Refouiller le site urbain d’Ilé-Ifè. Vers une chronologie de l’ancienne ville yoruba et une réévaluation de son système d’enceintes

Texte de Léa Roth (IMAF, Paris, France), Gérard Chouin (William and Mary, Williamsburg, Virginia, USA) et Adisa Ogunfolakan (Obafemi Awolowo University, Ile-Ife, Nigeria).

Le fossé et le talus conservés sur le site d’Ita Yemoo à Ilé-Ifè dans le sud-ouest du Nigéria ont fait l’objet de trois saisons de fouilles en juin-juillet 2015, mai-juin 2016 et juin 2017 (Fig. 1). Ces campagnes, menées dans le cadre de la Mission Archéologique d’Ifé-Sungbo, ont pour objectif principal de préciser la chronologie du site historique d’Ilé-Ifè, une ville souvent décrite comme le berceau du monde yoruba. Le site est célèbre pour ses bronzes et terres-cuites, mais malgré un grand nombre d’interventions archéologiques depuis le début du XXème siècle, le cadre chronologique de son développement demeure très mal connu. Par exemple, la période de construction des multiples enceintes urbaines, discutées et partiellement cartographiées par Ozanne en 1969, est une question en suspens dans l’historiographie.

Fig. 1 : Ile-Ife dans le Golfe de Guinée. Illustration par Gérard Chouin – Mission archéologique d’Ife–Sungbo.

C’est en 1957-8 que l’archéologue britannique Franck Willett lança la première fouille du site d’Ita Yemoo. Suite à une découverte fortuite lors d’un chantier de construction, il mit à jour un grand pavement sur lequel se trouvaient des dépôts remarquables d’objets en bronze et en terre-cuite. En 1962-3, il y était de retour pour fouiller une portion d’enceinte traversant ce même terrain, entre temps acquis par l’État nigérian pour conservation. Cette fouille d’enceinte n’a pas fait l’objet d’une publication particulière. Seuls quelques éléments de synthèse furent intégrés au sein de publications généralistes sur Ife (Voir par exemple Willet 2004). Notre travail a donc consisté à repartir sur les traces de Willett, tant à Ita Yemoo que sur le terrain des archives que ces fouilles ont pu produire. Léa Roth commence à ce propos un travail de Master II sur les fonds Willett conservées aux archives de l’Université de Glasgow.

Ita Yemoo se trouve au  nord-est du centre historique de la ville actuelle, et marque un site occupé par une ancienne forêt sacrée. Dans un contexte urbain où les vestiges anciens ont été largement recouverts et détruits par la ville moderne, on peut encore percevoir à Ita Yemoo les restes d’un fossé et d’un talus en relativement bon état de conservation (Fig. 2).

Fig. 2 : Portion de l’enceinte d’Ile-Ife sur le site d’Ita Yemoo (2015), prise dans l’axe du fossé. La tente est posée sur l’emplacement des unités A, B, D et F. L’unité C est visible sur la partie droite du cliché. Cliché par Gérard Chouin _ Mission archéologique d’Ife–Sungbo.

En 2015, une section (unités A, B, D et F) a été réalisée au travers l’enceinte d’Ita Yemoo et un sondage (unité C) a été ouvert sur le talus intérieur (Fig. 3). Cette première campagne a permis de démontrer que l’enceinte qui traversait le site d’Ita Yemoo datait de la fin du XIXème siècle, une période particulièrement agitée dans le contexte des guerres qui suivirent l’effondrement de l’empire d’Oyo. Elle a également permis de mieux comprendre l’évolution du site entre son occupation au Moyen-âge et la construction de l’enceinte du XIXe siècle. Sur ce point, l’unité C s’est révélée particulièrement riche en détails stratigraphiques, et d’autant plus intéressante que nous y avons retrouvé la limite orientale de la tranchée fouillée par Willett en 1962-3. La fouille de l’unité C réalisée en 2015 n’ayant pas atteint des niveaux culturellement stériles, la fouille repris en 2016. Une structure mal comprise en 2015 se révéla être une fosse à ordures d’époque médiévale, recouverte par un pavement de tessons retrouvé lors des fouilles. Du point de vue chronologique, les résultats C14 des prélèvements effectués en lien avec cette structure indiquent que le remplissage de cette fosse date du XIIIe siècle.

Fig. 3 : Plan du site d’Ita Yemoo réalisé par Peter Dada, Olufemi Olaleye-Otunla et Adeoba Obadare – Mission archéologique d’Ife–Sungbo.

La saison 2016 a donc consisté à vider le comblement de l’Unité C, à l’élargir dans sa partie nord-est, à en retailler les profils, à identifier les limites de la fosse médiévale et d’en poursuivre la fouille. La fosse a livré une grande quantité de tessons de céramique aux décors très variés mais typiques de la période dite ‘classique’ d’Ilé-Ifè, généralement associée aux objets de bronze et de terre-cuite. La fosse est très riche en charbons, ce qui suggère qu’elle fut alimentée par les restes d’un foyer situé non loin de là. Le matériel retrouvé comprend également des perles de verre noires et bleues de fabrication locale et actuellement à l’étude (Babalola et al. 2017). L’acidité des sols n’a pas permis la conservation d’ossements, dont la présence est tout de même indiquée par des restes d’émail de dents d’herbivores trop dégradés pour donner lieu à une identification précise. Quelques objets en fer et d’autres en pierre polie portant des traces de cupules sont également intéressants et en cours d’analyse. Il est cependant à noter que la structure n’a pu être entièrement vidée lors de la saison 2016. A près de trois mètres de profondeur, la fosse se poursuivait et a dû faire l’objet d’une nouvelle campagne en 2017, au cours de laquelle le substrat rocheux a été atteint. La saison 2017 a cependant montré que cette fosse n’était peut-être pas la première sur le site. Elle semble en effet avoir largement recoupé et détruit ce qui pourrait avoir été une tombe plus ancienne, que nous situons pour le moment entre le milieu du XIe et le milieu du XIIe siècle.

Parmi les résultats de ces trois nouvelles saisons à Ita Yemoo, on retiendra particulièrement le profil chronologique du site qui pose de nombreuses questions quant à l’histoire du site d’Ilé-Ifè. Cette histoire se résume pour le moment à quatre grands niveaux. Le plus récent correspond au talus associé au creusement d’un fossé défensif à la fin du 19ème siècle (Niveau IV). Ce talus a recouvert au moins trois phases d’activités plus anciennes qui ont souvent disparu ailleurs. Le Niveau III est caractérisé par une couche d’environ 30 cm de profondeur et très riche en matière organique. Sa nature humique indique et la présence de charbons indique qu’il résulte d’un long processus de synthèse pédologique caractérisé par un épisode d’abandon du site suivi par sa revégétalisation, puis par sa remise en culture probablement entre le XVIe et le XVIIe siècle.  Le niveau III recouvre le niveau II, plus complexe (Fig. 4). Ce dernier est caractérisé dans sa partie supérieure par un niveau constituée d’une épaisse couche d’argile, très compacte, et qui semble servir de fondation à une surface sur lequel nous avons retrouvé un pavement de tessons à l’ouest et un aménagement de pierres disjointes de moyen calibre à l’est. Nous avons interprété ce niveau d’argile compactée comme étant un niveau de remblai et de préparation à la pose du pavement. Sous ce niveau s’ouvre la structure identifiée comme une fosse à ordure du XIIIe siècle. Le creusement de cette fosse a pu perturber et presqu’entièrement détruire une autre fosse et son comblement plus ancien, qui pourrait avoir été une tombe. Nous n’avons retrouvé que des traces de ce niveau, tout au fond de notre unité, mais il pourrait expliquer la présence d’un fragment de crâne humain retrouvé par Willett lors de ses fouilles de 1962-3 à un niveau correspondant. Une fois remplie, la fosse du niveau III semble avoir débordé, se transformant alors en un tas de déchets. C’est ce tas qui fut remblayé lors de la construction du niveau II.

Fig. 4 : Unité C en cours de fouille (2015), montrant en plan et dans la stratigraphie les niveaux II-IV. Le niveau I occupe la partie supérieure du profil et correspond au talus élevé au XIXe siècle. Le niveau II est situé juste au-dessous et marqué par une bande de terre noire. Le niveau III est caractérisé par le pavement et la surface pierreuse aménagée et leur soubassement en terre damée. Enfin le niveau II correspond au niveau plus foncé visible à la base du profil stratigraphique exposé. Cliché par Gérard Chouin – Mission archéologique d’Ife–Sungbo.

Ces découvertes posent un certain nombre de question sur la chronologie et la structure de l’espace urbain à Ilé-Ifè. Ainsi, si l’enceinte d’Ita Yemoo est d’origine moderne, qu’en est-il des autres enceintes historiques souvent représentées comme ‘médiévales’ ? Cette question est au cœur du Master I défendu par Léa Roth en Mai 2017. Par ailleurs, la stratigraphie décrite plus haut pose la question de la transformation du niveau II en niveau III. Le processus de genèse d’un sol riche en humus et en charbon est caractéristique d’un sol anthropogénique formé initialement par le défrichage d’une couverture végétale suivi par une succession d’épisode de mise en jachère et de culture sur brulis. L’analyse des macro-restes végétaux et des charbons de ce niveau devraient nous en apprendre davantage sur ce processus. Le niveau III est de fait un élément stratigraphique qui indique l’abandon du site médiéval en tant que site urbain, après le XIIIe siècle, et sa réoccupation entre le XVIe et le XVIIe siècle. Cette remise en culture du site pourrait avoir conduit à la redécouverte d’objets abandonnées par les derniers occupants, tels que ceux mis à jour par Willett dans les années 50. Cette redécouverte aurait pu générer ou renforcer le discours sur l’antiquité et la spiritualité d’Ife, et pourrait avoir abouti à la production à Ita Yemoo d’une forêt sacrée.

Ce scénario s’articule particulièrement bien avec l’hypothèse portée par le projet ANR GlobAfrica d’une diffusion de la peste noire en Afrique sub-Saharienne lors de la seconde pandémie qui frappa le monde occidentale au milieu du XIVe siècle. L’abandon d’Ile-Ife fait partie d’un processus très large de relocalisation et transformation de l’urbain en Afrique à la fin du Moyen-Âge, qui pourrait avoir été une réponse à cette pandémie. Nous aurons l’occasion de discuter plus avant de cette hypothèse dans des publications à venir, mais elle a le mérite d’expliquer un certain nombre de problèmes de discontinuité dans l’archéologie et les traditions orales d’Ilé-Ifè. La poursuite de ces travaux dans les prochaines années et leur extension à d’autres parties de cette ville ancienne devrait nous permettre de préciser la chronologie des processus d’urbanisation et de désurbanisation à Ilé-Ifè, et de mieux comprendre la place occupée par cette ville dans l’imaginaire du monde yoruba.

Références

– Babalola, A.B., McIntosh, S., Dussubieux, L., & Rehren, T. (2017), Ile-Ife and Igbo Olokun in the history of glass in West Africa, Antiquity, 91(357), 732-750.

– Ozanne, P. (1969), A new archaeological survey of Ife, Odu, New Series 1, 28-45.

– Willett, F. (2004), The Art of Ife: A Descriptive Catalogue and Database, CDROM, University of Glasgow.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *