L’Afrique en musée – Une croix éthiopienne à Notre-Dame et les cadeaux diplomatiques de Haile Selassie en 1954

Croix de proclamation en argent doré, offerte par l’empereur d’Éthiopie, Haile Selassie, à Notre-Dame en 1954, inv. NDP n°0024, 68 cm ht x 50,8 cm larg., cl. Notre-Dame de Paris.

Il est des lieux où l’on ne s’attend pas à rencontrer des objets venus d’Afrique et le Trésor de la cathédrale Notre-Dame à Paris est l’un d’eux. Aux côtés d’objets liturgiques et de reliques, comme celles de la Passion du Christ, il comprend une croix offerte en 1954 par l’empereur d’Éthiopie, Haile Selassie, lors d’une visite d’État en France.

Habituellement présentée dans la section ouverte aux visiteurs, elle avait aussi été exposée au pavillon du Vatican lors de l’exposition universelle qui s’était tenue à la Nouvelle Orléans en 1984. C’est toutefois à l’occasion de l’incendie de Notre-Dame, les 15 et 16 avril 2019, que cette croix est revenue sur le devant de la scène. L’Éthiopie s’inquiète alors de son sort et l’ambassade de France à Addis Abeba fait savoir qu’elle est sauve, information diffusée ensuite par les médias africains. Elle est à présent conservée dans les réserves de musées parisiens en attendant une exposition des objets du Trésor, planifiée pour 2020 mais reportée en raison de la pandémie de COVID-19. Ici, comme à la Monnaie de Paris, on trouve donc des traces matérielles des relations diplomatiques entre la France et l’Éthiopie au 20e siècle.

C’est lors d’une visite officielle en France que Haile Selassie offre à la cathédrale une croix de proclamation, à savoir une croix de grande dimension, destinée à être fichée sur une hampe et tenue par les célébrants pour la présentation cérémonielle de l’Évangile et sa lecture au cours de l’office. Ce type de croix est aussi porté en procession accompagnant les plaques d’autel (tabot) et les Évangiles, d’où le terme de croix de procession qui lui est souvent attribué alors que cette fonction n’est que secondaire.

La proposition de dater cette croix au 16e siècle, faite par V. McInnes dans le catalogue de 1984, si elle ne doit pas être retenue, illustre bien les difficultés de l’exercice de manière générale. Les inscriptions qui donnent des noms de commanditaires ou de donateurs permettent d’en ancrer quelques-unes aux 12e, 15e et 17e  siècles et ensuite plus fréquemment à partir du 18e siècle. Nous pouvons ensuite faire des comparaisons formelles, observer superficiellement des similarités techniques, proposer des hypothèses sur la datation en fonction de la qualité de la fonte et des finitions (ce qui repose en partie sur des supposés évolutionnistes ou déclinistes). Par ailleurs, alors que les croix éthiopiennes sont connues pour leur extrême diversité de formes, l’imbrication de motifs cruciformes variés et leur inventivité dans la déclinaison et la combinaison des motifs, le 20e siècle voit la répétition ou la combinaison de formes antérieures. Toutefois, des compositions spécifiques sont aussi créées et la forme de cette croix, montée à partir d’une croix centrale avec des bras d’égale longueur prolongés par des fleurons sur une base quadrillée, surmontée de motifs circulaires et d’une autre série de croix, en est un bon exemple.

Une version un peu plus simple s’observe dans des croix dont une au moins date avec certitude du 15e siècle : celle donnée à Dabra Kirub par Amda Mika’el et sa femme Etsa que la paléographie de l’inscription situe bien à cette époque (aujourd’hui au musée de l’Institute of Ethiopian Studies à Addis Abeba, num. inv. IES 4652, voir Religiöse Kunst Äthiopiens, 1973, p. 194-195 et African Zion, 1993, cat. 75 et p. 181, il faut bien lire Dabra Kirub et non pas Kerbu). Amda Mika’el pourrait être l’influent ras du même nom, actif dans la deuxième moitié du 15e siècle. De cette croix, deux sont très proches, autant dans les formes, le détail des motifs et les incisions sur le métal : une conservée dans l’église de Mandaba Madhane Alam, sur la rive nord du lac Tana, l’autre saisie à Maqdala en 1868 par les armées britanniques et aujourd’hui au British Museum.

Croix de l’église Mandaba Madhane Alam, ph. Michael Gervers, Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images MG-1993-054:034.

Croix saisie à Maqdala en 1868, British Museum inv. num. Af 1868-1001-16, date ? a minima avant 1868, l’inscription sur la base pourrait être plus récente. La fiche de British Museum la date du 16e siècle sans raison explicite. Cl. The Trustees of the British Museum CC BT-NC SA 4.0.

Ce type de croix est ensuite attesté dans le dernier tiers du 19e  siècle avec celle conservée à Wahato Beta Iyasus, mais il semble que cette forme a été surtout reprise largement au début du 20e siècle, avec des variantes, dont celle de la croix de Notre-Dame. Et le modèle précis, dont est issu cette dernière, a été reproduit à l’identique dans différentes conditions pour des qualités finales diverses. Certaines sont des donations royales ou princières, d’autres se rencontrent dans des églises de campagne, souvent réalisées dans une technique moins maîtrisée. Les inscriptions, sur lesquelles une étude plus précise devra être menée, donnent des terminus ante quem à la fabrication de ces croix, elles pourraient certes être beaucoup plus anciennes et faire l’objet d’une nouvelle donation même quelques siècles après leur fabrication. Que ce type de croix ait été fabriqué au 15e siècle et redistribué en grand nombre au cours du 20e siècle est toutefois peu probable. Par ailleurs, la technologie semble à première vue un peu différente mais cela devrait être vérifiée par une véritable analyse. La première croix datée de ce type est celle, actuellement conservée à l’abbaye de Westminster, donnée à Édouard VII d’Angleterre pour son couronnement en 1902 par le ras Makonnen (père du futur Haile Selassie) en tant qu’ambassadeur de l’empereur Ménélik, ainsi que le stipule une inscription en latin sur la base (faite en Éthiopie ou en Grande Bretagne ?). Une autre inscription en guèze est incisée sur le carré central qui devra être traduite mais qui semble indiquer des dates différentes (difficilement déchiffrables d’après la photo en ligne). Très proche est la croix donnée en 1911-1912 par l’azzaj Ayala à l’église d’Ankobar Mika’el, l’un des hauts lieux de la dynastie du Shoa à laquelle appartenait Ménélik, celle donnée à Lalibela par Zawditu, impératrice entre 1916 et 1930 et celle offerte dans le premier tiers du 20e siècle aussi par son ex-époux, le ras Gugsa Wale, à l’église de Zoz Amba Giyorgis dans le Bagemder dont il était gouverneur.

Croix de Wahato Beta Iyasus (détail), Tigré, 1873 (1866 ère de la miséricorde, date écrite en chiffres arabes et non guèze), ph. Michael Gervers, Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images MG-2000-054-006.

Croix donnée à Ankobar Mika’el en 1911-1912, par l’azzaj Ayala, ph. Michael Gervers, Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images MG-1993-006-036.

Croix donnée par Zawditu à Lalibela quand elle était impératrice entre 1916 et 1930, présentée ici en procession lors de la fête de la Nativité de la Vierge à Lalibela en mai 2009, cl. Claire Bosc-Tiessé.

Croix donnée à l’église de Zoz Amba par le ras Gugsa Wale (inscription en guèze sur le tube d’emmanchement: “Cette croix que le ras Gugsa qui est Hayla Iyasus fils du ras Wale, a donné à Zozamba Giyorgis …. ” La fin de l’inscription est difficilement lisible), cl. Claire Bosc-Tiessé, 2008. Le ras Gugsa, neveu de Taytu, l’épouse de Ménélik, a été marié à Zawditu, fille de Ménélik qui doit divorcer pour accéder au trône en 1916. Voir aussi une croix qui est une déclinaison de ce type donné par le même ras Gugsa à Tchatchaho dans la même région (ph. Michael Gervers, Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images MG-1993-041-030).


Les inscriptions sont parfois incisées sur les pourtours plans de la croix centrale mais c’est de plus en plus un carré central qui sert à cette fin comme on le voit sur les croix de Westminster et d’Ankobar Mika’el. C’est dans cette lignée que s’inscrit la croix donnée à Notre-Dame donné par l’empereur Haile Selassie en 1954 à l’occasion d’une visite d’État en France. Son mode d’incision en lettres capitales la distingue, de même que l’usage de l’anglais. Cette inscription qui dit : “In commemoration / of the visit / of / his imperial majesty Haile Selasssie I / emperor of Ethiopia / 1954”, n’est donc pas personnalisée alors qu’il n’aurait posé aucun problème au gouvernement éthiopien d’en faire écrire une en français et de mentionner le don à Notre-Dame. Si à l’instar de celle de Westminster, elle choisit une langue occidentale, cela laisse penser qu’il s’agit d’une production standard, éventuellement en plusieurs exemplaires.

Effectivement, en 1954, Haile Selassie entreprend plusieurs voyages diplomatiques. En mai, il est aux États-Unis, à l’automne en Europe. Il passe en octobre en Grande Bretagne, il est début novembre à Paris avant de se rendre dans plusieurs villes de province. Il se rend aussi en Italie, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Yougoslavie, etc. À l’occasion de ces visites officielles, il fait des cadeaux correspondants à la nature du récipiendaire. À la Ville de Paris, il offre des objets liés au pouvoir et à son exercice : deux défenses d’éléphant montées sur un socle, cerclées d’argent, dont les deux pointes recouvertes aussi d’argent se rejoignent et sont surplombées par un orbe en argent, ainsi qu’un bouclier d’apparat marqué, dit le commentateur du film des Actualités françaises, à ses initiales. La cathédrale Notre-Dame reçoit, elle, une croix.

Visite de sa majesté Haile Selassie à Paris, film des Actualités Françaises, 4 novembre 1954, arrêt sur image 1:30, archives INA.

Les films des télévisions des différents pays visités lors de ces deux longues tournées en Amérique du Nord et en Europe, ainsi que quelques photographies, montrent combien ces cadeaux sont standardisés. Si nous ne savons pas ce qui s’est échangé alors de chef d’État à chef d’État, ce sont les maires qui reçoivent d’autres exemplaires de ce montage de défenses : le maire de Londres lors d’une cérémonie au Guild Hall en octobre, celui de Bath aussi où Haile Selassie avait passé ses années d’exil entre 1936 et 1940 lors de l’occupation de l’Éthiopie par l’Italie et où il se rend aussi le 18 octobre.

Haile Selassie at Guildhall, arrêt sur image 1:09, British Pathe, film ID 25212.

Présentation du cadeau offert par Haile Selassie à la mairie de Bath, 1954, cl. Bath in Time (bathintime.co.uk).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 8 novembre, c’est le tour du maire de Bonn lors d’une réception au Rathaus de recevoir un bouclier et deux lances. Les mêmes présents ont sans doute été donnés à Genève où ils sont conservés depuis 1956 au musée d’Ethnographie de Genève (MEG, num. inv. ETHAF 025606) alors que nous ne savons pas où sont conservés aujourd’hui les autres exemplaires de ces cadeaux diplomatiques. Et il faut noter que les défenses de Bath ont été volées en 1987. D’autres exemplaires de cette composition de défenses sont aujourd’hui visibles dans les pièces d’apparat du Palais du Jubilé à Addis Abeba, actuel siège de la Présidence. C’est quoiqu’il en soit la marque du kit “cadeau diplomatique” de la tournée diplomatique de 1954, alors que Ménélik en 1911 et ses successeurs, son petit-fils le lej Iyasu puis la fille de Ménélik, Zawditu, impératrice avec Haile Selassie alors régent sous le nom de ras Tafari, avaient eux, offert, respectivement au roi d’Italie Victor-Emmanuel III, à l’empereur d’Autriche François-Joseph Ier, et au président de la République française, Raymond Poincaré des vêtements hautement honorifiques (Girard-Muscagorry, 2020).

Imperial visit to Germany, arrêt sur image 3:46, film produit par la Deutsche Wochenschau GmbH pour le Presse- und Informationsamt der Bundesregierung, Das Bundesarchiv.

Quant aux croix, des photographies montrent que deux autres, identiques dans leur forme à celle de Notre-Dame à défaut de pouvoir comparer leurs éventuelles inscriptions, ont été données cette même année, l’une le 30 mai 1954 à l’Abyssinian Baptist Church de Harlem, représenté par le révérend Adam Clayton Powell Jr, aussi élu à la Chambre des Représentants. Une autre donation reste à identifier.

L’empereur Haile Selassie donnant la croix au révérend Adam Clayton Powell Jr, 27 mai, 1954, ph. Marvin Smith.

Sur ce même modèle, d’autres sont encore données à des églises éthiopiennes, l’une par l’épouse de Haile Selassié, l’impératrice Manan, à l’église de Getesemani Maryam (entre 1930 et 1962, aujourd’hui au Brooklyn Museum) et l’autre par un donateur dont le nom est indéchiffrable sur la photo, en 1956-57 à l’église de Dabra Sina à Gorgora, sur la rive nord du lac Tana non loin de Mandaba Madhane Alam (voir Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images EBW-1993-053-024). Nous en trouvons encore d’autres de cette même époque, non précisément datées, à Malahay Zangi, Dabra Ma’ar (respectivement Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images MG MG-2000-072-006, 2000-076-006), et sans doute bien d’autres ailleurs. Cette forme, reprise et adaptée à partir d’un modèle du 15e siècle, a peut-être perduré dans les siècles qui suivent mais dont nous n’observons ce qui nous paraît alors comme une résurgence qu’au 20e siècle. C’est en tout cas la forme privilégiée pour les cadeaux diplomatiques.

Croix donnée à l’etege Manan, dont le nom de baptême est Walatta Giyorgis, à Getesemani Maryam. L’inscription comprend une date difficile à lire sur la photo, The Brooklyn Museum num. inv. 83.144, Creative Commons-BY (Photo: Brooklyn Museum, CUR.83.144_print_bw.jpg).

Croix, Dabra Ma’ar, 20e siècle, ph. Michael Gervers, Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images MG-2000-076:006.

Références

  • African Zion, the sacred art of Ethiopia, catalogue d’exposition, Roderick GRIERSON éd., New Haven – Londres, Yale University Press, 1993.

  • COLLIER-WRIGHT Christopher, “Ethiopia’s Links with Westminster Abbey”, News File – The Anglo-Ethiopian Society, 2007 (Spring), consulté le 15 décembre 2021.

  • GIRARD-MUSCAGORRY Alexandre, “Itinéraire d’un cadeau diplomatique éthiopien au début du XXe siècle : la « belle robe abyssine » de Raymond Poincaré”, Patrimoines, 15, 2020, pp. 137-145.

  • Religiöse Kunst Äthiopiens – Religious Art of Ethiopia, catalogue d’exposition, Stuttgart,  Institut für Auslandsbeziehungen, 1973.

  • Treasures of the Vatican. New Orleans Vatican Pavilion at the 1984 Louisiana World Exposition. Jesus Christ Our Redeemer in Art: Ages, Images, Impact, catalogue d’exposition, Val A. MCINNES ed., New Orleans, 1984, p. 36.
  • Mäzgäbä sǝǝlat. Treasury of Ethiopian Images, base de données en ligne, Michael Gervers & Ewa Balicka-Witakowska, Université de Toronto.
  • TSEDAY ALEHEGN, “Harlem: African American and Ethiopian Relations”, Tadias Magazine, août 2008, republié en ligne le 7 juin 2020 : “From Tadias Archives : African American & Ethiopia Relation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search