4 conférences à Paris de Bernard Clist, Université de Gand (Belgique), invité à l’EHESS du 15 novembre au 15 décembre 2017

 Bernard CLIST, archéologue participant au projet KongoKing financé par l’ErC, participera à quatre séminaires de recherche à Paris en novembre et décembre 2017, à l’invitation de Catarina Madeira-Santos.

 

 

 

Lundi 20 novembre de 15h à 18 h

Salle de séminaires de l’IMAF, 96, Bd. Raspail, 75006 Paris

Structuration sociale du royaume Kongo du 15e au 18e siècle : premiers témoignages fournis par l’archéologie des lieux funéraires et domestiques, dans le cadre du séminaire Les Afriques dans la longue durée : acteurs, savoirs, pratiques organisé par Catarina Madeira-Santos et Elikia M’Bokolo.

Des fouilles archéologiques ont été menées entre 2011 et 2015 dans la capitale du royaume Kongo et dans quelques sites provinciaux très importants des provinces septentrionales du royaume. Elles permettent de commencer à comprendre la culture matérielle Kongo, tant son homogénéité par certains aspects, que son hétérogénéité par d’autres. Il est possible aujourd’hui de proposer un premier bilan portant sur les espaces domestiques ainsi que sur les espaces funéraires. La fouille de plusieurs cimetières du royaume Kongo en Angola et en RDC esquisse  le contour des croyances associées à l’au-delà entre les 16e et 18e siècles et de proposer des continuités avec les pratiques de la fin du 19e siècle.

 

Mardi 21 novembre  de 9h à 11h

INHA, salle P. J. Mariette, 2 rue Vivienne 75002 Paris

La recherche archéologique en Afrique Centrale : premier bilan de ces 30 dernières années et ses perspectives d’avenir , dans le cadre du séminaire Anthropologie et histoire de l’Antiquité : sources et méthodes, organisée par Cléo Carastro, Grégory Chambon, Cecilia D’Ercole, Yann Rivière.

L’Afrique centrale est la région au sud du Sahara la moins bien connue du continent africain. La conférence fera le bilan de l’évolution de la recherche archéologique dans cette région en examinant plusieurs aspects : l’évolution de la recherche depuis le 19e siècle, le développement des ressources humaines, financières et structurelles depuis 30 ans, le point sur la conservation juridique du patrimoine culturel au 21e siècle dans les Etats de cette région.

 

 

Lundi 4 décembre de 15h à 18 h

Salle de séminaires de l’IMAF, 96, Bd. Raspail, 75006 Paris

Les mbanza comme villes du royaume Kongo : mythe ou réalité ?
 dans le cadre du séminaire Les Afriques dans la longue durée : acteurs, savoirs, pratiques organisé par Catarina Madeira-Santos et Elikia M’Bokolo.

La compréhension des mbanza du royaume Kongo repose sur l’interaction entre l’histoire, l’archéologie et la linguistique. On présentera un bilan des données historiques à l’aide des documents d’époque qui sera complété par la synthèse des fouilles archéologiques menées à Mbanza Kongo (Angola), à Mbanza Nsundi et à Ngongo Mbata (RDC). Quelques éléments seront ajoutés venant de la linguistique historique pour proposer une image globale permettant de remettre en cause la vue européocentriste d’une ville dans le cadre du royaume Kongo. En outre, on verra au passage les éléments concrets obtenus très récemment – surtout archéologiques – concernant la démographie du royaume.

 

Mercredi 6 décembre de 9h30 à 12h30

IMAF, 27 rue Paul Bert, salle B, Ivry-sur-Seine

Premières mondialisations de l’économie : témoignages par les pipes à fumer du royaume Kongo entre la fin du 16e siècle et la fin du 18e siècle, dans le cadre du séminaire, Monuments et documents de l’Afrique ancienne, organisé par Claire Bosc-Tiessé, Marie-Laure Derat, Anaïs Wion

On fera le bilan de l’histoire du tabac connu par l’Europe depuis la fin du 15e siècle ainsi que sa transmission à l’Afrique de l’Ouest et à l’Afrique centrale. On étudiera l’évolution des pipes créées pour fumer ce tabac, en commençant par les pipes amérindiennes qui sont à l’origine de toutes les autres, qu’elles soient européennes ou africaines. On finira par l’illustration de l’introduction du tabac et de la création originale de pipes au royaume de Kongo, certaines probablement associées à un marché restreint et réservé aux élites de la société.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *