelle; UMR 7205 CNRS-MNHN-UPMC-EPHE « Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité », Département « Origines et évolution » ; Boris VALENTIN, professeur des universités, UFR d’Histoire de l’art et Archéologie de Paris 1 – Sorbonne.

Résumé
La tentative d’élaborer une science des variations mythologiques se base sur l’idée que la théorie de l’évolution est avant tout une théorie sur la façon dont les choses changent et accumulent des changements. En ce sens, la métaphore biologique ― et dans un sens plus large, évolutionniste ― s’inscrit profondément dans le champ de la mythologie comparée.
Appliquer la théorie de l’évolution à la mythologie implique de montrer que la ressemblance entre deux versions d’un même mythe, ou deux traditions mythologiques, peut être le produit d’une ascendance commune, et non d’une invention indépendante ou d’un emprunt. L’étude a été conduite en ayant recours à différentes méthodes statistiques (analyses multivariées, en réseau ou phylogénétiques) d’abord appliquées dans un premier temps à des corpus bien délimités et datés, tels ceux de «La Fille sans main» ou de «La Bonne Fille et de la Méchante Fille». Les versions les plus anciennes à l’intérieur d’une aire linguistico-culturelle se sont avérées statistiquement plus proches des versions plus récentes appartenant à cette aire que de toute autre, suggérant une diffusion stable dans le temps et dans l’espace. Par ailleurs, l’application d’outils phylogénétiques à un corpus de comptines enfantines, bien datées dans le temps, a permis de reconstruire des arbres organisant leurs différentes versions dans le bon ordre chronologique. Ces résultats préliminaires s’étant avérés convaincants, les outils phylogénétiques ont été appliqués dans un second temps à des corpus plus anciens et à la datation plus incertaine, notamment des mythes se rapportant au soleil et à la lune, à la mort, aux serpents ou aux chiens. Pour mieux fiabiliser les résultats, les corpus de traditions orales n’ont jamais été étudiés seuls, mais toujours accompagnés d’un ou plusieurs autres corpus permettant, par recoupement, un contrôle plus rigoureux et en utilisant différents outils statistiques. La robustesse de chacun des arbres obtenus a été testée à l’aide de divers outils statistiques, comme l’indice de rétention ou le score delta. Les résultats ont en outre été corroborés par des données empiriques, notamment basées sur l’aréologie de certains mythes, permettant de confirmer l’âge paléolithique et la stabilité géographique de certains récits, comme le motif de l’animal cornu héliophore ou du serpent lié à la pluie, à l’arc-en-ciel et à la mort.
Les mythes, pris isolément, semblent pouvoir se transmettre indépendamment d’une population à une autre, chacun possédant sa propre histoire. Pourtant, l’étude a montré qu’ils peuvent aussi se transmettre globalement, comme un ensemble, une tradition-mère donnant naissance à des traditions-filles. Il est ainsi possible de distinguer une tradition centrale, suivant les lois de l’évolution, et des traits plus périphériques, plus fluides et susceptibles d’être davantage empruntés ou échangés.
Par ailleurs, les arbres obtenus à partir de différents corpus ― qu’il s’agisse d’ensemble de versions appartenant à un même mythe ou d’ensemble de motifs transmis au sein de différentes unités géographiques et / ou culturelles ― se corroborent mutuellement. L’ensemble des résultats permet de construire un «super arbre», qui montre une seule sortie d’Afrique, une première pulsion migratrice atteignant l’Amérique du Sud depuis l’Asie du Sud-Est, une deuxième atteignant l’Amérique en deux vagues, l’une centrée sur le Nord, l’autre sur le Sud, puis une troisième pulsion, sans doute liée aux Na-Dene, atteignant l’Amérique du Nord et, enfin, une dernière atteignant l’Arctique américain. La mythologie eurasiatique aurait ensuite connu un développement indépendant, après le dernier Maximum Glaciaire, et plusieurs migrations retour seraient parties d’Eurasie pour atteindre diverses régions d’Afrique, permettant par exemple la diffusion, le long de la côte Ouest du continent, d’un ensemble de mythes canins ou encore, le long de la côte Est, du motif du soleil volé.
Cette transmission en «bloc» de divers mythes et la similarité des arbres obtenus prend tout son sens si l’on considère que ceux-ci peuvent se transmettre en même temps que les gènes. En effet, les résultats font ressortir une organisation très similaire à ce que décrit la génétique des populations. Ainsi, dans le cas de l’Afrique du Nord, la distance structurelle séparant deux traditions orales ne s’explique que très faiblement par la distance géographique, ce qui laisse supposer une transmission verticale, plutôt qu’horizontale, par le «bouche à oreille», d’une aire culturelle à une autre ; par ailleurs, il a été possible de montrer l’existence de trois phases de diffusion des récits oraux locaux, correspondant chacune à trois phases de peuplement réelles, la plus ancienne étant paléolithique. Chacun de ces ensembles mythologiques a été étroitement corrélé aux données génétiques disponibles, ce qui corrobore le lien existant entre la diffusion des gènes et celle des récits oraux.
Des résultats similaires ont été obtenus en groupant statistiquement des mythes khoïsans, et en mettant ces groupes en regard avec la diffusion de certains haplogroupes étroitement associés à ces populations. Là encore, la distance géographique n’explique que très faiblement la variance des traditions mythologiques.
Certains mythes semblent accompagner la diffusion d’acquis culturel. Il devient alors possible, en suivant leur diffusion, de suivre celle de ces acquis. L’étude des récits touchant aux chiens permet ainsi de suivre la diffusion de cet animal depuis un centre de domestication situé entre l’Asie centrale et l’Asie de l’Est, puis à travers l’Afrique, le long de la côte méditerranéenne, puis de la côte Ouest, jusqu’en Afrique australe.
La création d’arbres fiables expliquant la diffusion des mythes permet également de déterminer statistiquement, noeud après noeud, l’aspect du récit ou du corpus des mythes étudiés, jusqu’à sa proto-forme probable, parfois antérieure à la sortie d’Afrique. Les résultats obtenus sont ensuite corroborés en utilisant d’autres méthodes de mythologie comparée. Si la détermination statistique d’un tel corpus ancestral ou d’un tel protorécit ne propose qu’une forme probable, et non certaine, de la mythologie ou du récit primitif, elle permet cependant d’expliquer d’anciens vestiges archéologiques ― notamment l’art rupestre. Ainsi, l’étude statistique de la mythologie entourant le serpent permet de proposer une interprétation de diverses images rupestres africaines, du nord au sud du continent.
Ce que permet aussi l’application de la théorie de l’évolution appliquée à la mythologie, c’est de lier les populations préhistoriques, historiques et contemporaines, grâce à leurs mythes, à travers le temps et l’espace, en proposant un modèle de relations les unissant, indépendant et complémentaire des modèles génétique, linguistique ou archéologique. Par le biais de ces quatre modèles et des méthodes dont ils relèvent, des hypothèses peuvent être formulées sur l’histoire des populations, et leur conjonction renforce grandement les résultats obtenus de façon séparée par chacun d’eux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.