Inégalité de genre dans les études éthiopiennes

Alors que vient de se clore la 20è édition de l’International Conference for Studies qui s’est tenue du 1er au 5 octobre à Mekelle, en Ethiopie, la différence genrée est apparue particulièrement frappante.
Très largement, les chiffres sont les suivants (en utilisant le livre des résumés comme source principale). 
Pour les présentateurs de panels, 74 % d’hommes et 26 % de femmes. Parmi eux, 50% d’hommes éthiopiens pour 7,5% de femmes éthiopiennes, et 23,5% d’hommes étrangers pour 18,5% de femmes étrangères.
Ensuite, pour les organisateurs de panels : 70 % d’hommes et 30 % de femmes. Parmi eux, 39% d’hommes éthiopiens pour 3% de femmes éthiopiennes, et 39% d’hommes étrangers pour 27% de femmes étrangères. L’implication des femmes dans l’organisation des panels (en comparaison avec les chiffres des femmes dans les présentateurs) n’est pas surprenante, mais les femmes éthiopiennes restent nettement sous-représentées dans ce rôle.
Les 3 allocutions principales ont été prononcées exclusivement par des hommes (un Éthiopien et deux étrangers), malgré les tentatives faites par certains membres du conseil scientifique pour promouvoir des femmes à ce rôle.
Le comité d’organisation était presque exclusivement masculin, alors que le comité scientifique international était composé de 2/3 d’hommes et 1/3 de femmes, sans Éthiopienne parmi ces dernières. (voir http://ices20-mu.org/committee.html )
Voilà le présent des études éthiopiennes. Est-ce ce que nous voulons pour l’avenir ?
Je suggère que, pour la prochaine session de l’ICES, un comité pour la parité soit inclus dans le conseil d’organisation et le conseil scientifique. Il mettrait en place une politique de quotas afin de développer une politique d’action positive contre les biais genrés en défaveur des femmes.

Toutes les idées sont les bienvenues, et je suis prêt à centraliser les contributions positives !

Anaïs Wion
anais.wion@univ-paris1.fr

I’d like to draw the attention of the scholar community on the gender inequality at the recent ICES20 in Mekelle.

Very broadly, the figures are the following (using the book of abstract as main source).
For panel presenters, 74% of men and 26% of women. Amongst whom, 50% of Ethiopian men for 7,5% of Ethiopian women, and 23,5% of foreign men for 18,5% of foreign women.
Then, for panel organisers: 70% of men and 30% of women. Amongst whom, 39% of Ethiopian men for 3% of Ethiopian women, and 39% of foreign men for 27% of foreign women. This is not so surprising to see the involvement of women in organising the panels (in comparison with the figures of women in presenters), but Ethiopian women remain dramatically under-represented in this role.
The 3 keynotes speech were delivered by men exclusively (one Ethiopian and two foreigners), despite the tentative done by some members of the scientific board to promote women researchers at this role.
The main organising committee was almost exclusively masculine, when the scientific international committee was composed of 2/3 of men and 1/3 of women, with no Ethiopian amongst the later. (see http://ices20-mu.org/committee.html)
This is the present of Ethiopian studies, shall it be its future ?
I suggest that for the forthcoming ICES, a gender parity committee should be included in the board. It could implement a politic of quota in order to develop a policy of affirmative action against this gender bias.

Any ideas are welcome, and I am ready to centralize the positive contributions to this initial « gender alert » !

Anaïs Wion
anais.wion@univ-paris1.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.