Le massif de Lovo, sur les traces du royaume de Kongo

La thèse de doctorat de Geoffrey Heimlich sur l’art rupestre d’Afrique centrale est désormais publiée, sur papier et simultanément en version électronique (pdf) accessible gratuitement, chez Archeopress, dans la série Cambridge Monographs in African Archaeology.

À la différence des arts rupestres du Sahara ou d’Afrique australe, ceux d’Afrique centrale restent encore aujourd’hui largement méconnus. Bien que signalé dès le XVIe par Diego del Santissimo Sacramento, l’art rupestre du Kongo Central n’a jamais fait l’objet d’une recherche de grande ampleur et son âge reste toujours incertain. Peuplé par les Ndibu, un des sous-groupes kongo, le massif de Lovo se trouve dans le nord de l’ancien royaume de Kongo. Même si ce royaume est, à partir de 1500, l’un des mieux documentés de toute l’Afrique tant par les sources historiques que par les sources ethnographiques et anthropologiques pour les périodes plus récentes, il reste largement méconnu sur le plan archéologique. Avec 102 sites inventoriés (dont 16 grottes ornées), il contient la plus importante concentration de sites rupestres de toute la région, ce qui représente plus de 5000 images rupestres. En croisant les points de vue ethnologique, historique, archéologique et mythologique, Geoffrey Heimlich montre que l’art rupestre a bel et bien une part importante dans la culture kongo. Au même titre que les sources historiques ou les traditions orales, il peut apporter aux historiens une documentation de premier plan et contribuer à reconstruire le passé de l’Afrique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *