Les migrations bantoues étudiées par le génome

Un article publié dans Science fait état des travaux menés par des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS, menés par Etienne Patin et Lluis Quintana-Murci, en collaboration avec plusieurs institutions africaines, européennes et américaines. A partir de 2000 individus issus de 57 populations de toute l’Afrique subsaharienne, leurs analyses relèvent que les populations de langues bantoues de l’est et du sud de l’Afrique sont plus semblables génétiquement aux populations du sud qu’à celles du nord de la forêt équatoriale. Ces données plaident ainsi en faveur du « Late split » : les Bantous auraient d’abord traversé la forêt équatoriale, pour ensuite suivre leurs voies migratoires vers l’est et le sud de l’Afrique sub-Saharienne, où ils auraient rencontrés d’autres peuples autochtones de ces régions.

Pour en savoir plus :

Dispersals and genetic adaptation of Bantu-speaking populations in Africa and North America, Etienne Patin, Marie Lopez, Rebecca Grollemund, Paul Verdu, Christine Harmant, Hélène Quach, Guillaume Laval, George H. Perry, Luis B. Barreiro, Alain Froment, Evelyne Heyer, Achille Massougbodji, Cesar Fortes-Lima, Florence Migot-Nabias, Gil Bellis, Jean-Michel Dugoujon, Joana B. Pereira, Verónica Fernandes, Luisa Pereira, Lolke Van der Veen, Patrick Mouguiama-Daouda, Carlos D. Bustamante, Jean-Marie Hombert, Lluís Quintana-Murci, Science, 5 mai 2017.

Et : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/5027.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *