Ruling the Unruly: A Provincial History of the Mahdiyya in Eastern Sudan (1883-1891)

Anaël Poussier soutient sa thèse de doctorat le 26 avril 2024.

Le jury est composé de : Madame Anne-Claire Bonneville, maître de conférence à l’INALCO ; Madame Sivia Bruzzi, chercheuse à l’Università degli studi di Torino ; Monsieur Vincent Hiribarren, lecteur au King’s College ; Madame Iris Seri-Hersch, maître de conférence à Aix-Marseille Université ; Madame Heather Sharkey, professeur à la University of Pennsylvania ; Monsieur Pierre Vermeren, professeur à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

La soutenance se tiendra le vendredi 26 avril 2024 à 14h en salle 216 du Centre Panthéon (12 place du Panthéon, 75005). Elle sera retransmise pour le public par visioconférence et se tiendra principalement en français. En raison du nombre limité de places disponibles dans la salle, et plus généralement pour des raisons logistiques, si vous souhaitez être présent, veuillez remplir le formulaire ici avant le dimanche 21 avril. Le lien Zoom vous sera envoyé la veille de la soutenance. 

Cette étude explore les modalités de la présence mahdiste au Soudan-Est entre 1883 et 1891. Elle s’appuie sur des sources administratives produites par le régime mahdiste, en particulier les agents du trésor de Tūkar. Ces sources uniques par leur cohérence permettent de développer une réflexion sur les relations entretenues entre les populations locales issues dans leur majorité des communautés bijāwī et le pouvoir central mahdiste. Ces relations doivent être replacées dans une histoire longue des contacts entre ces communautés tournées vers le pastoralisme nomade et les structures politiques de la haute vallée du Nil, notamment dans le cadre de l’expansion du régime ottomano-égyptien depuis 1840. Si l’arrivée du ʿāmilʿUthmān Diqna en 1883 représente une rupture, la mobilisation mahdiste s’inscrit dans le cadre plus large de la crise socio-économique qui affecte la région depuis une décennie. Tandis que le conflit entre les Mahdistes et les forces anglo-égyptiennes empêcha la formation d’une véritable administration provinciale, ceci changea à partir de 1885 et la capitulation de Kasalā. Une gouvernance fut mise en place qui était à la fois influencée par les pratiques antérieures, mais également unique au mahdisme. Sa fonction primordiale était la gestion des aspects économiques de la mobilisation pour le jihād. À cet égard, la fiscalité, les échanges commerciaux, et la production de grain furent trois enjeux majeurs. Cependant, le régime provincial mahdiste visait aussi l’établissement d’une société réformée. Cet objectif demeura inachevé mais l’importance des efforts consentis pour faire émerger une communauté mahdiste montre la pérennité du message du Mahdī.

This study explores the modalities of the Mahdist presence in Eastern Sudan between 1883 and 1891. It is based on administrative sources produced by the Mahdist regime, in particular the treasury agents in Tūkar. These sources, which are unique in their coherence, make it possible to develop a reflection on the relations maintained between the local populations, the majority of whom came from Bijāwī communities, and the Mahdist central power. These relations must be seen in the context of the long history of contacts between these communities, mainly nomadic pastoralists, and the political structures of the Upper Nile Valley, particularly in the context of the expansion of the Ottoman-Egyptian regime from 1840 onwards. The arrival of the ʿāmil ʿUthmān Diqna in 1883 represented a watershed, but the expansion of Mahdism must be seen in the wider context of the socioeconomic crisis that had been affecting the region for a decade. While the conflict between the Mahdists and the Anglo-Egyptian forces prevented the formation of a real provincial administration, this changed in 1885 with the surrender of Kasalā. A form of governance was established that was both influenced by former practices and unique to Mahdism. Its primary function was the management of the economic aspects of mobilisation for the jihād. In this regard, taxation, trade, and grain production were three major issues. However, the Mahdist provincial regime also aimed to shape a reformed society. This objective remained unfulfilled, but the scale of the efforts made to bring about the emergence of a Mahdist community shows the enduring nature of the Mahdī’s message.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 19 avril). Ruling the Unruly: A Provincial History of the Mahdiyya in Eastern Sudan (1883-1891). Carnet d’Afriques, revue d’histoire. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8uq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search