Transcrire les carnets d’Antoine d’Abbadie #3

Antoine d’Abbadie ethnographe, les caravanes et les marchands d’Éthiopie

« La caravane que nous rencontrames le 23 juin à Döbarök’ est la caravane du mousson (y mawosoum ngade) : c’est la plus grande qui traverse l’Abyssinie et se compose selon ttmke probt. de 150 charges (t’nat) de mulet d’ivoire ainsi reparties […] ceci donne environ 50000 $ pour valeur (rendue à Mousz.) des marchandises de la grande caravane » Ms. BnF Eth. Abb. 265, fol. 61r, “Commerce Abyssin”

Les carnets de terrain d’Antoine d’Abbadie numérisés sur le site Transcrire abondent de détails sur les régions qu’il parcourt de 1838 à 1844. Outre des observations astronomiques et topographiques, des mesures géodésiques ou des lexiques de langues éthiopiennes (Wion 2021, Alain 2021), il consigne des observations de type ethnographique sur les cours royales dans lesquelles il séjourne, la religion, l’origine des peuples, les mœurs, les lois etc. mais aussi des anecdotes, des récits parfois d’humeur et des opinions sur les gens qu’il côtoie ou sur ses conditions de voyage.

Les nombreuses annotations relatives à l’activité commerciale suscitent la curiosité. Dans l’état actuel des transcriptions, le mot “commerce” revient 65 fois, “marchand” 95 fois, “négocians”/ “négociant” 24 fois, “marché” au sens de place marchande 80 fois et “caravane(s)” 63 fois dans les carnets 265, 266 et 267. D’Abbadie évoque les produits du commerce, café, civette, beurre, mules, toiles, sel, esclaves, les prix pratiqués, les droits de douane, les marchands et les nombreuses caravanes qui circulent entre Massaoua, le Sennar, Berberah, et les territoires éthiopiens.

Que cherche-t-il à savoir et d’où viennent les informations recueillies sur le commerce ? Comment collecte-t-il ces informations, dans quels contextes sociaux, et qui sont ses interlocuteurs ? Ce billet ne cherche pas à entrer dans l’analyse du contenu des carnets, qui sera une étape ultérieure1, mais à éclairer la démarche de d’Abbadie. Une découverte des carnets sous l’angle singulier du commerce qui apporte quelques surprises.

Les lieux cerclés de couleur rose sont mentionnés dans le texte.
Extrait de Massaja en Ethiopie, carte dessinée sous la direction d’Antoine d’Abbadie, Paris, 1886

Les intentions de d’Abbadie

Le contexte de concurrence internationale pour le commerce en Mer Rouge

Voyageur aux aspirations scientifiques, d’Abbadie n’est pas animé par l’objectif premier d’étudier l’activité commerciale, ni d’établir des liens commerciaux entre la France et l’Éthiopie comme le furent Combes et Tamisier ou Aubert-Roche et Dufey à la même période (Malecot, 1971). Il ne publia jamais sur le commerce comme il le fit après ses voyages à propos de la géodésie, la linguistique ou la religion. Son article sur les monnaies (d’Abbadie, 1868) relève de la numismatique et son opuscule sur l’esclavage (d’Abbadie, 1896) laisse de côté la matérialité de ce commerce dont il rend pourtant abondamment compte dans ses carnets.

D’Abbadie a néanmoins rédigé 20 folios2 relatifs au commerce de Djeddah, Suez et Massaoua (dite aussi Bat’é ou Batz’é3 ), trois villes situées en marge des territoires éthiopiens. Ces folios forment un corpus de par le type d’information, la méthode de collecte et de restitution qui diffèrent des folios (examinés plus loin) dans lesquels est évoqué le commerce des territoires éthiopiens. D’Abbadie parle de “mémoire” pour Suez (265, fol.74r) et de “travail”, qu’il envisage en deux parties, pour Djeddah (265, fol.77r).  Dans ces deux derniers cas, il fait appel à trois négociants locaux choisis de manière à ce que leurs renseignements se complètent. Ceux-ci concernent: les produits d’importation et d’exportation par provenance, présentés en tableaux, avec une évaluation des quantités, le nombre et le tonnage des bateaux, les revenus de la douane, l’intervention du pacha, l’évolution du commerce etc.

Peut-être d’Abbadie entreprend-t-il de rédiger ces pages en raison du contexte politico-économique qui faisait alors de la France et l’Angleterre des rivaux dans la maitrise du commerce dans la Mer Rouge et l’Océan Indien, avec une nette domination de la présence britannique. Une lettre qu’il adresse aux autorités françaises en juillet 1839 -lors d’un retour à Paris- “pour [lui] exposer les possibilités commerciales en Éthiopie méridionale” (Malecot, 1971, p. 153) semble aller dans ce sens alors que la présence française dans la région est encore marginale. Djeddah, Suez et Massaoua sont alors des lieux où se déploie la concurrence : c’est en effet par ces grandes places commerciales que transitent les produits importés et exportés des territoires éthiopiens et là où sont installés les sociétés commerciales et les consuls étrangers. De fait, d’Abbadie déclare ne pas attendre le relevé promis de la douane de Suez pour dresser ses tableaux “vu que le détail des importations intéresse faibl.t le commerce Français” (265, fol.74r). Toujours selon Malecot (1971, pp.153-54), il écrit également aux autorités britanniques en leur assurant que son voyage jetait les bases de futures relations commerciales entre l’Angleterre et l’Éthiopie, mais il s’agit là peut-être de faciliter son voyage puisqu’il souhaitait obtenir leur protection diplomatique à travers l’Égypte et à Massaoua.

Commerçants banians et arabes à Massaouah (d’après une gravure de Th. Lefebvre, Atlas, 1845)

Le commerce des territoires éthiopiens, une donnée parmi d’autres

Si de telles considérations utilitaristes n’apparaissent pas dans les pages des carnets consacrées aux territoires éthiopiens, toutefois les nombreuses références aux produits du commerce, leur production, leurs prix et disponibilités, la localisation des marchés, les tentatives de quantification, d’évaluation des profits commerciaux, de la taille des caravanes commerciales peuvent refléter un souci des possibilités futures du commerce européen avec l’Abyssinie.     

Elles correspondent certainement à un désir d’exhaustivité présent dans l’ensemble des carnets. Seuls 8 folios portent des titres faisant directement référence au commerce : “Commerce Abyssin” (265, fol. 61r et 61v); “Souvenirs de négocians [sic]” (266, fol. 65r), “Souvenirs de negocians [sic] Abyssins” (266, fol. 8v), « Prix » (266, fol. 39v; 265, fol. 118v); “Poids et mesures” (265, fol. 24v, 24r). Le reste des notes sur les routes, produits, marchands, caravanes, sont éparpillées dans le texte, ces termes apparaissant peu dans les index, en titre de paragraphe ou en mots-clés inscrits dans les marges. Une partie sera consignée dans la Géographie de l’Éthiopie (d’Abbadie, 1890), mêlées aux informations topographiques, aux anecdotes sur le voyage, reprenant le format rédactionnel des carnets. Ceci suggère que les activités économiques font partie d’un ensemble d’informations comme l’illustrent les exemples suivants.

Ainsi au fol. 32r du manuscrit 266, “Loix [sic] coutumieres”, les observations sur les modalités de vente et la formation de sociétés commerciales voisinent avec celles portant sur les aspects juridiques de l’hypothèque, les créances ou l’adultère féminin.

Les pages sur certains peuples contiennent toutes sortes de renseignements divers dont des renseignements relatifs au commerce. La vingtaine de paragraphes regroupés au fol. 2v du manuscrit 266  sous le titre “Les Södama” évoquent le roi et ses ennemis, l’absence de villages, les manières de boire, les noms de tribus, une réflexion sur les noms pareils en lieux différents ainsi qu’un court paragraphe intitulé “commerce” sur les productions du Kafa (café, civette, maniguette4, mules) ainsi qu’un autre sur les importations de sel et leurs provenances.

Extrait du manuscrit Eth. Abb. 266, fol. 2v : texte (https://transcrire.huma-num.fr/scripto/13/13446/13452)
Extrait du manuscrit Eth. Abb. 266, fol. 2v : transcription (https://transcrire.huma-num.fr/scripto/13/13446/13452)

En introduction du fol. 41v “les Dawro” du manuscrit 266, d’Abbadie nous dit : « Je rassemble ici quelques renseignemens sur les Dawaro. Ils sont ou paiens ou chrétiens et il s’y trouve fort peu de musulmans. Walamo et Koullo sont les royaumes les plus grands […]. Walamo empêche tout commerce entre Kafa et la mer », une courte remarque qui est la seule information relative au commerce dans la page.

Ce souci d’exhaustivité fait-il aussi écho à celui de faire découvrir des populations et des cultures inexplorées ainsi que d’Abbadie le note tout au début du carnet 266 (fol.1) ? : “J’aurais du commencer ce livre par dire que je sens tout le vague de ces renseignements sur les pays inconnus; mais je les ai rassemblés parce qu’ils se rapportent en général à des terres sur lesquelles on ne sait rien, absolument rien.

De façon sans doute plus inattendue pour le lecteur d’aujourd’hui, mais qui s’inscrit dans la description systématique du monde qui s’accélère au milieu du XIXe siècle, les observations sur le commerce des territoires éthiopiens relèvent largement d’une intention géographique. D’Abbadie a clairement exprimé cette intention, lui qui passe beaucoup de temps à réunir des éléments relatifs à la topographie éthiopienne afin, notamment, de localiser la source du fleuve Blanc, le Nil. Parmi ceux-ci figurent des informations incidentes qui aujourd’hui constituent une source précieuse sur les voies commerciales et les mouvements des marchandises. Ainsi, d’Abbadie reconstitue certains itinéraires caravaniers comme celui de la grande caravane qui va, plusieurs fois l’an, de Massaoua à Saqqa, dont il estime les distances entre chaque étape car, dit-il, les indications en journées de route apportent des compléments aux mesures topographiques telles que triangulations et calcul des azimuts (d’Abbadie, 1890, préface pp. 3-4, 51). Autre exemple, le territoire éthiopien est maillé de marchés hebdomadaires qui servent de points de repère dans la description des itinéraires (par exemple: 266, fol. 45v) ou la conception de cartes telle que celle montrée ci-dessous (voir Ethiomap pour la carte complète).

Mention d’un marché sur l’une des cartes d’Antoine d’Abbadie. Numérisation et indexation sur le site Ethiomap

Des marchands qui informent peu sur le commerce

Les sources de d’Abbadie sont surtout orales, une partie des observations relatives au commerce sont d’ailleurs consignées dans les pages “Renseignemens [sic] oraux sur les pays inconnus5. Ces sources sont nourries de ses rencontres avec une grande diversité de sociétés dans des contextes tout aussi divers – tels que repérés au cours de cette exploration préliminaire des carnets sur un nombre limité de folios transcrits. La cour royale et les maisons des notables chez qui il réside procurent de nombreuses opportunités d’interactions sociales avec une large variété d’interlocuteurs, depuis les élites et les courtisans jusqu’aux domestiques et aux esclaves. De même la société des grandes caravanes qui inclut, outre les marchands, l’escorte, les gardiens des bêtes de somme, des domestiques et des esclaves – à la fois domestiques et ‘marchandise’. Il y a aussi des circonstances plus inattendues qui lui permettent en tant que “savant-médecin-devin”, un rôle qu’il adopte parfois pour faciliter sa présence d’Européen, de faire parler les personnes qui viennent le consulter (d’Abbadie, 1890, préface p.7)6.

Curieusement les marchands informent peu d’Abbadie sur le commerce alors qu’ils seraient a priori des interlocuteurs idéaux, comme il semble l’avoir envisagé au début de son voyage. De nombreux marchands sillonnent les territoires éthiopiens, en petits groupes ou en larges caravanes et certains sont également reçus dans les cours royales où séjourne d’Abbadie. Pourtant assez rapidement, les carnets font apparaitre une relation ambiguë marquée par une défiance réciproque. Et la compagnie des marchands semble avoir été vécue comme un mal inévitable, tel qu’il le relate dans une lettre écrite de Saka, Onarya le 16 septembre 1943, publiée dans un Bulletin de la Société de Géographie (1845-01, p. 52): “Il est des lieux dans ma route où il est absolument impossible de ne pas se mêler à une caravane; et comme Laing et d’autres l’ont éprouvé, les marchands sont les plus cruels ennemis de l’Européen qui s’aventure dans des routes nouvelles.

D’Abbadie reproche aux marchands de l’empêcher d’effectuer ses observations scientifiques, source d’une profonde irritation ainsi qu’il le note par exemple dans son journal un 18 mars : “J’eu la douleur de ne pouvoir faire bouillir l’eau tant les marchands étaient devenus cauteleux» (266, fol. 64v). D’Abbadie évalue en effet les altitudes à partir de la température à laquelle l’eau bout et effectue des mesures d’azimuts ou, parfois, tente de le faire. Ainsi campé avec une caravane commerciale au Mont Gömbera, il confie au Journal (266, fol.8r):

« Cette fois j’avais résolu de monter sur le M.t gömbera et de faire un tour d’horizon ou du moins de prendre les azimuths du Mt. Amara et du M.t k’lala dans önarya. mais Saleh qui en voulut aux tristes restes de mes écus m’accusa publiq.t de vouloir écrire le pays avec une lunette et d’être un Franc nom que je repoussais toujours parce qu’il est une injure. Je n’osai donc oter d’autre instrument qu’une très-petite boussole […] ni écrire excepté en cachette et au crayon. »

Cette image négative du marchand aux manières sournoises – “paroles de marchands” s’exclame un potentat éthiopien (266, fol.43r) ! – est peut-être aussi due à des querelles dont la nature reste peu aisée à déterminer dans une lecture préliminaire des carnets mais dont un aperçu est présenté dans la dernière section. À la fin de son séjour, d’Abbadie écrit dans son journal : “nous continuames avec les soldats qui allaient prendre possession de Baso au nom du Ras […] et enfin négocier mon voyage au grand Damot car j’étais bien sur qu’aucun marchand ne se chargerait plus de moi (267, fol.21v).

En réalité, les marchands sont peu désireux de renseigner le voyageur par crainte de la concurrence7. D’Abbadie en fait l’expérience alors qu’il se déplace en compagnie d’une caravane : “Les sottes défiances des marchands m’ont mis dans l’impossibilité de donner des détails comme je l’aurais voulu sur cette petite caravane” (266, fol.7r) sans préciser quelles informations il souhaitait obtenir. Même les modestes marchands Oromo afcalan’aiment pas à indiquer les chemins qu’ils suivent, car tout questionneur leur semble un concurrent futur qu’il vaut mieux ne pas instruire et qu’on devrait habilement dérouter”.8

D’Abbadie peine également à voir dans les marchands des informateurs fiables : “Je ne pouvais croire les marchands qu’il n’y a ni lions ni hyènes dans Djömma qui n’est pas séparé d’onarya par aucun grand fleuve. Cependant cela parait vrai” (266, fol.25r). Il fustige “le peu de valeur des renseignements de gens qui n’accordent d’importance qu’aux questions commerciales“ (266, fol. 1r). Mais s’il ne semble pas attendre grand-chose des marchands ceux-ci apparaissent toutefois régulièrement comme des informateurs parmi d’autres; certains consentent à fournir des renseignements qu’ils considèrent sans doute anodins, sur la topographie des régions dans lesquelles ils circulent, la source du Godjab (267, fol. 24r), les rythmes des crues (266, fol. 13v), les langues locales (266, fol. 24r), les évolutions politiques (266, fol. 11r), voire sur leurs itinéraires (267, fol.24r). Leur nom est rarement mentionné, s’agissant sans doute de rencontres brèves. Ce sont, au fol. 18v du manuscrit 266,un marchand de Limmou” qui fournit des informations sur la course du Dödesa ou encore “des gens qui font le commerce” qui, entre autres, listent les dix peuples sous suzeraineté du roi de Kafa.

Parfois même des relations cordiales s’établissent qui sortent quelques marchands de l’anonymat. Parmi eux figure le “marchand Tamru, du Tigray9, “qui se donne beaucoup de mouvement pour me procurer des nouvelles géographiques…” (266, fol. 18v). Tamru va jusqu’à solliciter d’autres marchands et en trouve un désireux de situer la source du Dödesa (266, fol. 14r). Un autre, “Kahsay gros marchand chrétien” (265, fol. 54r), apporte une aide logistique précieuse : “Le marchand Kahsay me conseilla de ne pas aller par le pont qui était gardé militairement par les deux parties. Il me fit annoncer sur la route comme messager de l’Aboun pour faire la paix entre le Gojam et le Ras” (265, fol. 173v). En juin 1945, d’Abbadie loge chez le marchand Kasañ à Quatara afin de faire des observations astronomiques tout en achetant des livres manuscrits un jour qu’il va à l’église (267, fol. 12v). Il y a Seyd Abokr avec lequel d’Abbadie effectue quelques voyages: “Le 6 novembre je partis avec Abba mlki et le marchand Seyd Abokr pour aller à la résidence d’Abba Bagibo dans Koťao” (266, fol. 28r). Il y a aussi Ali Mouz, gros marchand de Darita10, celui “qui ment moins que les autres marchands” (266, fol. 39v) et “peut tout” (266, fol. 28r), informateur en géographie qui semble avoir rendu des services à d’Abbadie. Aucun détail n’est toutefois donné sur ces personnes et leurs entreprises; soit d’Abbadie est resté très précautionneux soit il ne considérait pas pertinent ce type d’information, ce qui reste d’ailleurs la norme des récits de voyage comme des études du grand commerce africain jusqu’au tournant des années 1970 lorsque les approches anthropologiques mettent les histoires de vie au cœur de leur démarche.

Marchand de monnaie de sel (Oromo), Mission Borelli, 1888 (Borelli, 1890)
Photo: amole daté de 1909, Pitt Rivers Museum

Les barres de sel, dites amolé, servent de principale monnaie d’échange : « à Bonga (décembre 1843) […] 2 couteaux poignards = un amole. 4 à 5 livres de café = un amole. un lⱥmd en peau de vache avec son poil = 2 amole. un ötölle ou peau préparée de vache, 2 amole. un beau bouclier de buffle = 6 à 8 amole”. Le soin que prend d’Abbadie à mesurer un amole sur le marché de Sⱥka (Saqqa) témoigne de la précision de ses observations : « Le pl. gros sel que j’aie vu à Sⱥka a 170 millim. de long, 35 de large et 33 d’épais au centre. les creux à chaque bout ont 1.5 centimètre de profondeur. » (266, fol. 39v)

Les informateurs du commerce : des chasseurs d’éléphants aux domestiques des caravanes

Alors qui renseigne sur le commerce et les caravanes si ce ne sont les marchands ? D’Abbadie le précise hélas rarement dans les carnets. Lorsqu’il s’explique a posteriori sur la collecte d’informations dans la préface de la Géographie de l’Ethiopie (pp. 6-10) et dans une lettre de 1847 à Mr. Daussy, publiée dans un Bulletin de la Société de Géographie (janvier 1848), c’est pour dire auprès de qui il recueille des informations relatives aux itinéraires et comment il pense être parvenu à déterminer la source du fleuve Blanc ou Nil, un objectif majeur de son voyage. On peut penser, à la façon dont les informations commerciales sont compilées dans les carnets avec les autres observations, qu’elles proviennent d’une même méthode de collecte, voir des mêmes interlocuteurs.

Par exemple, au manuscrit 266, fol. 46v, le 30 octobre un certain Kero décrit la route allant de Saka [Saqqa] à Bota et, le lendemain, lui parle des différentes qualités de café et des produits du commerce (perles et cuivre rouge) prisés dans le Walaga.

Dans l’un des folios “renseignements oraux sur les pays inconnus” (266, fol. 18v) un informateur décrit le cours de la rivière Baro, l’hydrographie étant un centre d’intérêt majeur de d’Abbadie. Puis il ajoute : “Les gömdjar (Arabes) qui viennent dans Sibou traversent le dödesa et portent de l’or et des chakat (verroteries etc) je ne sais ce qu’ils rapportent du Sibou mais ce sont prob.t des esclaves.

La méthode de d’Abbadie s’est élaborée après des débuts souvent frustrants et stériles, d’une manière qui rappelle nombre d’expériences ethnographiques devant un nouveau terrain. Ce tâtonnement méthodologique le fait rapidement renoncer à la position du questionneur qui choisit ses interlocuteurs et au face-à-face classique de l’entretien pour tirer avantage de ses rencontres – parfois inopinées. Il tente de susciter des conversations ‘spontanées’ et rédige ses notes après-coup.

Ses interlocuteurs privilégiés ne se situent pas au haut de l’échelle sociale : par ordre de préférence ce sont, selon sa lettre de 184711: “les chasseurs d’éléphants […] les messagers employés par les Rois pour leurs relations diplomatiques […] les esclaves âgés capturés récemment […] les jeunes esclaves, notamment les filles”, puis enfin les marchands mais dont “les renseignements sont rarement véridique”. Ainsi si “Beaucoup de [nos] renseignements sont dus à de petites caravanes formées par des marchands Oromo dits afcala”, d’Abbadie préfère s’adresser aux “novices qui sont domestiques de caravane” plutôt qu’aux marchands12.

D’autres domestiques sont mis à contribution comme le montrent deux folios relatifs à son passage à Baso, encore aujourd’hui lieu d’un des plus grands marchés d’Ethiopie. Les 9 et 10 mai 1844, d’Abbadie fait appel aux services de Wⱥrqe, un domestique du šum (ou choum), le chef local, “moyennant 3 amole et 2 charrues” (265, fol. 61v), ce qui montre qu’il pratique aussi des méthodes directes et rétribue parfois ses informateurs. Wⱥrqe fournit aussi une partie des renseignements du “commerce de Baso” (266, fol. 65r) ainsi que ceux, semble-t-il, collectés en compagnie de Bⱥgo Sⱥw, domestique au service de d’Abbadie qui: “s’amusa à faire le compte de tous les droits de l’an dernier y compris ce que le choum coche au tkwatari [agent contrôleur] en prenant 1/2 droit et le tout se trouva égal à 3642 thalers, d’où l’on voit que le choum vole largement”. Des carnets émerge aussi Tatamke, “jeune homme de 20 ans, très-intelligent et venu depuis un an seulement d’önarya” (266, fol. 1r) qui aide notamment d’Abbadie à évaluer la taille de la grande caravane de mousson (265, fol. 61r, voir exergue de ce billet).

Les carnets révèlent toutefois que certains informateurs de d’Abbadie sont aussi des « abba », un terme désignant les notables et les membres du clergé. Ainsi ce sont trois abba, dont abba Fouri, son maitre de maison c’est-à-dire la personne qui l’héberge lors de son séjour, qui fournissent la matière des paragraphes sur la civette, produit qui fait l’objet d’un important commerce d’exportation (266, fol. 42v).

En revanche, d’Abbadie ne fournit pas de telles précisions sur les sources et les circonstances dans lesquelles il recueille nombre d’histoires qui nourrissent ses carnets, telles que les “récits d’aventures de marchands” du fol. 8v “Souvenirs de négocians [sic]” du manuscrit 266, dans lequel un témoin direct rapporte une spectaculaire attaque de caravane par des Oromos, mais dont d’Abbadie nous dit seulement que: “Celui qui me raconta cette affaire homme d’une force rare en Abyssinie perdit dans cette affaire un œil et reçut une énorme balafre”. D’autres fois le nom de l’informateur est donné mais sans d’autre détail (266, fol. 28r). D’Abbadie est aussi attentif aux conversations tenues autour de lui, comme semble le suggérer la remarque : “La plainte continuelle chez les marchands d’önarya est que les afťala ont détruit leurs profits en donnant des prix trop élevés” (265, fol. 61v).

Observation participante – la société des caravanes

Un grand nombre d’informations sur le commerce s’avèrent issues d’observations directes. Néanmoins, d’Abbadie n’évoque pas son expérience personnelle comme une méthode de recueil d’informations, bien qu’il l’ait largement pratiqué – du moins du point de vue du lecteur d’aujourd’hui familier des méthodes d’observation participante et d’immersion dans les sociétés étudiées. Parmi d’autres exemples, le fol. 5v du manuscrit 266 est ainsi entièrement le fruit de choses vues et vécues au cours de quelques jours de voyage.

Le ton narratif des carnets, en faisant intervenir le “je” du voyageur, notamment dans les folios du Journal, permet de repérer les endroits où d’Abbadie nous livre ses propres constatations. Les marchés, notamment, sont des lieux privilégiés. Il passe du temps sur ceux de Massaoua, de Gondar, de Saka, s’arrête sur les grands marchés ruraux. Il y discute avec les commerçants locaux sans doute moins suspicieux que les marchands des caravanes. À Massaoua, c’est un certain B. qui enrichit les investigations de d’Abbadie (265, fol. 54r). Dans les pages “Prix”, les informateurs sont : “Les marchands actuels“, “Les gens venus de Djömma” et plus vaguement “on dit que” (265, fol. 118v). A Dⱥbaröq, d’Abbadie prend le temps d’observer des modes de transaction curieux pour un Européen (266, fol. 77v). Il effectue des comptages sur les marchés, comme celui de yⱥdjöbe [Baso], où en juin 1843, il a “estimé a 5 ou 6000 ames le monde rassemblé à ce marché le plus grand en Abyssinie après celui d’Yfag” (265, fol. 174v). L’arrivée des caravanes qui ponctuent la vie des grandes places commerciales est aussi propice aux estimations comme celle des Somalis dans Bⱥrberⱥh, forte de 500 à 700 chameaux (265, fol. 35r), ou encore le passage de la grande caravane de mousson évoquée plus haut.

Très attentif aux prix et aux termes des échanges, il établit de longues listes qui donnent à voir la variété des produits du commerce, et effectue des comparaisons.

12 oct. [1842] on vend 350 kororima ou coriandre pour un amole ici et l’an dernier en sne (juin) on en vendait 2000 par talari. Les marchands actuels se rappellent très-bien le tems où à Gondr on n’avait que 1500 coriandres par talaro et ont oui dire qu’auparavant c’était 1000 seulement. à mesure que les Gallas [Oromo] se pacifient, les chemins deviennent plus sûrs les marchands plus nombreux et partant, les gains beaucoup moindres.” (265, fol. 118r)

Le hasard des choses vues au long du chemin lui donne des idées, ainsi un 18 juin au départ d’Aksum vers Gondar (265, fol. 122r):

“[…] Je fis la 2e moitié de ce chemin à mulet. depuis la source de Sagla jusqu’à la pierre Grecque près Axum je comptai 848 personnes la plupart marchant sur une seule ligne selon l’usage et qui allaient d’Axum au marché d’Adwa. Jusqu’alors je n’avais jamais pensé à compter les gens qui se rendaient au marché et cependant il serait facile de le faire 4 Samedis de suite aux debouchés des chemins d’Axum, de höntalo, de mǎgala tsmri et de Gwndt. La grande majorité des gens d’Axum étaient acheteurs car ils n’avaient pas de charges.

File de personnes se rendant au marché, sur la route au sud d’Aksum en direction de Gondar en 2016  (Photo D. Harre)

La société des caravanes offre également un lieu d’observation unique. En dépit de ses réticences vis à vis des marchands, d’Abbadie semble s’être fréquemment déplacé de cette manière sur tout ou partie de ses itinéraires13, ceci dès son premier voyage dans les territoires éthiopiens pour lequel il s’est “attaché” à une caravane en “gagnant un marchand” et “se soumettant à tous les inconvéniens [sic] de cette position” (267, fol. 101r). Ce qu’il nous laisse entrevoir de ses raisons suggère qu’il le fait parce que les caravanes suivent des itinéraires connus, l’alternative étant de voyager seul en embauchant sa propre escorte ou en demandant son chemin (266, fol. 7v) ou bien de s’intégrer à une escorte royale ce qu’il a fait aussi. Le marchand Seyd Abokr avec lequel il voyage lui en vante d’ailleurs les mérites (266, fol. 8v):

Seyd Abokr à qui je demandais si je pouvais voyager seul en Galla bet me dit: non jamais! une caravane est une haie fortification marchante une palissade vivante dont les bois nourris dans des forȇts différentes se soutiennent entre eux non par leur volonté mais par la nécessité de leur position. Vous autres chrétiens dites que si deux ou trois personnes s’assemblent Dieu est au milieu d’eux. votre Dieu marche donc avec les caravanes.

Immergé dans la société des caravanes, d’Abbadie en partage le quotidien et les aléas de la route sans que ce choix ait eu pour objectif d’étudier le commerce. Le madabbar ou camp des étapes   procure sans doute un espace et des moments propices aux conversations. Les aléas sont logistiques, les traversées dangereuses de rivières sont fréquentes tel le passage mouvementé du Gobe (266, fol. 5v). Ils sont aussi politiques. Les carnets sont particulièrement riches en anecdotes relatives aux fasas, les droits de passage versés par toute caravane traversant un espace politique, ce que la forte fragmentation des territoires éthiopiens au milieu du XIXsiècle rend une obligation fréquente. En l’absence de droits formalisées, ceux-ci sont négociés entre la caravane et les nagadras ou fermiers des douanes, une opération qui peut occasionner des pertes de temps considérables qui se chiffrent en jours voire en mois. Un nombre d’”affaire du fasas“, selon l’expression de d’Abbadie (266, fol. 3v), tient ainsi une grande place dans son expérience des caravanes notamment parce que leur paiement constitue une source permanente de querelles avec les marchands. D’Abbadie – qui transporte des marchandises et des thalers à cet effet – se plaint d’être “taxé arbitrairement” (266, fol. 5v), s’insurge contre les montants qui lui sont exigés, lui qui, au contraire des marchands, ne pourra pas compenser ces paiements par des profits ultérieurs (266, fol. 4r). Dans le long paragraphe “perfide conduite des marchands” (266, fol. 7v), l’écriture du journal semble ainsi constituer un exutoire à son exaspération plus qu’un compte-rendu d’informations jugés dignes d’être compilées.

Néanmoins cette familiarité nous vaut aujourd’hui un ensemble d’observations rares sur l’organisation et l’activité des caravanes commerciales au XIXsiècle, sur les conditions parfois difficiles d’exercice de l’activité des marchands – avec lesquels il lui arrive de compatir, ainsi que la façon dont les détenteurs du pouvoir politique prélèvent leurs dus sur le commerce.

Conclusion

Quelles conclusions provisoires peut-on tirer de cette première exploration des carnets sur le thème du commerce ? Les éventuels objectifs de d’Abbadie ne sont guère explicites. Seules les folios portant sur Suez, Djeddah et Massaoua semblent résulter d’un souci d’informer – peut-être les autorités françaises – sur le commerce de la Mer Rouge. Pour ce qui concerne les territoires éthiopiens, d’Abbadie fait collecte des renseignements, notamment sur les itinéraires commerciaux, en tant que géographe avec l’intention affichée de les utiliser pour produire une géographie et une cartographie de l’Éthiopie.

Une grande partie des informations sur les produits et leurs prix, sur les marchés et les routes commerciales, sur les commerçants, etc. sont éparpillées dans les carnets formant un jeu de puzzle à reconstituer pour le chercheur désireux d’utiliser ce matériel. Ces informations semblent fortuites et elles sont effectivement pour l’essentiel dues au hasard des circonstances et des rencontres. Mais il ne s’agit toutefois pas d’ethnographie “involontaire” dans la mesure où leur compilation répond aussi à un souci d’exhaustivité et au désir de réunir le plus de connaissances possibles sur des pays encore inconnus de l’Europe. De plus d’Abbadie, qui écoute, pose des questions, prend des notes, se mêle – souvent sur un pied d’égalité – aux sociétés rencontrées au cours de son séjour, réfléchit à sa méthode de collecte qu’il adapte face au manque de coopération des marchands. Seules les anecdotes issues de son expérience personnelle dans les caravanes marchandes, qui constituent aujourd’hui une source historique rare sur leur organisation et leur activité en Éthiopie, n’étaient peut-être pas envisagées comme du matériel documentaire.

La figure du marchand s’est révélée un thème important, une figure qui doit beaucoup à l’état des forces politiques dans cette région du monde en mutation, alors que les puissances européennes commencent à s’établir menaçant le grand commerce local. A cet égard, bien qu’elles exigent un important travail de traitement, les observations de d’Abbadie sont certainement d’un apport précieux et inédit sur l’activité économique des territoires éthiopiens dont les connections aux réseaux internationaux d’échanges dépendent encore à cette période du truchement des caravanes et de leurs marchands.

Manuscrits et publications d’Antoine d’Abbadie citées dans le texte

manuscrit Ethiopien d’Abbadie 265

manuscrit Ethiopien d’Abbadie 266

manuscrit Ethiopien d’Abbadie 267

Antoine d’Abbadie (1845) Lettre écrite du pays d’Önarya à M. d’Avezac par M. Antoine D’Abbadie (reçue à Paris, le 3 janvier 1845), Bulletin de la Société de Géographie, pp.52-67.

Antoine d’Abbadie (1848) Lettre de M. Antoine D’Abbadie adressée à Mr. Daussy, Bulletin de la Société de Géographie, 1848-01, pp. 97 sq

Antoine d’Abbadie (1868) “Monnaies des rois d’Ethiopie (Nagast de Aksum en Abyssinie) décrites par Ad. De Lonpérier et Observations sur les monnaies éthiopiennes par Antoine d’Abbadie”, imprimé par E. Thunot (Paris)

Antoine d’Abbadie (1890) Géographie de l’Éthiopie : ce que j’ai entendu, faisant suite à ce que j’ai vu, Paris, Mesnil.

Antoine d’Abbadie (1896) Sur l’abolition de l’esclavage en Afrique, Bulletin de la Société des Études Coloniales et Maritimes, Paris.

Articles, ouvrages et sites cités dans le texte

« Ethiomap – Exploring Modern Maps of the Horn of Africa (18th-20th c.) », accessed 8 april 2021

Alain, Mathilde (2021) « Noter, classer, utiliser : les carnets de voyage d’Antoine d’Abbadie en Éthiopie ». Sources. Materials & Fieldwork in African Studies 3 : 137-188. https://www.sources-journal.org/560

Borelli, Jules (1890) – Ethiopie méridionale : journal de mon voyage aux pays Amhara, Oromo et Sidama, septembre 1885 à novembre 1888, Positif d’une photographie utilisée comme modèle pour une gravure. Collection numérique : Photographies sur plaque de verre de la Société de Géographie, Afrique –

Garreston, Peter (2001) A history of Addis Abbaba from its foundation to 1910, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 33-39.

Harre, Dominique (2017) “Exchanges and mobility in the Western Indian Ocean: Indians between Yemen and Ethiopia, 19th–20th centuries”, Chroniques du Manuscrit au Yémen, pp. 42-69.

Harre, Dominique (2019) “How Shared Urban Citizenship Shaped Addis Abbaba’s Early Development“, in: Annales d’Ethiopie, 32, pp. 43-65

Lefebvre, Théophile (1845?), Voyage en Abyssinie exécuté dans les années 1839, 1840, 1841, 1842, 1843, Album historique, ethnologique et archéologique.

Malecot, Georges (1971) « Les voyageurs français et les relations entre la France et l’Abyssinie de 1835 à 1870 » In: Revue française d’histoire d’outre-mer, 58(211), pp. 137-182. https://doi.org/10.3406/outre.1971.1537

Miran, Jonathan (2009) Red Sea citizens: Cosmopolitan Society & Cultural Change in Massawa, Bloomington, Indiana University Press.

Wion, Anais (2021) Transcrire les carnets d’Antoine d’Abbadie #1, Éléments de réflexion sur le statut des notes de terrain, Carnet d’Afriques.

Vous pouvez suivre le projet sur twitter @TranscrireAdA .

  1. Ce billet est un préalable à l’analyse de l’apport d’Antoine d’Abbadie à la connaissance de l’activité commerciale à cette période. D’Abbadie voyage en effet quelques décennies avant que l’empereur Ménélik (1889-1913) ne finance ses campagnes militaires et sa nouvelle capitale Addis Abeba en insérant directement l’Éthiopie dans le boom des réseaux d’échanges de la Mer Rouge et l’Océan Indien, en facilitant notamment l’installation des firmes commerciales étrangères y compris françaises (voir, par exemple, Miran 2009 ; Garreston 2001 ; Harre 2017, 2019) []
  2. Suez : 265, fols.74r, 74v, 75r, 76; Djeddah: 265, fols. 75v, 76r, 76v, 77r, 77v; Massaoua/Baté/Batzé: 265, fols. 38r, 54r, 54v, 60r, 63r, 93r, 60v []
  3. Baté, Bat’e ou Batzé/ Baz’e, variations orthographiques du nom donné à Massaoua par les populations tigréennes (d’Abbadie, 1890, préface p.20, p.52. Il n’est pas dit pourquoi d’Abbadie conserve plusieurs toponymes. []
  4. Aframomum melegueta, korarima en amharique, une plante que d’Abbadie nomme coriandre dans ses carnets (communication personnelle Anais Wion). []
  5. Encore plus que pour Suez, Djeddah. ou Massaoua, d’Abbadie ne peut s’appuyer sur des sources secondaires quasiment inexistantes pour ce qui concerne le commerce des territoires éthiopiens. []
  6. Voir aussi Alain, 2021, § 19-36, sur la collecte d’informations de d’Abbadie. []
  7. Malecot, 1971, note 1 p.148: « Ces difficultés rencontrées par les Européens sont une constante qui se retrouve dans tous les récits des voyageurs. Elle s’explique facilement : les marchands arabes établis à Massaouah ou à Zeyla ne pouvaient voir d’un bon œil les commerçants européens venir les concurrencer sur des marchés où ils jouissaient d’un monopole de fait. De plus la présence d’Européens était gênante pour le fructueux trafic d’esclaves qui sévissait un peu partout sur la côte. » []
  8. d’Abbadie, 1890, préface p.6 []
  9. d’Abbadie, 1890, p. 81 []
  10. d’Abbadie, 1890, p. 203 []
  11. Lettre de M. Antoine D’Abbadie adressée à Mr. Daussy, Bulletin de la Société de Géographie, p. 111 []
  12. d’Abbadie, 1890, préface p. 10 []
  13. Les nombreuses caravanes qui sillonnent les territoires éthiopiens, constituées surtout de marchands, accueillent des pèlerins et des voyageurs comme d’Abbadie. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search