L’Afrique en musée – A l’origine de la collection Gustave Magniez. Premiers questionnements sur les objets africains du musée Girodet à Montargis.

La constitution de collections ethnographiques dans les anciennes colonies d’Afrique subsaharienne est souvent une histoire opaque. Elle est surtout difficile à retracer avant le XXe siècle lorsque la pratique de la collecte d’objets est encore à ses débuts, et la reconnaissance de ces territoires, inachevée. Lorsqu’elle s’effectue pour le compte d’une collection privée, les acteurs de cette histoire demeurent par ailleurs souvent anonymes.

Au musée Girodet de Montargis se trouve pourtant le rare témoignage d’une collecte d’artefacts africains réalisée dans ce contexte à la fin du XIXe siècle. J’ai eu la chance de pouvoir l’observer partiellement dans le cadre de mes recherches pour en livrer ici un premier constat, à mesure que sont redécouverts en France de tels ensembles ethnographiques.

I. PREMIERES SOURCES

Le fond africain du musée Girodet n’est plus exposé au public depuis longtemps. Il refait récemment surface dans une courte publication et parmi la cartographie des collections africaines conservées en France (1). Le récolement actuel des pièces ethnographiques, à la suite d’un siècle de conservation et de ses aléas, met en évidence une réelle difficulté pour l’identification de chacune d’elles. 

Formé par les collections issues de personnalités locales, le musée rassemble depuis 1853 des œuvres liées à l’histoire de la ville et de son agglomération. L’acquisition de pièces d’Afrique subsaharienne n’est mentionnée qu’au travers de la riche donation de Mme Berthe Magniez en 1922, au sein de laquelle au moins une centaine de pièces d’ethnographie et d’histoire naturelle auraient appartenu à son père, M. Gustave Magniez. Il est précisé au même moment qu’elles ont été rassemblées et rapportées par ce dernier d’Afrique occidentale, du Dahomey, du Gabon, du Congo, et du lac Tchad (2). Les archives du musée mentionnent aussi la construction de deux panoplies consacrées à l’exposition des armes de la collection, comme le confirment les photographies qui furent conservées (FIG. 1). On retrouve la trace de ces installations dans le catalogue de 1937, bien que leur contenu ne soit toujours pas détaillé, accompagnée de la mention de deux vitrines comprenant a priori textiles, parures, ustensiles et autres objets sculptés « provenant du Gabon et de la Sénégambie » (3).

FIG. 1. Photographies des panoplies exposant une partie de la collection Magniez à partir de 1923.
Montargis, archives du musée Girodet

II. GUSTAVE MAGNIEZ ET L’OGOOUE

Rien qu’au regard des anciennes panoplies, l’origine gabonaise de nombreux objets apparait comme une évidence. Elle fait tout particulièrement écho aux industries métallurgiques des sociétés précontemporaines de l’Ogooué que j’ai régulièrement l’occasion d’observer et de documenter au cours de mes travaux.

Je me réfère ici en particulier aux quatre haches, à la dizaine de couteaux lancéolés aux manches en torsades, deux autres à la lame en forme de tête d’oiseau ou encore la douzaine de coutelas aux manches cruciformes dont il ne reste aujourd’hui qu’un seul exemplaire. Des modèles similaires ont en effet été acquis par les premiers explorateurs à s’être aventurés au-delà du bas-fleuve à la fin des années 1870. L’un de ces pionniers, le naturaliste Alfred Marche, en rapporte pour la première fois dans les collections nationales françaises (4). Ces objets sont présentés à l’exposition universelle de 1878, à l’instar de spécimens similaires issus des premiers butins de l’administration locale au Gabon : celui rapporté par le lieutenant Fourest montre notamment une variété d’objets que l’on peut rapprocher de ceux de Montargis (5) (FIG. 2). Ces collections précèdent de peu celles des missions d’exploration bien plus connues de Pierre Savorgnan de Brazza et de ses collaborateurs dans la décennie suivante (6) dont la majeure partie, récupérée par le musée d’ethnographie Trocadéro, est aujourd’hui conservée au musée du Quai Branly. Bien que ces objets soient rarement documentés avec précision, le contexte de leur provenance permet au moins de les rattacher aux espaces du Gabon et du Congo explorés durant cette période.

Une telle origine s’explique de manière cohérente lorsque l’on s’intéresse à Gustave Magniez et à la raison de sa présence en Afrique. Les traces de son activité sont malheureusement rares. On retrouve toutefois son nom dans les bulletins administratifs du Congo français entre 1888 et 1900, dans lesquels il apparait en qualité de commissaire de police, depuis son entrée en service en août 1887 (7). Il prend en effet ses fonctions dans le contexte spécifique d’une prise en charge des territoires de l’intérieur du Gabon, immédiatement après les premières missions françaises de l’Ouest africain qui identifient les circuits favorables pour le commerce. Le début de son activité est notamment marqué par l’installation de nouveaux postes administratifs, de sociétés concessionnaires et missionnaires le long de l’Ogooué, de Libreville et Lambaréné à la région de Franceville, puis au-delà, à la frontière avec le Congo belge.

Un bracelet en ivoire du musée Girodet porte d’ailleurs sur lui l’empreinte même de cette origine. Il est gravé des larges inscriptions « Odidi – Atyuwes wife – Gaboon », a priori marqué par la présence des Anglais dans les anciens comptoirs de commerce côtiers. De fines épingles ciselées en ivoire, incrustées d’ébène, seraient quant à elles à rapprocher des « étondos » très tôt remarqués par les officiers de marine sur le littoral, portés par les femmes galoa, m’pongwe ou cama, de chaque côté du Cap Lopez (8) (FIG. 3). Outre le lot d’épingles du musée du Quai Branly rapporté par Paul Durand en 1900, peu d’exemples d’objets similaires sont malheureusement documentés.

FIG. 2. Objets rapportés du Gabon par le lieutenant Fourest en 1878,
d’après HECKEL E., Op. cité, 1879, p.89
FIG. 3. Deux épingles en ivoire, Gabon
Montargis, musée Girodet, inv.937.290

En poursuivant l’observation de sa collection, le schéma d’une collecte qui se serait effectuée le long du fleuve, vers l’arrière-pays, se renforce.

Plusieurs pièces renvoient à un artisanat fang que Günter Tessmann a certes analysé lors de ses missions ethnographiques au Cameroun, mais dont on sait qu’il s’est diffusé au rythme des migrations vers le Gabon, dès les XVIIIe et XIXe siècles (9). Il s’agit d’objets dont certaines caractéristiques sont récurrentes et reconnaissables, de la forme donnée au choix des motifs : des colliers de cuivre au décor incisé (FIG. 4), des cuillères en bois souvent sculptées en spatules ou d’autres produits de l’industrie métallurgique évoqués plus haut tels que les haches ou les longs coutelas dont la base de la lame est gravée. Si l’on retrouve ponctuellement ces types d’objets dans les anciennes collections commanditées par l’Etat français, l’œuvre du Pasteur Fernand Grébert en documente un grand nombre à partir de 1913. Au-delà de ceux qu’il a collectés pour le musée d’ethnographie de Genève, il en illustre une grande partie dans ses carnets de l’époque au contact des Fang rencontrés sur le bas et le moyen Ogooué entre les différentes paroisses de la Société des missions évangéliques (10).

Les folios de Grébert soulignent la présence dans la région de deux autres types de couteaux visibles à Montargis, que les sources plus anciennes ne raccordent pas nécessairement à un héritage fang. Les lames lancéolées font plus volontiers référence à la forge des populations du haut Ogooué par exemple, des armes que Brazza rapporte en quantité au musée du Trocadéro (11). Quant aux couteaux à tête d’oiseau, sans doute sont-ils parmi les productions de l’Ogooué les plus étudiées au cours du XXe siècle : on les rencontre le plus souvent dans les publications sous le nom kota de musele/osele ou en langue fang, onzil. Si l’origine de leur invention demeure incertaine, le centre de production principal à la fin du XIXe siècle se situe en pays kota, à partir duquel l’objet se diffuse et se copie chez un grand nombre de sociétés voisines (12). Les deux exemplaires du musée Girodet reprennent nettement cette forme atypique, inspirée du profil du calao, qui figurent l’œil de l’animal par un triangle ouvragé dans la lame. L’un d’eux présente des caractéristiques peu communes : sa taille imposante et la présence de motifs figuratifs gravés sont probablement les signes d’un modèle qui aurait progressivement disparu, laissant place dans les années 1890 à un type plus proche du second couteau dont il existe de nombreux équivalents dans les collections européennes (13).

Si l’on peut douter de l’origine exacte de la plupart de ces pièces, le grand collier en cuivre plat conservé à Girodet renvoie à une fabrication et un usage bien plus localisés (FIG. 5). Sous le nom de « collier Makoko », en référence au titre du roi des Teke-Tio, des objets semblables font leur apparition dans les musées à la fin du XIXe siècle et tout au long du siècle suivant. Brazza est le premier à attester de leur production lorsqu’il parvient jusqu’au royaume du Makoko Iloo Ier, avec lequel il négocie le premier traité de protectorat français (14). Les photographies et les gravures de l’époque associent certes l’objet à la figure du roi, mais il pouvait être porté par d’autres membres de la cour, acheté ou donné en investiture aux chefs de terres (15). Par conséquent, celui de la collection Magniez provient sûrement d’un achat avec un ancien propriétaire teke, si ce n’est une commande effectuée directement auprès du bijoutier du roi, telles que sont décrites les circonstances même d’acquisition par Brazza (16).

FIG. 4. Colliers en cuivre de type fang, Gabon
Montargis, musée Girodet, inv.937.299-303 ; 937.346
FIG. 5. Collier en cuivre de type teke dit collier Makoko. Congo
Montargis, musée Girodet, inv.937.304

III. LA QUESTION D’UNE COLLECTE PLUS ETENDUE : L’IRRESOLUE DE LA COLLECTION MAGNIEZ

La comparaison entre les objets de Montargis et les anciennes donations faites à l’Etat français confirme aussi la présence d’artefacts acquis certainement en dehors des espaces rattachés aux industries de l’Ogooué.

Certaines armes de jet à plusieurs pointes sont le signe de collectes effectuées dans les cours affluents du Congo, le long de la Sangha d’abord, puis plus en profondeur sur l’Ubangi, dans le mouvement des possessions coloniales. L’itinéraire correspond à celui emprunté dès 1883 par la troisième mission de Brazza – en éclaireur – puis par d’autres administrateurs chargés d’investir de nouveaux postes au Nord-Est de la colonie. Parmi eux, Jean Dybowski est l’un des premiers à y constater un centre d’extraction de fer et de fabrication d’armes de jet aux formes variées (17). Tandis que certains modèles du musée Girodet se réfèrent au travail de forgerons gbaya ou yangere situés dans un secteur à la limite du Congo français (FIG. 6), d’autres rappellent le répertoire de formes préféré dans le haut-Ubangi et l’Uele-Bomu, un territoire sur lequel s’organise alors la colonie de l’Oubangui-Chari au début des années 1890 (18). Il est alors question d’armes élaborées, de projectiles à usage guerrier, déjà l’objet de fascination en Europe depuis le témoignage de l’ethnologue Georg Schweinfurth au retour d’une expédition en pays zande (19).

De l’Oubangui-Chari nous proviennent également plusieurs torques de cuivre rouge à saillie médiane dont les extrémités sont travaillées en volutes. On peut remonter à leur première apparition dans les collections en Europe au travers de la donation de Dybowski en 1893 (20) (Fig.7). Ce type de parure correspond en tout point à l’aspect d’un collier rapporté par Magniez, qui permet une fois de plus de rattacher l’activité du collecteur à ces nouveaux territoires français d’Afrique équatoriale.

FIG. 6. Couteau de jet de type gbaya, Congo / République centrafricaine
Montargis, musée Girodet, inv.937.295
FIG. 7. “Bijoux rapportés de l’Afrique centrale par M. J. Dybowski”
D’après DELISLE, Op. cité, 1893, p.56
Le collier “de femme Bonjos” (n°1) est similaire à celui de la collection Magniez, inv.937.305

On ne connait pas le détail des déplacements de Magniez, sinon que Libreville était le poste principal de la colonie auquel il était nommé à résidence pendant plusieurs années et au cours desquelles il aurait rempli la fonction d’huissier (21). Les sources manquent au-delà de 1896, jusqu’à ce que Magniez réapparaisse sous la mention de « chef d’exploration » en 1899, alors même qu’il est désigné en remplacement pour un retour à Libreville (22). Ce changement de statut pourrait être à l’origine de la constitution de sa collection, s’il n’a pas entamé celle-ci plus tôt. Dans tous les cas, il suggère une plus grande mobilité du commissaire durant les dernières années de sa carrière, à une échelle spatiale et temporelle encore difficile à estimer.

Son rapport à Brazza, nommé commissaire général du Congo français depuis 1885, reste également à éclaircir. S’il lui est évidemment rattaché d’un point de vue hiérarchique, il est moins sûr que Magniez faisait partie d’une mission d’exploration en sa compagnie comme il est pourtant suggéré par la Société d’émulation de Montargis lors du don de Berthe Magniez au musée (23). A la fois le caractère incertain de ces informations tardives et le fait que la collection n’ait pas été commanditée par l’Etat pourraient en effet infirmer cette thèse.

Ces mêmes données, datant de la donation, interrogent en outre sur l’ampleur de la zone géographique concernée. Jusqu’ici, notre analyse a révélé une forte représentation d’objets provenant de l’Ogooué ainsi que certaines pièces issues de régions qui relient le Congo français à l’Oubangui-Chari. Je n’ai pu en revanche valider ou invalider l’implication d’autres pays du continent, en particulier ceux de l’Afrique occidentale, qui sont pourtant clairement évoqués par la société savante dans les années 1920, d’après – on l’imagine – le témoignage de la donatrice (24). Parmi les objets consultés, vanneries, chasse-mouches, cannes ou figures de bois, peu sont malheureusement susceptibles de confirmer par leur aspect général une provenance de Sénégambie ou du Dahomey, de mon point de vue. Si une étude approfondie confirme finalement leur présence, elle nous amènerait à reconsidérer la constitution de cet ensemble, non seulement du point de vue des motivations de Magniez, mais aussi de l’organisation logistique, au sein de laquelle on peut dès lors imaginer la circulation d’artefacts à grande échelle, avant leur mise en collection, ainsi que l’intervention de tiers.

Des questionnements sur l’origine des pièces, plusieurs se soulèvent sur les modalités d’un rassemblement d’objets à usage privé dans le système global des colonies, sur la démarche et l’ambition d’un collecteur, jusqu’aux interrogations qui rejoignent le champ de l’histoire des arts africains en tant que tel. Un nombre important de pistes de recherches s’entrouvrent, en définitive, à partir de vestiges jusqu’alors invisibilisés et dont les exemples d’histoires similaires de provenance sont sans doute encore largement méconnus.


  1. LEMEUX-FRAITOT Sidonie, « La collection d’objets extra-européens », Dossiers de l’art. Le Musée Girodet. Collection et chefs-d’œuvre, n°265, 2018, pp.14-15 ; BOSC-TIESSE Claire, SALABERRY-DUHOUX Emilie dir., Le monde en musée. Cartographie des collections d’objets d’Afrique et d’Océanie en France, avec la collaboration de Camille Ambrosino, Roger Boulay, Coline Desportes, Hélène Guiot, Sarah Lakhal, Floriane Philippe, Louise-Elisabeth Queyrel, Jacopo Ranzani, Yongsong Zheng, Paris, INHA, [En ligne] https://monde-en-musee.inha.fr, mise en ligne le 28 septembre 2021
  2. Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, Bulletin de la Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, 1922, p.17
  3. GIGUET Léon, VOISIN M., Catalogue des tableaux, dessins, gravures et objets d’art appartenant au musée de Montargis, Montargis : Imprimerie du Loing, 1937, n°581-582, n°600-601
  4. MARCHE Alfred, « Voyage au Gabon et sur le fleuve Ogooué », Le Tour du Monde. Nouveau journal des voyages publié sous la direction d’Edouard Charton et illustré par nos célèbres artistes, Paris, 2e sem., 1878, pp.414-415. Pour une vision plus globale de la collecte d’A. Marche, voir LEFEVRE Margaux, Autour de l’objet. Des sources aux axes d’enquête dans l’analyse de la collection ethnographique rapportée par Alfred Marche de l’Ogooué (Gabon) entre 1873 et 1877 [mémoire de recherche de l’EHESS / non publié], 2020
  5. HECKEL E., « Expédition de M. Fourest dans l’Afrique centrale. Le fleuve Ogôoué », La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie. Rédacteur en chef Gaston Tissandier, Paris, n°293, janv. 1879, p.89
  6. S. DE BRAZZA Pierre, « Voyages dans l’Ouest africain. 1875-1887 », Le Tour du Monde. Nouveau journal des voyages publié sous la direction d’Edouard Charton et illustré par nos célèbres artistes, Paris, 1887, 2e semestre pp.289-336 & 1888, 2e semestre pp.1-64
  7. France. Ministère des colonies, Annuaire colonial (1887-1897), Paris, 1892, p.328
  8. G. DU BELLAY Marie-Théophile, Le Gabon : région équatoriale de la côte occidentale d’Afrique, Paris : Hachette, 1865, p.317 ; HECKEL E., Op. cité, pp.88-89
  9. TESSMANN Günter, Die Pangwe: völkerkundliche Monographie eines westafrikanischen Negerstammes; Ergebnisse der Lübecker Pangwe-expedition 1907-1909 und früherer Forschungen 1904-1907, Berlin, E. Wasmuth, A.-G., 1913, figs.80, 98, 222A, 223
  10. SAVARY Claude, PERROIS Louis & al., Le Gabon de Fernand Grébert 1913-1932, Genève, Musée d’ethnographie, 2003, fo.86, 93, 136, 221, 280, 301
  11. S. DE BRAZZA, Ibid., 1888 p.38, 41
  12. WESTERDIJK Peter, The African Throwing Knife. A Style Analysis, Utrecht: Westerdijk, 1988, S.P.XIV, p.348, 354
  13. WESTERDIJK Peter, Ibid., S.P.XIV, p.348
  14. BRUNSCHWIG Henri, « Les Cahiers de Brazza: 1880-1882 », Cahiers d’études africaines, vol. 6, n°22, 1966, pp. 173
  15. VANSINA Jan, The Tio kingdom of the middle Congo 1880-1892, London: University Press, 1973, pp.332-333, fig.6
  16. S. DE BRAZZA Pierre, Conférences et lettres de P. Savorgnan de Brazza sur ses trois explorations dans l’Ouest Africain de 1875 à 1886 [préface de Napoléon NEY],Paris: M. Drefous, 1887, p.352
  17. DYBOWSKI Jean, « Les couteaux de jet de l’Oubangui », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, Paris, t.4, n°8, 1893, p.98
  18. WESTERDIJK Peter, Ibid., 1988, S.P.VIII-IX, S.P.XI à XIII
  19. SCHWEINFURTH Georg, Im Herzen von Afrika : Reisen und Entdeckungen im Centralen Äquatorial-Afrika während der Jahre 1868-1871, Leipzig: F.A. Brokhaus, 1874, pp.7-8
  20. DELISLE Fernand, « La mission Dybowski. Parures et industries diverses », La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie. Rédacteur en chef Gaston Tissandier, Paris, 1893, n°1021, p.56
  21. [s.n.], Journal officiel administratif Gabon-Congo, paraissant le samedi de chaque semaine, Libreville (1887-18..), 14 juill. 1888, n°29, p.4 ; France, Ministère des colonies, Bulletin officiel administratif du Congo français (18..-1904), Libreville, mars 1896, n°3, p.85
  22. France, Ministère des colonies, Bulletin officiel administratif du Congo français (18..-1904), Libreville, 1899, p.59
  23. Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, Bulletin de la Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, 1923, p.64
  24. Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, Ibid., 1922, p.17 ; GIGUET Léon, VOISIN M., Ibid., n°581-582, n°600-601



Citer ce billet
Margaux LEFEVRE (2023, 6 avril). L’Afrique en musée – A l’origine de la collection Gustave Magniez. Premiers questionnements sur les objets africains du musée Girodet à Montargis. Carnet d’Afriques, revue d’histoire. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/at51

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/05/2023

    […] L’Afrique en musée – A l’origine de la collection Gustave Magniez. Premiers questionnements s…, par Margaux Lefevre, sur le Carnet d’Afriques ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search