Archéologie africaine : état des lieux [1]

Les 23e rencontres biennales de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA) se sont tenues pour la première fois en France, à Toulouse, du 26 juin au 2 juillet 2016. François-Xavier Fauvelle (directeur du laboratoire TRACES, Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés), qui était le président du comité d’organisation de ce congrès, tire le bilan de ces journées.

MLD : François-Xavier Fauvelle, quelles sont, selon vous, les grandes tendances qui se dégagent dans le champ de l’archéologie africaine ? Quels sont les secteurs les plus novateurs ? On a pu observer une forte représentation de la géo-archéologie, des travaux sur le Middle Stone Age, mais aussi un intérêt renouvelé pour l’archéologie historique.

FXF : Le congrès de la SAFA, qui se tient normalement en alternance en Amérique du Nord et en Europe, était confié pour la première fois à des organisateurs français, en l’occurrence de laboratoire TRACES de Toulouse, associé pour l’occasion au Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren, en Belgique, et au laboratoire Archéologie et peuplement de l’Afrique de Genève, en Suisse. C’est en soi la reconnaissance de la place prise par les chercheurs toulousains dans le domaine de l’archéologie africaine, en particulier François Bon sur la période paléolithique, Caroline Robion-Brunner sur la métallurgie du fer, ou encore Laurent Bruxelles sur la géoarchéologie des karsts, pour ne mentionner que mes coorganisateurs de Toulouse. Si le succès a en effet été exceptionnel, avec près de 600 participants venus de 70 pays, cela tient à l’effort que nous avons fait pour faire se rencontrer des communautés qui ne se rencontrent pas systématiquement : les chercheurs européens, américains et d’Afrique australe, certes, qui sont traditionnellement les plus nombreux, mais aussi ceux de l’Afrique subsaharienne anglophone et francophone, ceux d’Afrique du Nord et d’Éthiopie.

La convergence assez inédite de toutes ces communautés de recherche permet de tirer un vrai bilan des secteurs les plus dynamiques. L’archéologie préhistorique du Middle et du Late Stone Age constitue à coup sûr un domaine puissant de la recherche, en particulier autour des thématiques liées à l’émergence de la modernité biologique et comportementale de l’Homme. Les technologies, qu’elles soient lithiques, céramiques ou métallurgiques, sont aussi aujourd’hui des aspects des sociétés anciennes qui sont très étudiés. C’est le cas également, en effet, de l’archéologie protohistorique et historique, qui couvre la période, disons, des trois derniers millénaires, autour des problématiques de la complexification sociale et de l’émergence des grandes formations politiques. Ces trois grands secteurs de recherche ont en commun d’être remarquablement dynamiques mais aussi, ce qui n’est pas un hasard, d’être ceux où la recherche africaniste est la plus lue et écoutée dans le concert des sciences humaines et sociales.

MLD : en dépit des complications actuelles pour accéder à certains terrains, vous avez souhaité organiser un panel sur les échanges transsahariens (lien vers les informations concernant le panel : http://safa-2016.science/images/Safa-2016-Sessions.pdf; session 17), en suggérant que les conditions de l’organisation d’échanges réguliers ne pouvaient être établies qu’à partir de la conquête arabe de l’Afrique du Nord et la mise en place d’un réseau de commerçants musulmans. Est-ce que vous avez été satisfait des débats ? Quelles sont les pistes proposées pour avancer dans ce domaine alors que, encore une fois, le terrain est aujourd’hui inaccessible ?

FXF : Il est vrai que les recherches conduites dans une très vaste région d’Afrique qui va de la Mauritanie à la Somalie sont aujourd’hui, sauf exception, notamment le Maroc et l’Éthiopie, rendues compliquées par la présence de groupes islamiques ou de formes de banditisme et de piraterie permises par le chaos politique. Les recherches dans tous les domaines en pâtissent, et cela touche en premier lieu bien sûr les chercheurs de ces pays. Mais il faut bien dire que, sauf exception locale, l’archéologie de terrain a pratiquement cessé dans de nombreux pays. La raison en est qu’une équipe d’archéologues, accompagnée d’une grosse logistique, n’est pas très mobile et constitue une cible visible dans le paysage. Une autre raison est que l’idéologie obscurantiste de ces mouvements religieux a précisément pour cible ce qui est l’objet de l’archéologie, à savoir le passé sous toutes ces formes, surtout quand il ne s’inscrit pas dans les narrations étroites du passé qu’énoncent ces idéologies, ce qui est généralement le cas.

Cela étant, ce n’est pas une raison pour se désintéresser de ces régions. En attendant le feu vert pour partir ou repartir sur le terrain, il est bon de rappeler que le Sahara et la frange sahélienne, par exemple, n’ont pas toujours été en proie à la guerre et aux trafics en tous genres. En ce qui concerne le commerce à travers le Sahara, mon crédo est qu’il faut résister à la tentation de croire que cela a « toujours existé », ce qui est pour moi une autre façon de nier l’historicité des sociétés africaines et de leurs interactions. Si la situation actuelle livre un enseignement, il est que les relations pacifiées, régulières et régulées entre les deux rives du Sahara sont fragiles et dépendent d’un certain nombre de facteurs, notamment la mise en place d’un « paquet technique » lié au palmier, à l’irrigation et au dromadaire, l’émergence d’entités politiques et commerçantes stables des deux côtés, et un système partagé de garantie offert par l’islam, qui constituent ce que j’ai appelé dans ma communication une « écologie politique » du commerce transsaharien. Elle n’apparaît pleinement que vers le VIIIe siècle de notre ère. Tout le monde n’est pas d’accord, certains voyant déjà un commerce bien en place à l’époque romaine ou byzantine, voire plus tôt, à l’époque phénicienne ou même encore avant. Mais pour moi nous ne parlons plus de la même chose : des échanges irréguliers, informels, de proche en proche, qui existent partout et toujours, ne sont pas la même chose qu’un véritable commerce organisé à longue distance, qui suppose un contexte particulier, une anthropisation de l’environnement et une reconnaissance mutuelle des partenaires.

MLD : peut-on dresser un bilan de la recherche archéologique en Afrique aujourd’hui et de la place de cette recherche en France ?

FXF : Il est difficile de dresser un bilan, si ce n’est en termes de tendances, comme nous l’avons fait tout à l’heure, sur les grands domaines qui ont vu dernièrement se renouveler les connaissances. Mais un motif de satisfaction, je crois, est que les recherches sur le passé des sociétés africaines ne sont plus une niche de spécialité à laquelle ne participeraient que les africanistes et qui n’intéresserait que les africanistes. Tout en posant des défis spécifiques aux chercheurs, notamment en ce qui concerne les conditions de l’enregistrement des données sur le terrain, l’archéologie africaine pose des questions et formule des réponses qui sont de plain-pied avec les grandes préoccupations des humanités et des sciences sociales, qu’il s’agisse des traits de notre modernité humaine, de la fabrique de la diversité technique, économique et culturelle, ou encore de la cohabitation des formes sociales. Et puis un autre aspect à ne pas perdre de vue, qui invalide à l’avance tout bilan, est le formidable potentiel archéologique de l’Afrique, un continent qui n’a encore livré qu’une infime partie des vestiges matériels de son passé. Si elles avaient un peu plus de moyens, et surtout un peu plus de clairvoyance dans la façon de distribuer les moyens, qualité qui leur fait le plus défaut, les grandes institutions d’enseignement supérieur et de recherche ne perdraient pas un instant et lanceraient de grands programmes archéologiques en partenariat avec les pays africains. Aujourd’hui, l’archéologie africaniste française, indiscutablement l’une des plus dynamiques et visibles, est freinée par ce manque d’ambition des institutions. Certains programmes sont rendus possibles grâce au soutien de la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères, pour qui cela constitue un instrument de diplomatie culturelle. C’est le cas pour ma fouille à Sijilmâsa au Maroc, pour le programme que vous dirigez avec Claire Bosc-Tiessé sur Lalibela en Éthiopie, ou encore pour les divers programmes de collègues toulousains dans la Corne de l’Afrique, au Tchad ou en Namibie. Ce soutien est très utile, mais il reste chiche, soumis à de constants aléas budgétaires, sans rapport avec ce que sont les besoins d’une fouille pluridisciplinaire, professionnelle et pérenne, et surtout sans commune mesure avec l’affirmation d’une authentique vision des enjeux de la recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *