Le roi et le temps, le Kongo et le monde

Une histoire globale des transformations politiques du Royaume du Kongo (1780-1860)

Résumé de la thèse de doctorat en Histoire et Civilisations, EHESS-IMAF, co-dirigée par Catarina Madeira-Santos et Rémy Bazenguissa-Ganga, soutenue par Thiago C. Sapede le 27 novembre 2020 (récompensée du prix de thèse de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage et de l’accessit du prix de thèse de l’EHESS en 2021).

Portrait of the prince Dom Nicolau de Água Rosada. Auteur anonyme, « Príncipe D. Nicolau, filho do rei D. Henrique 2o do Congo », huile sur toile, Museu dos reis do Kongo, Mbanza Kongo, Angola.

Notre thèse étudie le royaume du Kongo sur une période allant de l’apogée de la traite des esclaves (1780) jusqu’à l’occupation militaire portugaise et l’imposition d’un traité de vassalité en 1860. Ce travail analyse les caractéristiques principales de la décentralisation politique de ce royaume, afin de comprendre son organisation et de mieux saisir ses transformations. Notre intention a d’abord été d’expliquer la mise en marche et la légitimation (plus ou moins efficace) de ce régime décentralisé par les acteurs (les rois, les conseillers, les missionnaires, les chefs de province et de village, etc.) et les institutions (la royauté, le conseil, les clans, les tribunaux, les diasporas commerçantes, entre autres), en portant une attention privilégiée aux rapports de force à l’intérieur du Kongo et à leurs liens avec les réseaux globaux, ainsi qu’à leurs transformations dans la durée. Nous dévoilons, ensuite, le processus long et complexe de mise en dépendance du Kongo entre 1780 et 1860 et son rapport avec la fin progressive de la traite atlantique.

Le Kongo à la fin du XVIIIe siècle, carte extraite de Thiago C. Sapede, Muana Congo, Muana Nzambi a Mpungu: Poder e Catolicismo no Reino do Congo Pos-restauracao, São Paulo, Ed. Alameda/Fapesp, 2014, p. 18.

Nous analysons à la fois l’histoire interne du Kongo et ses relations avec les mondes extérieurs, européen, méditerranéen et atlantique. Pour cela, nous articulons l’échelle globale et locale, notamment grâce à une approche microhistorique sensible aux acteurs, aux objets et aux marchandises en circulation.

Les études portant sur cette organisation politique décentralisée et sur le processus qui amena le Kongo à une dépendance progressive envers le Portugal comportaient une énigme historiographique – que cette thèse a partiellement dénouée. La période était encore trop souvent appréhendée comme une simple transition entre la période « glorieuse » du pouvoir centralisé et la période coloniale. Cette lacune en termes de compréhension historique a eu des conséquences majeures sur l’analyse de la nature et du fonctionnement du pouvoir politique décentralisé, les acteurs, les événements et les enjeux de longue durée qui ont effectivement amené le Kongo à la dépendance, voire à la subordination à l’égard du Portugal, par le traité de vassalité de 1860.

L’historiographie a généralement fixé les bornes initiales de la période coloniale de l’Afrique à la fin du XIXe siècle, après la Conférence Internationale de Berlin en 1884-1885. Mais pour le royaume du Kongo, c’est la suppression de l’institution royale par les Portugais en 1914, après la conquête coloniale, qui constitua le marqueur chronologique le plus évident de la « fin » de ce royaume. Paradoxalement, certains des premiers auteurs à avoir travaillé sur l’histoire du Kongo avaient pourtant daté le début de la domination coloniale non pas au XXe siècle, ni au XVIIe siècle, mais encore avant1 ! Ces simplifications ont contribué à diffuser des idées reçues sur l’histoire du Kongo, en considérant par exemple, que le mouvement autour de la prophétesse Kimpa Vita (début du XVIIIe siècle) représentait une des premières actions de résistance anticoloniale. Une autre idée récurrente voulait que, pendant la traite des esclaves, le Kongo fût soit déjà soumis au Portugal, soit politiquement insignifiant dans l’échiquier politique du centre-ouest africain et global, ses rois n’étant alors que des marionnettes du Portugal ou de pauvres personnages sans aucune emprise politique.

Les travaux fondateurs de Jan Vansina, Suzan Herlin, et John Thornton2 ont déconstruit ces récits. Mais la perspective biaisée des premières études a laissé ses marques, de sorte que, parfois, il reste encore l’idée selon laquelle la chute du régime centralisé au XVIIe siècle aurait représenté une « fin » pour l’histoire du royaume ou, du moins, son entrée dans une période sans importance.

Par conséquent, le moment qui suit la réunification politique de 1709 a largement été minimisé par l’historiographie et demeure aujourd’hui peu connu. Il s’agit d’une période durant laquelle, après des décennies de conflits violents, le Kongo retrouva une certaine stabilité grâce à la paix politique entre les groupes rivaux. Bien que décentralisée, la royauté kongo a pourtant continué de rayonner. Les manis (chefs de provinces), plus ou moins autonomes depuis le XVIIe siècle, devinrent de grands seigneurs en raison de leur pouvoir fiscal sur le commerce de longue distance – et étaient restés très attachés au roi du Kongo.

En somme, la période qui suit la réunification de 1709 fût marquée par le développement d’un régime politique très particulier, qui fonctionna de la façon suivante : une royauté qui détenait un pouvoir idéologique et symbolique, capable de maintenir une domination nominale sur pied, mais qui était incapable d’exercer un contrôle direct sur les territoires et les acteurs dont il se réclamait. C’est cette ambivalence du pouvoir royal kongo que nous avons exploré tout au long de notre thèse, en sondant la tension entre les bases matérielles (territoriales, fiscales, militaires, de communication, etc.) et les ressources idéologiques et symboliques de la royauté dans son rapport à l’aristocratie.

Le royaume du Kongo est l’une des civilisations africaines sur lesquelles nous disposons du plus grand nombre de sources historiques écrites pour la période avant la colonisation européenne. Cependant, contrairement à ce qui se passe avec la plupart des entités politiques africaines, il n’y a qu’une petite partie de ces sources (d’avant le XIXe siècle) qui ait été rédigée par des « voyageurs », c’est-à-dire, par des observateurs de passage sans aucun engagement local durable. En effet, dans le cas du Kongo, l’abondance des archives est le résultat de contacts intenses et continus avec les empires européens, en particulier le Portugal, avec les ordres religieux et avec le Saint siège. Ce serait ainsi une erreur de considérer que les documents issus de ces échanges ont été produits par des témoins qui n’avaient absolument aucune connaissance ou capacité de compréhension de la société kongo. Certes, la volonté et aussi la capacité de déchiffrer les singularités des sociétés locales ne sont pas présentes chez tous les témoins européens. Toutefois, dans nombre de cas, les auteurs des documents que nous avons explorés étaient des agents politiques, commerciaux ou religieux qui se sont positionnés en tant qu’intermédiaires entre les mondes africains et les mondes européens : parfois des Européens assez africanisés, parfois des Africains lettrés voire européanisés. Il ne s’agit alors pas toujours d’un simple « regard extérieur » ou « étranger » mais également de récits produits à la croisée de tensions, entre les pouvoirs et les agents locaux et les pouvoirs et les agents étrangers. Sachant que, concernant ces derniers, leur degré d’appartenance et de familiarité avec la société kongo était assez divers.

Les sources missionnaires sont les archives les plus connues, les plus traduites et les plus étudiées pour l’histoire du royaume du Kongo. Pendant des siècles, les religieux catholiques européens ont participé aux jeux politiques congolais, et ont pu décrire la société kongo de très près. Le résultat a été la rédaction de nombreux textes, notamment des rapports de mission, des lettres, des journaux, des manuels, etc.. Ce corpus correspond à une « proto-ethnographie » qui, malgré toutes les précautions méthodologiques qu’elle suppose, fournit des informations rares et précieuses.

Les archives administratives/militaires/religieuses de l’empire portugais (éléments inséparables avant le XIXe siècle) nous offrent aussi un regard multi-scalaire sur le Kongo. Il s’agit de sources de types très divers, notamment de la correspondance administrative entre les institutions de Luanda (principalement du gouvernement général) et la cour à Lisbonne. De même, dans les archives nationales de l’Angola, il y a des sources de l’ancien gouvernement général portugais de l’Angola. L’historiographie sur le Kongo a toujours privilégié le monumental corpus missionnaire, utilisant les sources administratives de manière plus accessoire. Justement, un aspect important et original de notre thèse sur le Kongo repose au contraire sur une étude approfondie des sources administratives (des fonds de l’Angola de l’Arquivo Histórico Ultramarino, les codex des archives nationales de l’Angola, les archives du parlement, celles de la Bibiotéca da Ajuda et l’Arquivo do Itamaraty au Brésil).

De ce fait, une perspective binaire qui opposerait les « sources orales » aux « sources écrites » ou les « sources européennes » aux « sources endogènes » ne serait pas capable de saisir la pluralité et la complexité d’un corpus archivistique hétérogène et diversifié que nous analysons dans cette thèse. Nous disposons des documents écrits par des aristocrates du Kongo dans des archives administratives européennes et brésiliennes, qui sont conservés dans des fonds de l’empire portugais. Nous trouvons aussi des sources écrites par des missionnaires et militaires qui comprennent des traditions orales transmises localement ; et également des sources orales mises par écrit après leur compilation (et parfois leur traduction) par des ethnographes. Il y a encore les sources orales qui nous ont été directement transmises, mais qui utilisent comme support éventuel des documents écrits et publiés.

En outre, l’analyse croisée des sources de différentes origines et de différentes natures – d’un côté européen et africain, de l’autre, orales, écrites, visuelles et archéologiques – nous a offert une perspective plus ample et complexe sur l’histoire du Kongo. Le travail empirique de notre thèse invite ainsi la démarche méthodologique d’une histoire globale et connecté du Kongo, en se focalisant notamment sur le rapport du Kongo à l’empire portugais, et en donnant également un poids important à une histoire des rapports diplomatiques du Kongo avec Luanda, Lisbonne, Rome, Londres, Rio de Janeiro, Paris, etc. Les nombreux auteurs des documents – qu’ils soient d’origine kongo ou d’origine européenne – qui circulaient physiquement et intellectuellement entre ces univers, nous informent naturellement sur leurs connexions.

Lettre de dom Henrique II à l’Évêque d’Angola (photo: T.C. Sapede). « Ao santíssimo Bispo. Deus guarde por muitos anos. D. Henrique do Congo » (« Au très saint Évêque. Que Dieu vous garde pour plusieurs années. D. Henrique du Congo »). Arquivo Histórico Ultramarino (AHU), CU, Angola, cx. 130, doc. 113.

La thèse comporte trois parties :

1) « Le roi et ses sujets : les fondements du pouvoir au royaume du Kongo décentralisé »,

2) « Le Kongo et le monde : commerce et conflits au Kongo du XVIIIe siècle »,

3) « Le roi et le temps : Le clan Água Rosada et les transformations politiques du XIXe siècle »

La première partie est consacrée à l’organisation politique interne du royaume. Dans le chapitre I, nous montrons que la réunification du Kongo en 1709, après un demi-siècle de guerres civiles, a rendu possible la réorganisation du système politique Kongo autour du roi de Mbanza Kongo. Cependant, le pouvoir militaire et économique furent relocalisés dans les provinces, devenues de plus en plus autonomes vis-à-vis du roi. Cette nouvelle configuration décentralisée empêcha le roi de récupérer le pouvoir matériel qu’il possédait auparavant, et aboutit à l’émergence d’un nouveau système politique apparemment contradictoire : l’existence d’un roi faible, sur le plan militaire, économique et fiscal, qui était cependant considéré par les royautés et potentats d’une vaste région africaine et les pouvoirs impérieux européens comme un souverain éminent et glorieux exerçant une influence politico-symbolique.

La traite atlantique des esclaves, qui avait été un facteur clef de la fragmentation politique à partir de 1650, devint progressivement l’un des moteurs de la réunification de la royauté. Nous soutenons qu’il y avait une interaction entre le commerce de longue distance (organisé par des routes commerciales et des diasporas marchandes) et la sphère politique. Les routes des esclaves (de l’intérieur du continent vers le littoral) passaient par la périphérie des mbanza (cités), où opéraient les marchands spécialistes étrangers (notamment vilis, mais aussi mossorogo et zombo). L’alliance entre ces institutions marchandes et le pouvoir en place assurait une protection aux marchands étrangers et leur donnait l’autorisation de circuler et d’agir localement. En contrepartie, la protection octroyée par le roi aux diasporas et aux chefs de caravanes et leur accès aux esclaves locaux, pourvoyaient les manis (chefs) de marchandises européennes et objets de prestige en grande quantité, comme les armes à feu, les munitions et la poudre, etc.

Traite des esclaves au port d’Ambriz : nombre total d’esclaves embarqués entre 1760 et 1860 Source : base de données slavevoyages.org (dernière consultation le 12/2019).

Dans ce nouveau cadre politique, les makanda (clans) aristocratiques et les manis provinciaux les plus puissants acceptèrent de maintenir à Mbanza Kongo un roi prestigieux et capable d’offrir une stabilité politique. Celle-ci permettait une plus grande sécurité et une ouverture des routes et, par conséquent, une certaine constance dans l’afflux d’esclaves, qui irriguaient l’aristocratie en termes d’objets politiques, d’armes, de poudre, etc. Ainsi, les manis possédaient davantage de pouvoir direct sur le commerce et sur les villages locaux, mais ils bénéficiaient aussi de l’existence d’un roi qui symbolisait l’unité politique du royaume du Kongo – sans pour autant disposer des moyens de gouvernement pour l’imposer.

Le roi du Kongo avait un pouvoir et une reconnaissance à l’échelle mondiale mais, très souvent, pendant la période de décentralisation, il n’arrivait pas à les faire reconnaître à l’intérieur de son propre royaume. Notre thèse défend l’idée que la royauté au Kongo dépendait de ses rapports avec le monde extérieur (rapports qui étaient liés à la traite des esclaves), à l’échelle globale, pour se légitimer et pérenniser son pouvoir à l’échelle intra-africaine – via l’acquisition plus ou moins ritualisée d’objets politiques, l’accueil de missionnaires et la reconnaissance diplomatique sous la forme d’ambassades.

À l’échelle globale, le Kongo était politiquement et commercialement connecté à de multiples réseaux (diplomatiques, commerciaux, etc.). L’enjeu de notre travail a été de saisir l’articulation entre le local et le global, à travers une perspective d’histoire politique interne.

Ainsi, la deuxième partie « Le Kongo et le monde : Commerce et conflits au Kongo du XVIIIe siècle » – consacrée aux articulations entre le contexte interne et les enjeux internationaux – entend interpréter à travers quels mécanismes le global est « intériorisé » et devient local dans le Kongo décentralisé. Celui-ci se réalise de différentes manières et nous soulignons trois principaux mécanismes.

Notons avant tout que l’appropriation par le politique, des objets étrangers issus du commerce négrier atlantique et des réseaux diplomatiques internationaux a conduit à cette intériorisation politique du global. Pour caractériser cela, nous proposons, dans le chapitre IV, le concept d’objets politiques en tant que catégorie d’analyse. Ceux-ci devinrent des éléments centraux de la légitimation du pouvoir royal et de certains manis sur le plan interne et externe. Ces objets politiques ont été obtenus grâce à l’engagement (parfois indirect) des chefs kongos dans la traite atlantique. Analysés tout au long de la thèse, ils sont des pièces-clés de notre compréhension des transformations politiques kongos et de leurs interactions avec les enjeux politiques et économiques globaux analysés par la suite.

Le premier mécanisme d’appropriation est la mobilisation de divers objets politiques qui joua un rôle particulièrement central dans le maintien de la légitimité du roi du Kongo, de l’aristocratie et, par-là, du système de pouvoir en général. Ces objets devinrent des insignes de pouvoir incontournables pour l’affirmation de l’élite détentrice du pouvoir. L’ostentation, qui mélangeait objets et marchandises de diverses origines, était aussi une expression de la position privilégiée des élites, qui renvoyait à leurs ancêtres : les grands rois du passé. Plutôt qu’une acculturation, une conversion ou une créolisation, on pourrait donc comprendre la mobilisation des marchandises et d’objets (religieux ou non) européens durant cette période de décentralisation comme un discours de légitimation politique de l’aristocratie lignagère bana Kongo, qui faisait de cette ouverture au monde l’une des sources de son hégémonie. La transformation des marchandises de la traite (tissus, perles, armes, mobilier, bijouterie, etc.) – et des cadeaux étrangers – en objets politiques permet de comprendre que la dépendance de longue durée du Kongo par rapport à la traite et aux alliances transatlantiques était aussi politique et pas simplement économique.

Dom Miguel de Castro Jaspar Beckx, Dom Miguel de Castro, Emissaire du Congo, 1943. Huile sur toile. Musée national du Danemark. huile sur panneau. In : Cécile Fromont, The Art of Conversion: Christian Visual Culture in the Kingdom of Kongo, UNC Press Books, 2014.

Deuxièmement, l’appropriation politique des missionnaires européens a été nécessaire à la pratique de ce que nous conceptualisons, dans le chapitre II, comme un « catholicisme politique ». Celui-ci procurait au roi du Kongo des ressources lui permettant de créer et d’entretenir des relations internes de domination grâce à certaines prérogatives : l’attribution du titre de Chevalier de l’ordre du Christ, le contrôle royal d’accès aux rituels catholiques à la cour, le rôle central du roi dans les fêtes publiques chrétiennes, etc. Ces prérogatives dépendaient par conséquent de la présence de pères ordonnés, de préférence des missionnaires capucins. Nous avons montré, dans le chapitre II, que la réunification du Kongo en 1709 avait été un moment crucial de la (re)constitution de cet appareil idéologique d’appropriation politique de la mémoire des anciens rois catholiques.

Mariage des nobles kongos, Paolo Collo et Silvia  Benso (eds.), Sogno: Bamba, Pemba, Ovando e altre contrade dei regni di Congo, Angola e adjacenti, Milan, Publication privée par F. Ricci, 1986, p. 197. Disponible sur : http://slaveryimages.org (dernière consultation : mai 2017).

Le troisième élément par lequel l’ordre politique kongo intériorise le global a été les alliances diplomatiques et commerciales des autorités kongos avec des compagnies de commerce et des royautés européennes (chapitres III et V). Cela a été important en particulier pour faire face à la menace que représentait, pour le Kongo, l’expansionnisme des Portugais depuis l’Angola. Cela amena, par exemple, la reine portugaise à abandonner un projet de contrôle de l’embouchure du fleuve Loge en 1793, en raison des pressions anglaises. Une histoire similaire avait eu lieu avec les Français, dans le port de Cabinda en 1785, quand les pressions militaires françaises empêchèrent la prise de ce port par les Portugais. On le voit, ces ports de commerce et les frontières entre le territoire du Kongo et l’Angola portugais sont le théâtre permanent de conflits locaux et internationaux.

Nous avons cependant montré que le projet portugais d’expansion commerciale échoua, dans une large mesure. Le roi du Kongo ne pouvait pas contrôler le commerce des esclaves sur ses terres et sur ses plages – incapacité liée au rôle restreint qui lui avait été assigné au sein du système décentralisé. En outre, agir en faveur des Portugais aurait miné les bases internes du roi en termes de soutien, ce dont il dépendait, c’est-à-dire des chefs qui étaient en théorie subalternes, mais en pratique plus puissants grâce aux marchandises de la traite et les armes à feu anglaises et françaises.

Dans la continuité de ces enjeux liés à la traite atlantique, le chapitre VI explique comment les Portugais regardaient désespérément la croissance du commerce anglais et français dans le port d’Ambriz à la fin du XVIIIe siècle. Le marquis de Mossul, le duc de Mbamba et plusieurs chefs Ndembu (parmi lesquels principalement le chef Namboangongo) étaient impliqués dans ce commerce. Les marchandises et les armes anglaises et françaises, plus accessibles que celles des Portugais, pénétraient dans l’hinterland. Le commerce de Mossul engageait plusieurs chefs voisins de la conquista portugaise et absorbait l’afflux d’esclaves auparavant amenés à Luanda. La voie diplomatique d’alliance avec le roi du Kongo et d’autres manis (Soyo, Mbamba et Mossul) ayant échoué, les Portugais adoptèrent des méthodes plus violentes à partir de 1790. Ils entreprirent des expéditions militaires de grande ampleur contre le Mossul et les Ndembu dans le but de les (re)soumettre à la vassalité et de tenter de contrôler les routes commerciales débouchant sur le port d’Ambriz. Le chapitre VI montre que la politique interne du Kongo a continué de subir dans les années 1790, d’importantes conséquences, comme la croissance, d’un côté, de l’opposition anti-portugaise, et de l’autre, les projets pro-portugais chez certains membres de l’aristocratie.

Les deux premières parties de la thèse nous amènent à saisir l’importance de la traite des esclaves pour l’ordre politique kongo. C’est l’occasion de comprendre les conséquences profondes provoquées par le bouleversement de la traite, le rôle des projets abolitionnistes qui ont engendré la « traite illégale » et sur le plan politique à une perte de souveraineté progressive de la royauté d’autres chefferies kongos sur son territoire, jusqu’à l’occupation de la cour du Kongo par les Portugais en 1860. C’est l’objet de la troisième partie de la thèse : « Le roi et le temps : le clan Água Rosada et les transformations politiques du XIXe siècle », portant sur la période comprise entre 1803 et 1860.

Le long règne de trente ans de dom Garcia V (1803-1830) est analysé dans le chapitre VII, pour souligner les stratégies mises en place pour résoudre les impasses du régime décentralisé. Cela s’incarna dans le renforcement des rapports politiques avec le Portugal dans le but d’accroître son pouvoir régional face aux chefs provinciaux et ses recettes, sans pour autant devenir subordonné vis-à-vis du Luanda. Ainsi, pour assurer cette autonomie – via des constructions d’églises, des réformes urbaines et la « modernisation » de Mbanza Kongo – Garcia envoya des jeunes princes (fils et neveux) au Luanda pour être formés comme sacerdotes, ainsi que de jeunes esclaves (muleke) pour l’apprentissage de la maçonnerie et de la charpenterie. Sur le plan de l’augmentation des recettes et de l’amplification du territoire, dom Garcia essaya, sans succès, de contrôler le port d’Ambriz en envoyant l’un de ses fils pour en faire la conquête militaire.

Enveloppe contenant la lettre de dom Garcia V (photo: T.C. Sapede) : « Au très haut et puissant roi du Portugal, que Dieu vous garde pour plusieurs années de vie et de santé. De la majesté du Congo Dom Garcia V, aujourd’hui le 16 novembre », AHU, CU, Angola, cx. 130, doc. 113.

La royauté du Kongo se trouvait dans un double piège. D’une part interne, par le faible pouvoir fiscal et militaire qu’elle avait sur les subalternes. D’autre part externe, en raison des risques d’ingérence portugaise, qui, à ce stade, projetait déjà de soumettre le roi du Kongo à un rapport de vassalité. Bien que sans réussir pleinement son grand projet, le succès relatif du règne de Garcia V apporta une certaine stabilité au royaume du Kongo tout en ne parvenant pas à transformer le rapport de force entre le Kongo et le Portugal.

Leurs relations se modifièrent de façon significative à partir de 1820 en raison des bouleversements politiques en Europe et dans l’espace atlantique. En effet, l’empire portugais vécut d’énormes turbulences avec le transfert forcé de la cour à Rio de Janeiro en 1808, l’ouverture de ports aux Anglais par la même occasion et, plus tardivement, en 1822, l’indépendance du Brésil. Le démembrement interne de l’empire menaça également les domaines portugais en Angola, principalement à Benguela.

À l’échelle globale, le principal phénomène qui eut un impact politique décisif sur le Kongo fut le mouvement abolitionniste britannique contre la traite des esclaves, ainsi que les abolitions et les révolutions qui se sont produites dans les différentes colonies américaines. Bien que le trafic n’ait pas décliné jusqu’en 1830, le fait que les Britanniques et une bonne partie des Français se soient retirés progressivement de la traite « légale » à partir de 1815, modifia profondément les rapports de forces établis dans l’espace centre-ouest africain depuis le XVIIe siècle.

En faisant dialoguer l’historiographie portugaise avec d’autres approches, cette thèse a pu montrer que vers 1832, soit dix ans après le coup dur que fut la perte du Brésil – tout en ayant pu maintenir ses avant-postes africains –, le Portugal adopta une nouvelle politique coloniale, cette fois-ci centrée sur la colonie de l’Angola dans le but de la transformer dans un « nouveau Brésil ». Cela signifiait, aux yeux de Lisbonne, que l’Angola devait cesser d’être un fournisseur d’esclaves pour devenir un territoire consacré à l’agriculture et à l’exploitation de ressources minérales et naturelles. Il y eut, de ce fait, un changement dans la politique portugaise vis-à-vis des chefs et du roi du Kongo. Les alliances dans le but de garantir l’approvisionnement d’esclaves, cédaient désormais la place à une volonté de conquête territoriale et politique plus directe.

Par conséquent, les marchandises que l’élite locale avait converties en objets politiques et dont elle dépendait sur le plan de la légitimation et de la mise en scène de son pouvoir, à l’instar des armes à feu et des munitions, diminuèrent drastiquement, malgré les échanges suscités par la traite illégale et l’exportation d’autres matières premières. L’approvisionnement en objets politiques étaient passé de plus en plus sous le contrôle des Portugais.

En réalité, la traite atlantique au Kongo ne s’achèvera pas avant les années 1860, mais sa transformation sous l’impact de l’abolitionnisme reconfigura les relations politiques et l’organisation du commerce interne. Nous avons souligné – en suivant les propositions d’autres auteurs – que les voies légales et traditionnelles par lesquelles l’afflux de captifs se réalisait, leurs gestionnaires sur la côte et leur relation avec les pouvoirs locaux ont subi de fortes turbulences. De nouveaux acteurs locaux émergèrent au Kongo – il s’agissait de jeunes ambitieux de l’aristocratie traditionnelle, des membres de makanda non-hégémoniques, ou parfois même des personnages n’appartenant pas à l’aristocratie. Ces nouveaux seigneurs gagnèrent en puissance en utilisant la stratégie d’accumulation de grands effectifs d’esclaves et la fondation de proto-mbanzas pour contourner les mécanismes d’accès au pouvoir des mbanzas traditionnelles. Ce phénomène transforma la configuration politique du Kongo décentralisé, c’est-à-dire la hiérarchie entre manis de mbanzas déjà établies.

La grande instabilité provoquée par ces transformations abruptes rendit le contrôle des rébellions difficile pour le roi du Kongo Henrique II (1840-1857). Il fit alors, une fois de plus, appel aux Portugais et reçût un ambassadeur à sa cour. Il envoya également son fils Nicolau – personnage central dans notre dernier chapitre – au Portugal pour rencontrer la reine Maria II et pour y faire un séjour d’études. En contrepartie, en échange de la promesse d’un soutien militaire, Henrique II signa un traité dans lequel il déclarait être « sous la protection du roi du Portugal » et concédait le port d’Ambriz à ses « protecteurs ». Nous avons ainsi souligné que même si le roi n’avait pas le contrôle direct du port, cet accord provoqua un certain impact dans le contexte international de conflits coloniaux européens – désormais non plus liés à la traite, mais à son abolition et à la course pour le contrôle des territoires africains.

Après les années 1830, les Britanniques et les Français n’avaient plus de trafiquants d’esclaves légaux alliés aux potentats locaux. Mais ce système fut substitué par des officiers britanniques qui, par le biais de traités et de leur force navale, défendaient l’abolition de la traite des esclaves, la reconversion économique tournée vers des produits « légitimes » et la construction de comptoirs commerciaux. La nouvelle politique britannique menaçait encore le Portugal. Mais cette transition des empires européens vers une politique abolitionniste et la focalisation de celle-ci sur l’Atlantique nord donnèrent aux Portugais une certaine marge de manœuvre pour avancer sur le territoire qu’ils désiraient conquérir depuis longtemps : le port d’Ambriz. Après l’avoir dominé en 1855, les Portugais pénétrèrent plus à l’est du fleuve Loge et occupèrent les mines de cuivre de Bembe, qu’ils commencèrent alors à exploiter en partenariat avec des capitalistes britanniques. Les Portugais s’allièrent avec des chefs locaux à Bembe – dont le principal et le plus ambitieux était le marquis de Catende – qui, outre le fait d’assurer la défense, des mines collaboraient dans l’approvisionnement et dans l’exploitation de la main d’œuvre locale.

À l’intérieur du Kongo, la résistance à l’égard des Portugais n’était pas faible pour autant. Le mouvement qui prétendait expulser les Portugais des terres du Kongo et punir ceux qui collaboraient permettant leur pénétration ne cessa de s’accroître. Il comptait d’ailleurs le soutien informel des Britanniques et des Brésiliens, installés dans leurs comptoirs du Kissembu, qui avaient migré dans le nord de l’Ambriz après l’occupation portugaise des territoires du Loge. Le mouvement de résistance gagna de l’ampleur et se généralisa avec la mort du roi en 1857 et l’ascension au pouvoir d’Alvaro Dongo. Les enjeux de ce bras de fer s’incarnent au travers l’histoire de vie de dom.

La force du mouvement de résistance et son efficacité, initiale, dans la fragilisation des positions territoriales portugaises montre que, bien que la perte de souveraineté face au Portugal ait débuté en 1780, le Kongo comptait encore, en 1860, sur des forces internes capables de s’y opposer. Le processus que nous étudions ne peut donc pas être présenté sous un prisme téléologique, comme si depuis les années 1780, le cheminement en direction à la domination coloniale aurait été inévitable. Bien au contraire, nous voulons mettre en avant les rebondissements, les impasses et les retournements d’une histoire dont il ne faut pas négliger la complexité. Ce qui finit par se produire fut le résultat de l’enchaînement de conjonctures diverses et d’évènements inespérés, parfois absurdes, dans l’absolu (comme la suite des évènements le montre).

Même sans une participation directe, les capitalistes et les agents diplomatiques britanniques, brésiliens et nord-américains présents au Kongo avaient l’intention de miner le projet portugais et leur candidat fantoche. Mais comme cela avait été le cas dans les guerres contre le Mossul et les Ndembu dans les années 1790, cette confrontation fut aussi le corollaire d’antagonismes globaux. Nous avons observé ces acteurs et leurs intérêts divers au travers de la trajectoire de dom Nicolau Água Rosada. En effet, la vie du prince ne peut se comprendre que par les rapports qu’il a entretenus avec les acteurs et les puissances qui constituaient les réseaux globaux et locaux.

Le prince D. Nicolau M. Luis da Cunha et Pedro Augusto Guglielmi , Le prince D. Nicolau, fils du roi du Congo D. Henrique II, 1845, Lisbonne. Lithographie, Bibliothèque Nationale du Portugal, http://purl.pt/1012/3/ (dernière consultation décembre 2019).

Certes, ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que se produisit le renforcement de la dépendance politique et l’ouverture du Kongo à l’exploitation économique portugaise, et ultérieurement française, anglaise et belge. La concrétisation de la « rupture de l’ordre moral » du royaume du Kongo, pointée par Jelmer Vos, fut mise en place progressivement, jusqu’à la suppression totale de la royauté en 1914. Mais, nous démontrons dans la thèse que l’occupation de la cour par l’armée portugaise en 1860 instaura un rapport formel de vassalité avec le Portugal, lequel représente, à notre avis, le moment par excellence de la perte irréversible de la souveraineté du roi du Kongo. Ce moment qui est aussi un tournant, il ne peut être compris que comme le point d’aboutissement, voire le résultat, d’un processus historique de longue durée.

Notre thèse offre un cadre d’analyse nouveau pour appréhender la configuration politique décentralisée du Kongo entre 1780 et 1860. Les principales transformations que nous avons développées ont notamment concerné la division entre bana Kongo (aristocratie) et mussi-Kongo (gens), les makanda (clans) principales, la question de la transmission et de la représentation du pouvoir entre les échelles hiérarchiques, le pouvoir juridique des manis et du roi, la connexion entre les caravanes, les diasporas commerçantes et le pouvoir en place, l’exploitation de l’esclavage interne et du mécanisme de fondation de proto-mbanzas par l’aristocratie, l’exploitation, par cette dernière également, du travail servile, le catholicisme politique, l’importance interne des objets politiques, et l’appropriation politique du passé.

Chacun de ces thèmes mériterait d’être d’avantage approfondi pour mieux comprendre cette période encore trop méconnue de l’histoire du Kongo, sur ce royaume décentralisé et sur les modalités de sa transition vers une situation coloniale.

  1. Gastão Sousa Dias, A batalha de Ambuíla, Museu de Angola, 1942 ; James Duffy, Portuguese Africa, Harvard University Press, 1959 ; Basil Davidson, Black Mother: Africa: the Years of Trial, V. Gollancz, 1961. []
  2. Jan Vansina, Kingdoms of the Savanna, New edition., Madison, University of Wisconsin Press, 1968 ; Suzan (B.) Herlin, « Beyond Decline : The Kingdom of the Kongo in the Eighteenth and Nineteenth Centuries », The International Journal of African Historical Studies, 1979, 12-4, p. 615‑650 ; John Thornton, « The Kingdom of Kongo, ca. 1390-1678. The Development of an African Social Formation », Cahiers d’Études africaines, 1982, 22-87, p. 325‑342 ; John K. Thornton, A History of West Central Africa to 1850, Cambridge, Cambridge University Press, 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search