L’Afrique en musée – Le musée Saint-Remi de Reims

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la cartographie en ligne « Le monde en musée » (à venir en septembre 2021)

Jusqu’au 31 août 2021, l’exposition « Reims-Afrique. Histoires d‘objets entre deux continents » présente une collection d’objets d’Afrique méconnue. Elle ouvre sur une pièce exceptionnelle que les conservateurs ont exhumée de leurs réserves: une « salière » en ivoire des côtes du Golfe de Guinée, fabriquée au 16e siècle et propriété de de la ville de Reims depuis la fin du 18e siècle. La suite de l’exposition présente les différents types de relations entre l’Afrique et les Rémois depuis le milieu du 19e siècle : acquisitions de militaires lors des guerres coloniales notamment au Danhomè (trophées de guerre, commandes de copies), achat de voyageurs, etc. Elle se clôt de manière emblématique sur une autre pièce d’ivoire sculptée, une défense ornée de scènes de danse et de chasse, donnée par la ville de Brazzaville à l’occasion de son jumelage avec Reims en 1961.

Du 29 mai au 29 août 2021, les conservateurs des musées de Reims, Bénédicte Hernu et Georges Magnier exposent l’histoire des relations des Rémois avec l’Afrique à travers les objets qui se trouvent dans les fonds publics de la ville, dévoilant ainsi une collection méconnue. Un « musée ethnographique » avait certes existé dans les salles de la mairie dans les années 1890 et jusqu’à la Première Guerre mondiale mais les bombardements de la ville avaient détruit une partie de la collection. Renouvelée avec les dons des années qui suivent, certains objets non-européens avaient été présentés au musée des Beaux-Arts jusqu’à la fin des années 1960. Affecté à présent au musée Saint-Remi, ce fonds comprend quatre-vingts objets d’Afrique. L’exposition « Reims-Afrique. Histoires d’objets entre deux continents » présente une sélection de vingt-six pièces.

Salière dite sapie en ivoire, 22,9 x 12 cm, 16e siècle, musée Saint-Remi, inv. 978.32.51, ph. musées de Reims / Christian Devleeschauwer

L’objet phare de cette exposition est sans conteste la boîte en ivoire sculptée, une redécouverte majeure qui vient augmenter le corpus connu des ivoires dits « afro-portugais » ou « luso-africains », que Thiago Mota a récemment argumenté de manière convaincante de les considérer comme pleinement africains, même si leurs modèles iconographiques et stylistiques sont parfois d’importation européenne et si leurs commanditaires sont en grande partie portugais et leurs usages européens. Tous ces éléments sont à nuancer en fonction du type d’objet (oliphants, objets de table), de leur lieu de production. Les études historiques en cours montrent que ces objets pourraient bien avoir été utilisés aussi en Afrique et que leur iconographie reste majoritairement d’inspiration locale.

Détail de la même salière

L’histoire rémoise de cet objet n’est encore connue qu’en pointillé. Il apparaît dans le premier inventaire du musée des Beaux-Arts, daté de 1794, provenant peut-être de la collection d’Antoine Ferrand de Monthelon (1686-1752), acquise par la ville en 1752. Il a d’abord été considéré comme un objet indien avant qu’on lui reconnaisse son origine africaine.

En 1843, trois flèches empoisonnées sont acquises par la Ville auprès d’un certain monsieur Cordier parmi un lot d’armes mais on en a aujourd’hui perdu la trace. L’exposition se focalise donc ensuite sur trois moments : les guerres coloniales des années 1890 contre le Danhomè, la Première Guerre mondiale en évoquant l’engagement dans la région, en Champagne, des troupes d’infanterie coloniale, regroupant soldats de la « métropole » et ceux des territoires de l’empire colonial français, puis le moment du jumelage avec la ville de Brazzaville, conclu en 1961 quelques mois après l’indépendance de la République du Congo, et la donation à Reims de deux défenses d’éléphant sculptées, alors un classique des cadeaux diplomatiques.

Deux séries d’objets ont été acquis par des sous-officiers de l’armée coloniale dans les guerres contre le Danhomè entre 1892 et 1895 : certains sont des trophées de guerre et d’autres sont des objets acquis dans des circonstances plus floues. Particulièrement remarquables sont les copies de six récades des rois du Danhomè réalisées par un artisan d’Abomey pour Maurice Patoux, sergent du deuxième régiment d’infanterie de marine. Celles-ci, données au musée de Reims en 1928, sont bien identifiées alors que la quarantaine d’objets acquis en même temps par Henri Stocq et offerts à la Ville en 1908 ont, eux, en grande partie disparu pendant la Première Guerre mondiale et ceux qui restent sont plus difficiles à identifier aujourd’hui.

Double appui-tête, provenant de l’actuel Mozambique, 17,5 x 78,5 x 5,8 cm,2e moitié du 19e siècle, musée Saint-Remi, inv. 978.3169, ph. musées de Reims / Christian Devleeschauwer

Quelques portraits permettent de compléter le tableau en mettant en avant quelques figures types de collectionneurs : celui qui rassemble une collection thématique du monde entier avec quelques items africains ; le voyageur qui acquiert des objets in situ ou celui qui possède une collection plus classique d’œuvres d’art dans laquelle se sont glissés d’autres artefacts. Ainsi, Joseph Vauthier, armurier à Vitry-le-François, a collectionné dans la deuxième moitié du 19e siècle des armes du monde entier et, parmi celles-ci, quelques-unes d’Afrique du nord et des régions sahariennes. Le cas d’Albert Le Cocq de Lautreppe est plus rare : globe-trotter, il fait escale au Mozambique et en Afrique du Sud lors d’un voyage vers la Polynésie dans les années 1890. Il en rapporte un double appui-tête en bois longtemps attribué par erreur à la Polynésie avant que l’on se rende compte qu’il provenait en fait d’Afrique australe. Autre ensemble remarquable dans le fonds africain : celui d’artisanat tunisien acquis par Elie Blondel sur place entre les années 1890 et la Première Guerre mondiale alors qu’il s’attache à sauvegarder la production de poterie locale tout en y exerçant comme architecte.

Dans la collection de plusieurs centaines d’objets variés que Charles Grangé lègue en 1940 à la ville, une quinzaine proviennent d’Afrique et parmi eux, on retrouve des récades du Danhomè, des statuettes du Bénin et de Côte d’Ivoire, des armes d’Afrique de l’ouest et du nord.

Les commissaires de l’exposition précisent que les objets des musées de Reims ne permettent pas de présenter un réel aperçu de la diversité des cultures africaines, mais cette collection illustre bien les différents types de situation qui ont présidé à l’acquisition d’objets africains et à leur mode d’entrée dans les musées français : souvenirs tout autant que pillages, objets d’exceptions comme copies réalisées sur commande ou pour les différents marchés touristiques, objets religieux, armes, instruments de musique, éléments de vaisselle, etc. Espérons en tout cas que cette exposition fera l’objet d’une publication pour garder, au moins a minima, une mémoire vive de cette histoire !

A voir jusqu’au 31 août 2021

L’exposition « Reims-Afrique. Histoires d’objets entre deux continents », musée Saint-Remi, 53 rue Simon, 51 100 Reims, de 10h à midi et de 14 à 18h tous les jours sauf le lundi, entrée libre.

A consulter en ligne

Les musées de Reims ont une politique de libre accès et diffusion des œuvres photographiées de leurs collections et vous pouvez voir sur leur « musée numérique » les détails de la « salière » en ivoire et de l’appui-tête d’Afrique australe.

Pour mémoire sur l’exposition

Une courte présentation dans le numéro d’avril-septembre 2021 de la Revue des musées de Reims.

Quelques références bibliographiques pour aller plus loin sur les productions sculptées des côtes du Golfe de Guinée au 16e siècle 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search