Saints fondateurs du christianisme éthiopien

Gérard Colin éd., Saints fondateurs du christianisme éthiopien. Frumentius, Garimā, Takla-Hāymānot et Ēwosṭātēwos.

Introduction, traduction et notes de Gérard Colin, avec la collaboration pour l’Introduction de Christian Julien Robin et de Marie-Laure Derat, Paris, Les Belles Lettres, 2017, 239 p., collection « Bibliothèque de l’Orient Chrétien ».

Dans cette nouvelle « Bibliothèque de l’Orient chrétien », Françoise Briquel Chatonnet et Muriel Debié proposent de mettre à disposition des traductions françaises de textes de l’Orient chrétien déjà édités en langue originale dans des collections spécifiques (https://www.lesbelleslettres.com/collections/87-bibliotheque-de-l-orient-chretien).

Trois livres ouvrent la série dont l’un sur l’Ethiopie pour lequel Gérard Colin a choisi des textes qui présentent l’histoire du christianisme éthiopien à travers les saints qui l’ont établi et diffusé dans le pays. Tout d’abord une homélie du XIVe siècle dédiée à Frumentius qui, venu de Tyr, convertit le roi d’Aksum au christianisme au IVe siècle et devint le premier évêque de l’Eglise d’Ethiopie, reconnu aussi comme son premier saint, ainsi que la notice du synaxaire éthiopien créée au XVIe siècle pour la commémoration de sa mort. Ensuite une homélie, suivie de miracles, conservée dans un manuscrit du XVe siècle, en l’honneur de Garimā, l’un des Neuf Saints venus de l’empire byzantin qui auraient diffusé le monachisme dans le pays aux Ve-VIe siècles, considéré aussi comme le fondateur du monastère où sont conservés des Evangiles enluminés parmi les plus anciens au monde (https://afriques.hypotheses.org/52). La Vie de Takla-Hāymānot, dans la version de Wāldebbā, et la Vie de Ēwosṭātēwos présentent, elles, deux figures majeures de la sainteté en Ethiopie.

Les trois introductions complètent très utilement les textes et donnent une présentation des évolutions récentes de nos connaissances sur le sujet. Celle de Gérard Colin brosse un panorama de l’histoire de l’Eglise éthiopienne et de ses spécificités en se penchant plus spécifiquement sur sa culture manuscrite et hagiographique. Christian Julien Robin revient ensuite en détail sur les modalités de l’arrivée du christianisme en Ethiopie et son enracinement aux IVe et Ve siècles, sur les figures de Frumentius et de Garimā et sur l’histoire des textes écrits à leur propos. Marie-Laure Derat développe, elle, le contexte des XIIIe – XVe siècles et ce qu’est cette troisième période de christianisation de l’Ethiopie avec les prédications des moines éthiopiens Takla-Hāymānot et Ēwosṭātēwos aux XIIIe-XIVe siècles, la fondation de maisons monastiques puissantes à leur suite et les différentes versions des textes hagiographiques qui en rendent compte.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *