Séminaire « Monuments et Documents de l’Afrique ancienne : recherches en cours en histoire, histoire de l’art et archéologie » 2023-24

Ce séminaire teste et confronte hypothèses et méthodes pour montrer comment les sciences humaines et sociales écrivent aujourd’hui le passé de l’Afrique. L’objectif est de présenter et discuter les recherches en cours sur l’Afrique ancienne, entendue dans un sens très large de la préhistoire jusqu’au pré-contemporain, prenant en compte aussi bien les régions au sud du Sahara que celles qui sont au nord. Il s’agit non seulement d’établir une veille sur les tendances actuelles de la recherche mais surtout de voir comment celle-ci peut se faire en situation de pénurie documentaire dans une interdisciplinarité en acte. Ce séminaire permet aussi de mobiliser et rassembler les recherches sur l’Afrique pré-contemporaine pour créer un lieu d’échanges et dynamiser le champ.

Animé par Claire Bosc-Tiessé (CNRS/EHESS, Institut des Mondes Africains), Amélie Chekroun (CNRS, Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans), Marie-Laure Derat (CNRS, Orient & Méditerranée), Anaïs Wion (CNRS, Institut des Mondes Africains)

Contacts : anais.wion@univ-paris1.fr (pour Paris-1) et claire.bosc-tiesse@ehess.fr (pour l’EHESS)

Programme 2023-2024

Les 2e et 4e vendredi de chaque mois de 14h30 à 16h30, du 10 novembre au 21 juin, sauf le 24 novembre et le 8 décembre (voir ci-dessous).

Salle gradinée, Bâtiment EHESS, Campus Condorcet (inscription facultative mais recommandée ici)

10 novembre : Mikael Muehlbauer (Columbia University – Islamic Art department, Metropolitan Museum, New York), “The “Gothic” Window in the Church of Beta Maryam (Lalibela, Ethiopia): Mamluk Aesthetics and the Iconography of Spolia in Medieval Ethiopia”.

Au centre de la façade de l’église taillée dans le roc de Beta Maryam (Lalibela, Éthiopie), datant de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle, se trouve une curieuse fenêtre. Constituée d’une paire d’ouvertures cintrées couronnées d’un quadrilobe, elle ressemble beaucoup aux fenêtres à plateaux du début du gothique. Plutôt qu’une coïncidence, j’émets l’hypothèse que cette forme fut un emprunt ostensible au gothique par la royauté éthiopienne et qu’elle fut probablement sculptée lors d’une restauration médiévale tardive de l’ensemble de l’église (fin du XIIIe – milieu du XVe siècle). Ce motif n’a cependant pas parcouru seul les 5 500 km qui séparent l’Éthiopie de l’Île-de-France. À cette époque, les éléments gothiques pillées dans les églises des croisés tels que lancettes, occuli et portails étaient utilisés dans les façades des bâtiments royaux du Caire. C’est dans cette ville qu’étaient nommés les archevêques coptes nommés sur le diocèse éthiopien. De nombreuses délégations royales éthiopiennes s’y rendaient. Je soutiens donc que la “fenêtre gothique” de Beta Maryam fut, dans son contexte éthiopien, un symbole royal mamelouk utilisé pour permettre l’appropriation de l’ancien complexe rupestre de Lalibela par la dynastie régnante des Solomonides.

24 novembre : les journées d’études qui se tiendront à la BNF des 22 et 23 novembre « Dans les carnets d’un savant-voyageur en Éthiopie. Transcrire et éditer les carnets d’Antoine d’Abbadie (mi-XIXe s.) » remplacent la séance du 24 novembre. Il sera vu au cas par cas avec les masterant·es comment ils peuvent y assister en fonction de leur calendrier. Il leur est recommandé de privilégier la conférence inaugurale d’Hélène Blais le mercredi après-midi, précédé d’une présentation des manuscrits éthiopiens de la BnF.

8 décembre : la séance est couplée à la session de l’après-midi de la journée d’étude « Usages situés de la modernité. Repenser les récits de l’art depuis l’Afrique » qui aura lieu ce même jour à l’INHA.

22 décembre : Mathilde Alain (Warwick Univ.), « Étudier et utiliser le récit de voyage de Francisco Álvares en Éthiopie : méthodologie, sources et pistes de recherche (XVIe siècle) ».

12 janvier : séance dédiée à la présentation des travaux des masterant·es

26 janvier : Camille Lefebvre (IMAF), [titre à préciser]

9 février : Margaux Herman (INALCO, CESSMA) et Eloi Ficquet (EHESS, Césor), « Les archives du Palais à Addis Abeba (Ethiopie) » [titre provisoire]

1 mars : Anaël Poussier (SIRICE), « Une histoire à parts égales de la famine de l’an six au Soudan-Est à travers les sources coloniales et mahdistes (1888-1890) ».

22 mars : Birgit Ricquier (Université libre de Bruxelles), « Des arbres et des racines en linguistique à l’histoire des communautés en forêt équatoriale : le cas du nord-est de la République Démocratique du Congo ».

26 avril : Cheick Sene (Bonn Center for Dependency and Slavery Studies, The Harvard University, Center for Italian Renaissance Studies) : « La fiscalité à l’ère de la traite négrière et du “commerce légitime” en Sénégambie XVIIe-XIXe siècle ».

Du XVIIe au XIXe siècle, l’économie de traite en Sénégambie est dominée par deux phases : la traite négrière (XVIIe-début XIXe siècle) et le commerce dit légitime (début XIXe siècle). Dès le XVIIe s., les Compagnies européennes de commerce s’installent le long des côtes sénégambiennes en accord avec les souverains qui leur donnent le droit de construire des forts, de pratiquer le commerce et de circuler librement sur les cours d’eau de leurs États. Ces accords donnaient lieu au versement régulier par les commerçants européens de redevances plus souvent en nature qu’en espèces, régies par des règles plus ou moins stabilisées, à des taux forts variables en fonction des contextes économiques, politiques et sociaux. Ces redevances dénommées coutumes étaient de deux types : les coutumes annuelles et les coutumes casuelles ou de traite. Ces coutumes ont permis aux Européens de commercer librement en Sénégambie. Ainsi, à partir de Saint-Louis, premier établissement français fixe en Afrique construit en 1659, les Français entretiennent avec les souverains de la Sénégambie des relations commerciales basées sur le commerce des esclaves, de l’or, de la gomme, de l’ivoire, des vivres, de l’arachide, des peaux et d’autres produits de consommation. Jusqu’au XIXe siècle, il était quasi impossible pour les Européens de commercer sans payer les coutumes, symbole de la souveraineté des États de la Sénégambie. Cependant, dans la seconde moitié du XIXe, les conflits et les abus répétitifs liés aux coutumes ainsi que le non-respect des engagements des chefs locaux qui devaient assurer aux commerçants européens la sécurité contribuèrent à la politique de suppression des coutumes par le gouverneur Faidherbe en 1854. Cette communication présentera les coutumes en expliquant leur typologie et leur composition tout en analysant leur rôle dans l’essor du commerce négrier ainsi que leur place centrale dans les relations politiques et diplomatiques entre les Européens et les souverains locaux.

24 mai : Robin Seignobos (Univ. Lyon II, CIHAM), « Archives d’une frontière : les documents arabes de Qaṣr Ibrīm (Nubie, XIe-XIIe siècle) ».

21 juin : Benjamin Weber (FRAMESPA), « Le barrage sur le Nil et les relations égypto-éthiopiennes ».

Apparus en Égypte à la fin du XIIe siècle et assez largement répandus en Occident à partir du XIVe siècle, des récits attribuant aux rois d’Éthiopie le pouvoir d’interrompre le cours du Nil se sont également diffusés en Éthiopie. L’étude de cette diffusion est délicate à mener mais il semble qu’elle ait surtout été propagée par une tradition orale, ponctuellement mise par écrit pour répondre à des contextes spécifiques. Une réflexion globale sur les sources à notre disposition permet d’avancer certaines hypothèses sur l’élaboration et la transmission orale des récits dans la tradition éthiopienne et sur le réemploi de cette tradition orale dans des phases de réécriture de textes plus anciens. Cette analyse offre donc un regard sur le temps long des relations entre oralité et écriture dans la (les ?) société(s) éthiopienne(s) chrétienne(s).



Citer ce billet
La rédaction (2023, 19 octobre). Séminaire « Monuments et Documents de l’Afrique ancienne : recherches en cours en histoire, histoire de l’art et archéologie » 2023-24. Carnet d’Afriques, revue d’histoire. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/at54

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search