Vient de paraître

Marie-Laure Derat, L’énigme d’une dynastie sainte et usurpatrice dans le royaume chrétien d’Ethiopie du XIe au XIIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2018 (Hagiologia, 14).

La période du XIe au XIIIe siècle appartient à ces « siècles obscurs » de l’histoire de l’Ethiopie, entre la chute du royaume d’Aksum vers le VIIe siècle et l’avènement des Salomoniens au XIIIe siècle, envisagée comme une parenthèse entre deux âges d’or. Elle est marquée par le règne d’une dynastie, les Zagwé, considérés comme de saints-rois, mais aussi envisagés par leurs successeurs comme des usurpateurs. L’histoire de cette période s’est fondée sur l’historiographie produite dans le royaume éthiopien à compter du XIVe siècle, les traditions orales recueillies au début du XXe siècle concernant les descendants des Zagwé, et les Vies des saints rois.

Cette enquête sur la dynastie sainte des Zagwé repose sur un parti pris. Partir de l’étude des quelques rares documents que l’on peut assigner avec certitude à la période Zagwé, c’est-à-dire quelques textes (actes de donation, inscriptions sur des autels, notices de l’Histoire des patriarches d’Alexandrie) et des sites (les églises du Tigré oriental et les églises de Lalibela et des environs), en excluant toute documentation tardive, en particulier les hagiographies des saints-rois. Les avancées concernant l’histoire de la dynastie reposent sur l’édition et la traduction d’une donation de terre inédite, émanant de l’un des tous premiers dynastes et donnant à voir le fonctionnement économique et politique du royaume. 

La période Zagwé apparaît alors comme celle d’une seconde christianisation, suscitant de vives oppositions, mais donnant aussi naissance à une nouvelle élite. Se situant comme les héritiers du pouvoir aksumite, les Zagwé établissent un système de gouvernement fondé sur une sacralisation de la royauté, mêlant consécration par l’évêque égyptien sous la forme de l’onction, référence aux rois sacrés de l’Ancien Testament, ainsi que fondations et donations aux églises. Ils poursuivent le mouvement de christianisation et consolident les relations du royaume d’Éthiopie avec le patriarcat d’Alexandrie. Le règne de Lālibalā, le mieux documenté, symbolise l’aboutissement de ce mouvement.

En filigrane, c’est la société éthiopienne de l’époque qui se dessine : la seconde christianisation a touché les campagnes, alors que jusque-là le christianisme se cantonnait aux villes et à certaines catégories sociales, celle des marchands ou de l’élite politique. En instituant une vie monastique, exigeant de trouver des revenus pour subvenir aux besoins des moines au nombre grandissant, cette seconde christianisation a provoqué un changement radical d’organisation de la vie économique et sociale : il a fallu donner des terres aux institutions monastiques. Surgissent alors des donations foncières des non-libres, des esclaves, un éventail de statuts personnels qui nous avait échappé, une société éthiopienne encore méconnue. Le dossier hagiographique est repris en fin de volume, comme une histoire de la mémoire de la dynastie Zagwé, qui permet de mettre en évidence deux traditions historiographiques concurrentes entre usurpation et sainteté.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.