Appel à contributions – Afrique : les passés antérieurs / Africa: pasts within pasts

(English version below) Appel pour un dossier thématique de la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, à paraître en 2019.

Ce dossier est codirigé par François-Xavier Fauvelle (TRACES, CNRS) et Clémentine Gutron (TRACES, CNRS). Il comprendra 5 à 10 articles, écrits en français ou en anglais.

Appel à contributions

L’Afrique est sans aucun doute un terrain privilégié pour envisager le rapport actif du passé au présent et du présent au passé. En témoignent les nombreuses et souvent riches études africanistes sur l’invention de la tradition, les enjeux de mémoire, les réappropriations de l’histoire, ou encore la patrimonialisation des sites hérités du passé, les politiques mémorielles et scientifiques contemporaines. Mais en rendant actif ce rapport de l’actuel au passé, notre réflexion contribue à instituer un régime d’historicité bimodal dans lequel se perd le feuilleté de l’histoire. La stratification archéologique du passé, les discontinuités mémorielles, l’étagement des discours sur le passé, sont comme lissés dans un « passé » uniforme sans autre rapport dynamique qu’avec le présent.

Nous voudrions, dans ce dossier, nous demander comment des sociétés anciennes se sont représenté leur propre passé, ou du moins les états passés de sociétés antérieures à elles. En d’autres termes : quelle perception, quelles collectes, quels inventaires, quelle archéologie, quels dénis, voire quelles destructions, ont-elles opéré sur leurs passés antérieurs ? Quelles continuités ou ruptures ont-elles cru déceler ? Qu’ont-elles cru que leurs propres anciens ou ancêtres leur avaient transmis ? Sont souhaitées des contributions abordant explicitement les relations entre un passé doublement passé, un présent qui n’est plus et notre propre présent. Il est possible que de telles contributions fassent émerger des dossiers encore peu explorés ou voient se tisser de nouvelles relations entre l’histoire et d’autres disciplines des sciences humaines.

Si toutes les approches sont bienvenues, si toutes les formes de documentation (textuelle, archéologique, épigraphique, numismatique, artistique ou autre) sont qualifiées, si toutes les régions d’Afrique continentale et insulaire peuvent potentiellement être abordées, le cas échéant par comparaison avec d’autres régions non africaines voisines ou non, il est impératif, pour offrir à cette problématique ses meilleures chances d’épanouissement, que les contributions aient pour sujet un passé « ancien » (en tout état de cause antérieur au xixe siècle) qui ne soit pas réductible à un présent continu. Cette approche par la sédimentation du passé, cette enquête dans des généalogies enchevêtrées, peuvent inviter les auteurs à s’intéresser aux filtres anciens qui à la fois ont trié et relayé la documentation jusqu’à nous, initiant de la sorte une réflexion plus générale sur la nature des vestiges et la composition des corpus.

Calendrier

Les premières propositions d’articles, en français ou en anglais, sont à envoyer sous la forme d’un résumé, en français ou en anglais, d’environ 500 mots, conjointement à francoisxavier.fauvelle[@]gmail.com et à clementine.gutron[@]univ-tlse2.fr pour le 28 février 2018. Après acceptation de leur proposition, les auteurs remettront leurs articles pour le 30 septembre 2018. L’évaluation s’effectuera de septembre à novembre 2018. Les versions révisées et mises aux normes sont remises à la revue au plus tard le 15 janvier 2019.

 

Africa: pasts within pasts

Call for contributions for a thematic issue of Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, for 2019.

This issue is edited by François-Xavier Fauvelle (TRACES, CNRS) and Clémentine Gutron (TRACES, CNRS). It will consist of 5 to 10 articles, written in French or in English.

Call for papers

Africa is undoubtedly an ideal setting in which to consider the active relationship which the past has with the present, and which the present has with the past. Evidence of this can be found in the numerous and often rich Africanist studies on the invention of tradition, issues relating to memory, reappropriations of history, as well as the bestowal of heritage status on sites inherited from the past, and contemporary policies relating to the creation of memory and to research. However, by making this connection between present and past active, our reflection contributes to the establishment of a bimodal system of historicity in which the layered nature of history gets lost. It is as if the archaeological stratification of the past, the discontinuities of memory, the separation of discourses on the past into different stages, are smoothed over into a uniform “past” without any dynamic relationships other than with the present.

In this issue, we wish to ask ourselves how ancient societies represented their own past, or at least the past states of societies which came before them. In other words: what perception, collections, inventories, archaeology, denials, or even destructions, did they perform on their previous pasts? Which continuities or breaks did they believe they had perceived? What did they believe their own elders or ancestors had passed on to them? We are seeking papers which specifically explore the relationships between a past which is doubly past, a present which no longer exists, and our own present. Such contributions may enable cases to emerge which have not yet been explored extensively, or lead to the creation of new relations between history and other humanities disciplines.

While all approaches are welcome, all forms of documentation valid (textual, archaeological, epigraphic, numismatic, artistic etc.), and all regions of the continent and islands of Africa suitable, where relevant in comparison with other non-African regions, neighbouring or further afield, it is imperative that, to give this research question the best possible chance to flourish, the contributions focus on an “ancient” past (in any event, earlier than the 19th century), which cannot be reduced to a continuous present. This approach via the sedimentation of the past, this inquiry into entangled genealogies, may encourage authors to explore the ancient filters which simultaneously sorted and relayed the evidence to us, thus initiating a more general reflection on the nature of the remains and the composition of collections.

Deadline

Proposals for articles, in French or English, in the form of an abstract of approximately 500 words, in French or English, should be sent to both francoisxavier.fauvelle[@]gmail.com and to clementine.gutron[@]univ-tsle2.fr by 28th February 2018. After their proposal has been accepted, authors will be required to submit their articles by 30th September 2018. Reviewing will take place from September to November 2018. Revised and formatted articles are to be sent to the journal by 15th January 2019 at the latest.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *