L’Afrique en musée – La Monnaie de Paris

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la future cartographie en ligne « Le monde en musée »

Sur les rives de la Seine, la Monnaie de Paris, dédiée avant tout à la frappe de la monnaie nationale, possède plus de deux mille objets africains. À partir de la fin du XIXe siècle, elle a acquis des objets pour documenter des objets d’autres mondes et leurs systèmes monétaires mais sa collection reflète aussi les échanges internationaux de cette institution qui frappe monnaie pour un grand nombre de pays. La Monnaie a ensuite reçu deux dons de poids à peser l’or du monde akan dont une exposition présentait en 2020-21 les nouvelles acquisitions.

La Monnaie de Paris est une institution qui remonterait à l’an 864 avec la création d’un atelier monétaire attaché à la Couronne à Paris. Aujourd’hui, elle comprend une usine qui a la charge de la frappe de la monnaie nationale (ainsi que celles d’autres pays) sur le site de Pessac en Gironde, ainsi que la fabrication et la commercialisation de médailles et autres objets d’art qui se fait encore en partie sur place. Cette institution possède aussi des collections patrimoniales. Des matériaux (les minerais) aux différentes facettes des arts du métal, le parcours permanent du musée retrace une histoire de la monnaie et de la frappe monétaire. Il présente aussi quelques grands trésors monétaires et comprend un petit espace dédié aux paléomonnaies venues de différentes régions du monde : Suède, Chine, Nouvelle-Calédonie, Ethiopie, Congo, etc. En regard, des pièces du XXe siècle mettent parfois en abîme une histoire longue de la monnaie telle cette pièce de 5 Francs CFA frappée en 1961 en République du Congo qui reprend un dessin de croisette, une forme de monnaie métallique utilisée pendant plus d’un millénaire du Congo au Zimbabwe. L’histoire des objets, ou biens de consommation, qui, sans être des pièces ou des billets dédiés, servent de monnaies et sont qualifiés de « paléomonnaies », « paramonnaies », « monnaies primitives » ou « traditionnelles », sans qu’aucun de ces termes ne soient satisfaisants, se comprend dans une histoire plus large des systèmes monétaires et bancaires. Ceci notamment quand différents systèmes coexistent, que les pièces soient celles de l’Etat en question ou que soient utilisées des pièces d’autres lieux, qu’elles soient frappées sur place ou pas. Ces situations se rencontrent en différents temps de l’histoire comme par exemple, pour l’Afrique, dans le royaume d’Aksum entre le IIIe et le VIIe siècle, quand celui-ci frappe monnaie en or, argent et bronze, à Sijilamasa aussi où les Almoravides frappent monnaie au XIe siècle, à Kilwa encore sur les côtes swahili au moins au XIVe siècle, etc. Quant aux paléomonnaies d’Afrique conservées à la Monnaie, elles documentent d’autres cas, de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Pour ce qui concerne l’Afrique, le musée possède d’une part, une centaine d’objets (ou groupes d’objet car cauris ou perles ne sont pas comptés à l’unité) qui illustrent les différentes formes que la monnaie a pu prendre en Afrique à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, qu’il s’agisse d’ailleurs de naturalia, d’objets importés ou d’objets fabriqués en Afrique. Plus important d’un point de vue numérique, le musée possède un fonds de quelques deux mille objets liés aux poids à peser l’or du monde akan. Mais l’on verra que c’est aussi en considérant la fonction première de l’institution, la frappe de la monnaie, que s’explique la présence de certains objets donnés dans le cadre de négociations commerciales et diplomatiques. Le musée possède ainsi plusieurs objets éthiopiens qu’il présente d’ailleurs dans ses vitrines : un anneau et une règle en or dans celle dédiée à ce métal ; une barre de sel (amolē) dans celle dédiée aux monnaies traditionnelles. Cet objet est la première paléomonnaie à entrer dans les collections du musée en 1895, donnée par Léon Chefneux, chargé d’affaires auprès du roi des rois Ménélik (Menilek selon la graphie éthiopienne) avant que ce dernier nomme Chefneux conseiller d’État en 1897. Le cahier d’entrée précise alors que la barre vaut environ « 50 centimes de notre monnaie ». C’est à ce même Chefneux qu’est attribué le portrait photographique qui va servir à l’élaboration de la première médaille de Menilek réalisée à la Monnaie de Paris. Gravée par Louis-Eugène Mouchon, celui-ci dessine aussi les timbres éthiopiens d’après cette même photographie. En 1898, un anneau d’or est offert à la Monnaie par les « ambassadeurs d’Éthiopie », au nombre desquels Chefneux pourrait figurer (fig. 1).

Fig. 1: « Anneau d’or ouvert offert à l’administration des Monnaies par les ambassadeurs d’Ethiopie en 1898 » (registre papier des « objets divers »), 14,44g, 923 millièmes d’or – 77 millièmes d’argent (analyse réalisée par le laboratoire de la Monnaie), env. 2 cm de diamètre, inv. AFR_000024 PAR_0045, ph. Monnaie de Paris.

Ces dons sont sans doute faits à l’occasion de la commande de la frappe de la monnaie éthiopienne à Paris pour lequel Chefneux sert de représentant à Menilek. Pour contrer la production de pièces à Harrar et créer une monnaie nationale qui remplace le thaler autrichien, Menilek décide effectivement, en 1893, d’une monnaie nationale dont il décrit les représentations qu’elle doit porter, et qui est fabriquée en 1894 à Paris. L’Hôtel des Monnaies va effectivement frapper monnaie pour l’État éthiopien en 1894, 1905 et entre 1922 et 1935. C’est en 1922 que le rās Tafari Makonnen, alors régent avant d’être couronné roi en 1930 sous le nom d’Ḫāyla Śellāsē, donne à cette institution une règle d’or (fig. 2) qui porte son nom ainsi que celui de Zawditu, fille de Menilek et reine d’Éthiopie entre 1916 et 1930. Jusqu’à la disparition de la monarchie dans les années 1970, la Monnaie produit aussi des médailles aux effigies de Menilek, Zawditu, Ḫāyla Śellāsē, etc. ou à celle du babur, les trains du chemin de fer qui relie Addis Abeba et Djibouti.

Fig. 2: Règle en or offerte à la France par le ras Tafari et transmis à la Monnaie en janvier 1922 par le président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, 50,04 cm long., 8 cm larg., 558 g., inv. AFR 000025 PAR_0046, ph. Monnaie de Paris.
L’objet contient des inscriptions en amharique sur trois faces :
– የኢትዮጵያ፡ መንግሥት፡ ወርቅ፡ ፳ ፫፡ ፺ ከረት፡ ፲፱፻፲፬ ዓ፡ ም፡ Ya-’Ityoṗya mangeśt warq 23 90 karat 1914 a. m. « Or du royaume d’Éthiopie, 23.90 carats, 1914 a.m. (Ère de la miséricorde [1921/22]) » ;
– ንግሥተ፡ ነገሥታት፡ ዘውዲቱ፡ ምኒልክ፡ ዘኢትዮጵያ። Negeśta nagaśtāt Zawditu Menilek za-’Ityoṗya  « Reine des rois d’Éthiopie Zawditu Menilek »
– የኢትዮጵያ፡ መንግሥት፡ አልጋ፡ ወራሽ፡ ልዑል፡ ራስ፡ ተፈሪ፡ Ya-’Ityoṗya mangeśt ’algā waraš le’ul rās Tafari « Héritier du trône du royaume d’Éthiopie régent Tafari »

Le reste du fond africain se forme de manière différente. Directeur de l’Hôtel des Monnaies entre 1896 et 1926, Alfred de Foville a le souci de rassembler des exemplaires de types de monnaie propres à d’autres sociétés, ce que l’on trouvait aussi en Europe, Asie, Amérique mais, estimant que c’est en Afrique que ces paléomonnaies sont alors encore utilisées le plus largement, c’est sur celle-ci qu’Alfred de Foville concentre ses efforts. Le gros de la collection est constitué entre les années 1897 et 1904, documentée par des notices qu’Alfred de Foville s’attache à obtenir en même temps que les objets. Les inventaires de cette époque consignent souvent quelques informations sur le lieu d’acquisition, les lieux où cette monnaie est utilisée, sa valeur et ses usages variés.

En 1897, ce sont des cauris du Dahomey donnés par Th. Michelin qui remet aussi à l’Hôtel des Monnaies des objets du Siam. Mais c’est l’Union coloniale française qui est l’un des principaux interlocuteurs d’Alfred de Foville, en son nom propre ou parce qu’elle sert d’intermédiaire. L’implantation de cette société commerciale au Soudan occidental et le long du fleuve Congo jusqu’à l’Oubangui dessine la géographie des provenances des objets, acquis à la fin du XIXe ou au tout début du XXe siècle dont l’usage est parfois attesté depuis plusieurs siècles si les exemplaires acquis sont alors sans doute le plus souvent du XIXe : des perles du Sénégal (qui, elles, pourraient être plus anciennes, fig. 3), des manilles de Grand-Bassam (fig. 4-5), des cauris (fig. 6) et des tissus divers (pagnes teints à l’indigo, rouleaux de coton, cotonnades importées) du Soudan occidental (fig. 7-8).

Fig. 3: Lot de 307 perles de verre et de morceaux de verre taillés importés, acquises au Sénégal et données par l’Union coloniale française en 1898, inv. AFR_000018_1 – 898_1_8_b, ph. Monnaie de Paris.
Fig. 4: Manilles en alliage cuivreux fabriquées en Angleterre au XIXe siècle pour régler les achats d’huile de palme, provenant de Grand Bassam, acquises par le Gouverneur de la Côte d’Ivoire et données de sa part à l’Hôtel des Monnaies par l’Union Coloniale Française en 1899,  env. 8,85 cm de diamètre, inv. 899-2-1 à 6 AFR 00011-1 à 6, ph. Monnaie de Paris.
Fig. 5: Hommes portant des manilles importées, symbole ici du commerce avec les Européens, plaque en alliage cuivreux utilisé comme ornement architectural, Royaume de Benin (Nigéria), XVIe-XVIIe s., 48 x 37 cm, British Museum, inv. Af1898,0115.77, CC BT-NC-SA 4.0 © The Trustees of the British Museum.
Fig. 6: Cauris, provenant de l’océan Indien, utilisés au Soudan occidental, acquis par l’Union coloniale française, donnés à la Monnaie en 1899, inv. 898.1.3., ph. Monnaie de Paris.

Fig. 7: Bande de tissu en coton écru rayée de bleu, dite gadabia ou tassoko, acquise au Soudan occidental par l’Union coloniale francaise et donnée à l’Hôtel des Monnaies en 1899, 11 m  x 11 cm, inv. AFR_00020_3 – 898-1-2b, ph. Monnaie de Paris.
Fig. 8: Diverses cotonnades locales et importées, données par l’Union coloniale française, ph. Monnaie de Paris.

De la région du Haut-Congo et et de l’Oubangui proviennent les mitako, des fils de laiton (fig. 9). En provenance de l’Oubangui, ce sont aussi des guindja (fer plat, fig. 10) dont des exemplaires sont aussi donnés par André Salles, inspecteur des colonies, ou le docteur Cureau. L’Union coloniale française fournit aussi ponctuellement des objets d’Asie, de même qu’André Salles donne des objets des différents endroits où il a été en poste : outre le le Haut Oubangui, la Guinée (fig. 11), le Dahomey, mais aussi Tahiti. Quant au docteur Cureau, commissaire du gouvernement dans le Haut Oubangui en 1898, il fait un don en 1899 à la Monnaie alors qu’en 1929, c’est au futur Musée des Arts Africains et Océaniens qu’il donne les monnaies qu’il a décrit dans son ouvrage Les Sociétés primitives de l’Afrique équatoriale (Paris, 1912).

Fig. 9: Mitako, fils de laiton, provenant de l’Oubangui données par l’Union coloniale en 1899, 7,2 à 8 cm de long, et étiquette pour des mitako provenant du Haut-Congo, inv. AFR 0009_1 899_4_3 à 13, ph. Monnaie de Paris.
Fig. 10 : Guindja, fer plat élargi à une extrémité, provenant de la région de l’Oubangui, entrées dans les collections en 1899, acquis par Mgr Audouard, l’Union coloniale française, le docteur Cureau et André Salles, inv. AFR 0001_3, ph. Monnaie de Paris.
Fig. 11: Guinzé, tiges de fer martelé et torsadé, provenant de trois villages du Soudan – Haut Niger (sur le territoire de l’actuelle Guinée), données par André Salles en 1904, entre 48,8 et 62 cm de long, inv. AFR 000026_3_1 – 904-1-1 à 5, ph. Monnaie de Paris.

Certaines personnes font parfois le relai pour acheminer les pièces vers Paris, souvent des missionnaires de la Congrégation du Saint-Esprit, ce qui montre le fonctionnement et les interactions entre les réseaux religieux et ceux de l’administration coloniale. En 1926, le colonel Allotte de la Fuye donne à son tour des monnaies en fer en usage chez les Bonjos, dit-il, rapportées en France par le père Pedron. Et en 1951, Théodore Monod donne à la Monnaie des marginelles provenant de Tombouctou (fig. 12), en plus de celles qu’il dépose à l’IFAN à Dakar. L’une des dernières donations est celle de l’ambassadeur de France au Togo, Michel Chatelais, en 1984. Parmi ces objets, outre ceux déjà cités, on trouve des boutons de porcelaines, des cloches simples ou doubles, avec ou sans battant, provenant elles aussi de l’Oubangui, des pointes de flèches, des épingles ou des “pierres de foudre”.

Fig. 12: Marginelles (ici de trois sortes différentes), coquillages que l’on trouve sur les côtes d’Afrique de l’Ouest, servant de monnaie dans cette région, au moins depuis le XVIIIe siècle, jusque dans la boucle du Niger et Tombouctou où on les désigne par le terme de koroni, don de Théodore Monod, 1951, inv. 951.1.1 à 3, ph. Monnaie de Paris.

Le musée possède en sus une collection très importante de poids à peser l’or du monde akan, et d’objets afférents (balances, cuillers, récipients) : quelques deux mille pièces pour deux fonds. Le premier (1060 items) a été constitué par Henri Abel et donné par son épouse, Antonie Abel, en 1980, ainsi que les cahiers de note de Henri, et est aujourd’hui en partie présenté dans le parcours permanent. La collection Abel a cette particularité qu’elle a été acquise dans les villages de Côte d’Ivoire entre 1947 et 1952 par Henri Abel quand il était administrateur de la ville d’Abidjan, en même temps qu’il menait des enquêtes pour essayer de déchiffrer le fonctionnement du système de pesée et de valeur en cours. Le deuxième a été constitué par Jean-Claude Dumoulin à partir de 1962 à Abidjan puis en France, dans les galeries et en ventes aux enchères. Sa donation, en 2018, a créé l’opportunité pour une exposition, “Akan, les valeurs de l’échange. L’or pour monnaie, le poids pour prix” (8 septembre 2020 – 28 février 2021). D’autres objets complètent fort à propos le parcours et ouvrent sur d’autres vues des côtes africaines : c’est le cas des monnaies de la VOC (compagnie néerlandaise des Indes orientales) qui montrent le fort d’El Mina sur la Côte de l’Or que l’on voit aussi sur des lithographies. La collection Dumoulin complète, notamment, le fonds Abel avec d’autres types d’objets comme des poids fondus sur nature (fruits, graines, insectes, etc.) ou celui reproduisant la forme d’une pièce d’accastillage (fig. 13).


Fig. 13: Poids à peser l’or reproduisant une pièce d’accastillage, monde akan, donné par J.-C. Dumoulin en 2018, inv. AKN_001887_a, ph. Monnaie de Paris.

Ces objets en laiton ont souvent attiré l’attention pour les objets ou les scènes qu’ils reproduisent en miniature (fig. 14-15) mais ceux-ci apparaissent en fait tardivement, au tournant du XXe siècle sans doute, et montrent très certainement une évolution vers une fonction plus symbolique.

Fig. 14: Poids à peser l’or représentant un masque, alliage cuivreux, monde akan, donné par J.-C. Dumoulin en 2018, inv. AKN_02089, ph. Monnaie de Paris.
Fig. 15: Poids à peser l’or représentant un bouclier, alliage cuivreux, monde akan, donné par J.-C. Dumoulin en 2018, inv. AKN_02687, ph. Monnaie de Paris.

Pour aller plus loin

A voir au musée

Dans son parcours permanent, le musée présente actuellement les deux objets éthiopiens décrits ci-dessus dans la vitrine dédiée à l’or. Il a surtout un petit espace dédié aux paléomonnaies venant du monde entier, et notamment d’Afrique. Un autre espace est dédié aux poids à peser l’or de la collection Abel, accompagné d’un petit film.

A voir sur le site internet du musée

  • L’ensemble de la collection a été photographiée et numérisée. Quelques objets sont déjà visibles sur le site internet de la Monnaie de Paris et l’intégralité y sera présentée en ligne à l’achèvement de la refonte du site.
  • Le livret de l’exposition « Akan, les valeurs de l’échange », 2020-2021, est téléchargeable sur le site internet du musée.

A propos de de la collection

  • Alfred de Foville, La Monnaie, Paris, V. Lecoffre G. Gabalda et Cie, 1907.

Une très grande partie de la collection est décrite dans deux catalogues rédigés par Josette Rivallain, l’un sur les paléomonnaies, l’autre sur la collection Abel des poids à peser l’or akan:

  • Josette Rivallain, avec la collaboration de A. Félix Iroko pour le chapitre sur les cauris, Paléo-monnaies africaines, Paris, Administration des Monnaies et Médailles 1986 (coll. Les Collections Monétaires, VIII) ;
  • Josette Rivallain, Poids akans à peser la poudre d’or : collection Abel, Paris, Direction des Monnaies et Médailles, 1989. Dans ce dernier, Josette Rivallain indique les publications de Henri Abel depuis 1952. Certaines sont facilement accessibles dans le Journal de la Société des Africanistes.

Les objets qui ne sont pas des monnaies, comme les deux objets éthiopiens présentés ici, ne sont en revanche pas publiés, de même que la donation de 2018 de poids à peser l’or akan de J.-.C Dumoulin et quelques autres paléo-monnaies données après 1986.

D’autres lectures

Sur le système monétaire éthiopien

  • Richard Pankhurst, « ‘Primitive Money’ in Ethiopia », Journal de la Société des Africanistes, 1962, vol. 32, n°2, p. 213-248.
  • Richard Pankhurst, « Ethiopian Monetary and Banking Innovations in the Nineteenth and early Twentieth Centuries”, Journal of Ethiopian Studies, 1963 (July), vol. 1, n°2, p. 64-120.

Sur le monde akan

On pourra se référer très utilement à deux numéros du Journal des Africanistes :

Mes plus vifs remerciements vont à Dominique Antérion, Chargé des collections et du médaillier, commissaire de l’exposition « Akan, les valeurs de l’échange », et à Sylvie Juvénal, chargée de fonds patrimoniaux, qui ont bien voulu me guider dans la découverte de leurs collections, mettre à disposition les inventaires et catalogues et me fournir des photographies en haute définition.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search