Transcrire les carnets d’Antoine d’Abbadie #2

Les trois journaux de voyage d’Antoine d’Abbadie : la première strate d’une longue activité scientifique

Les carnets 265, 266 et 267 sont ce qu’Antoine d’Abbadie nomme ses « journaux de voyage » en Éthiopie. Le savant voyageur y consigne des informations collectées auprès d’informateurs locaux ou issues de ses observations personnelles, ainsi que des détails sur son voyage, des mesures géodésiques ou encore des observations sur des sujets aussi variés que l’alimentation, les maladies, les religions et les météores, etc. Notons tout d’abord qu’il ne s’agit pas des premiers carnets de la collection : le début du voyage (fin 1837-1838) a été consigné dans le carnet 2791 mais l’organisation des notes y diffère des trois carnets suivants. Des mesures et observations météorologiques ont été notées dans le carnet 280 par son frère Arnauld lors du retour d’Antoine en France pour chercher du matériel. Enfin d’autres carnets ont de toute évidence pré-existé à nos trois carnets : le carnet 272, intitulé par Antoine d’Abbadie « Notes et extraits », est cité à plusieurs reprises dans le carnet 265, témoignant d’une existence postérieure de ce dernier.

Toutefois, les carnets 265, 266 et 267 se distinguent des autres carnets par leur complémentarité. Ils possèdent un système de renvois internes et entre carnets, ainsi qu’un référencement des paragraphes par mots-clés et des pages par entrées2. Ils concernent des périodes précises et distinctes du voyage : le carnet 265 couvre la période du 18 août 1839 (ou peut-être un peu avant) au 21 juin 1843, le carnet 266 du 22 juin 1843 au 7 avril 1845 et le carnet 267 du 20 avril 1845 au 2 octobre 1848. Ainsi, le premier carnet se concentre notamment sur les territoires Oromo, le lac Tana, Gondar et la province du Godjam ; le deuxième traite d’un long séjour en territoire Oromo et des préparatifs pour une expédition vers la source du fleuve Omo (qu’Antoine d’Abbadie considère être la source du Nil Blanc) ; enfin, le troisième carnet concerne surtout les territoires Oromo, la province du Godjam, la ville de Gondar et la route de retour vers Massawa. C’est dans ce dernier carnet qu’Antoine d’Abbadie aborde l’expédition vers la source du fleuve Omo ainsi que la fin du voyage3. Ce sont donc ces carnets qu’Antoine emmène avec lui lors de ses expéditions dans les diverses régions d’Éthiopie, notant tout ce qui lui semble intéressant d’un point de vue scientifique.

De retour en France, il les recopie au propre (NAF 21299-21305) et exploite une partie des données récoltées sur le terrain pour des publications et des communications. Toutefois, cette matière a été utilisée de manière inégale et les carnets de voyage restent peu connus. Leur transcription et édition, dans le cadre de ce projet faisant partie du Plan Quadriennal de la Recherche à la BnF 2020-2023, permettra de rendre accessible la première strate de données de terrain, qui préfigure tous les autres travaux d’Antoine d’Abbadie en rapport avec l’Éthiopie.

Ce billet développe certains aspects abordés par Antoine d’Abbadie dans les carnets 265, 266 et 267 d’après les notices que nous avons rédigées. Voici quelques sujets parmi les plus saillants, communs aux trois carnets.


« D’Abbadie observant la latitude à Bonga », illustration de Francesco Canedi issue de l’ouvrage de Massaia Guglielmo, I miei trentacinque anni di missione nell’alta Etiopia; memorie storiche, p. 77.

Les mesures géodésiques et astronomiques : un matériau -trop- complexe à transcrire

Examinons tout d’abord les mesures géodésiques souvent organisées sous forme de tableaux, qui figurent dans les trois carnets. Effectuées au moyen d’instruments comme le théodolite Falbe mais aussi des horizons, boussoles et chronomètres, elles servent au voyageur pour établir des cartes des régions qu’il traverse. On en retrouve d’ailleurs les brouillons dans le carnet 270 et 10 cartes furent publiées à son retour en France. Il existe de plus un carnet spécifiquement dédié aux mesures couvrant l’ensemble du voyage en Éthiopie (Ethiopien d’Abbadie 268).

Ce travail prépare les futures publications d’Antoine d’Abbadie et notamment, la Géodésie de l’Éthiopie, publiée en 1863. Dans cet ouvrage, on retrouve l’ensemble de ces mesures commentées. Antoine d’Abbadie y explicite aussi le contenu de sa trousse de voyage, conçue spécialement pour contenir ses instruments divers, avec d’autres objets utiles au voyageur. Il revient sur ce sujet dans une communication pour le Bulletin de la Société de Géographie, « Instruments à employer en voyage et manière de s’en servir », en 1878 (numérisé sur Babord-Num).


Le schéma de la trousse de voyage d’Antoine d’Abbadie, publié dans la Géodésie de l’Éthiopie (planche 2)

Comme on peut le voir, les données géodésiques que l’on trouve dans ces trois carnets ont été abondamment exploitées par Antoine d’Abbadie. Dans ce cas précis, la difficulté liée à la transcription de ces pages, qui restent pour la majorité bien ordonnées et lisibles, nous a amené.e.s à considérer la transcription de ces tableaux comme optionnelle. En effet, l’outil de saisie de texte sur la plate-forme de transcription collaborative Transcrire ne permet pas d’insérer de tableau et outre la pénibilité de la tâche, on a considéré comme secondaires ces mesures pour l’intérêt scientifique.


Une page du carnet 265 avec des tableaux de mesures sur la plate-forme Transcrire

Les renseignements géographiques : des données largement réutilisées

Les données de nature géographique tiennent une place importante dans les carnets. Si Antoine d’Abbadie part en Éthiopie entre 1837 et 1848, période charnière pour la connaissance géographique du monde, c’est avant tout pour rapporter des informations géographiques et donc cartographier les royaumes et espaces qu’il traverse à l’aide de ses instruments de géodésie. Les multiples échanges et publications avec la Société de Géographie tout au long de son voyage lui vaudront d’ailleurs de recevoir une médaille d’argent en 1842 puis une médaille d’or en 1850 avec son frère Arnauld d’Abbadie, récompensant leur voyage et les divers résultats scientifiques obtenus4. Son engagement auprès de la Société de Géographie et le succès qu’il rencontre une fois de retour en France ont vraisemblablement construit la carrière scientifique d’Antoine (élu président de la Société de Géographie en 1892).

Les notes sur la géographie de l’Éthiopie dans les trois carnets sont pour une partie réunies sous le titre de « renseignements oraux sur les pays inconnus ». Il s’agit d’informations collectées de manière orale auprès d’informateurs locaux, incluant divers interlocuteurs dont les noms sont souvent mentionnés par Antoine d’Abbadie. Ces renseignements ont été repris dans son ouvrage Géographie de l’Éthiopie : ce que j’ai entendu, faisant suite à ce que j’ai vu, (1890), dont le titre rappelle la nature avant tout orale des informations, recopiées parfois quasiment tels quels. Une partie a aussi été publiée dans différents numéros des Bulletins de la Société de Géographie au fur et à mesure du voyage.

À ces notes s’ajoutent des listes de noms de lieux, la plupart du temps rédigés en syllabaire éthiopien, accompagnés de la translittération du nom en latin et parfois, d’un commentaire. Ces listes de noms peuvent présenter une difficulté à la transcription pour celles et ceux ne maîtrisant pas l’alphabet éthiopien et n’étant pas familier.e.s avec le système de translittération d’Antoine d’Abbadie.

Données largement réutilisées par Antoine d’Abbadie, il apparaît pourtant essentiel de les transcrire et les éditer. Elles constituent en effet la première strate de renseignements sur le terrain. Un travail de comparaison avec les communications et publications d’Antoine d’Abbadie pourra montrer la façon dont il a retravaillé ces données. Si le nom des informateurs figure toujours dans la Géographie de l’Éthiopie, il n’est pas impossible que certains noms aient disparu – ou que des renseignements aient été supprimés. Prenons l’exemple d’Ahmed Roble, un informateur dont le nom revient à plusieurs reprises dans les « renseignements oraux sur les pays inconnus » et qui n’a pas disparu dans la Géographie de l’Éthiopie. Une rapide recherche dans le moteur de recherche de Transcrire montre qu’il est mentionné dans d’autres pages dont une intitulée « Animaux » dans laquelle Antoine d’Abbadie note : « Ahmed Roble est avec moi depuis près de cinq ans et je connais la valeur de ses paroles : hier pour la première fois il m’a parlé du zohri ou bête de charge à deux jambes » (f. 2r, carnet 267). Non seulement on a la surprise de retrouver cet informateur du carnet 265 dans un carnet ultérieur, mais sa présence se fait plus concrète puisqu’Antoine d’Abbadie confirme que l’homme l’accompagne depuis cinq ans et lui fournit quantité de renseignements. Or ces précisions ne figurent pas dans la Géographie puisqu’il ne s’agit pas de pages traitant directement de la géographie de l’Éthiopie. Une fois la transcription des carnets achevée, il sera peut-être possible de trouver d’autres occurrences d’Ahmed Roble et d’en apprendre plus sur lui, ou sur d’autres informateurs mentionnés dans les « renseignements oraux sur les pays inconnus » et la Géographie. Cet exemple montre la nécessité de transcrire l’intégralité des pages des carnets pour en analyser ensuite le contenu en comparaison avec les publications.

Les langues éthiopiennes et la littérature éthiopienne

Antoine d’Abbadie, qui s’était déjà consacré à l’étude de la langue basque (il a publié l’ouvrage Études grammaticales de la langue basque avec Augustin Chaho en 1836), s’intéresse aussi aux langues éthiopiennes. Les carnets 265, 266 et 267 fournissent des considérations générales sur les langues éthiopiennes dont l’amharique occupe une place importante, des comparaisons avec d’autres langues qu’il connaît (langue basque, française, anglaise, italienne…), des remarques sur l’alphabet éthiopien ou encore la copie de distiques hamina et même, des copies d’ « imprécations Saho ». Des lexiques rassemblant des mots de diverses langues figurent à la fin du carnet 265, parmi lesquelles le gimira, ṭambaro, dokko, gonga, marako, yambo, kamo, daaro, yem, gabi, hamṭonga, waraṭa, bödja, barea.

Ces notes linguistiques éparses préfigurent le travail sur les langues éthiopiennes que l’on trouve dans d’autres carnets, avec notamment des listes de vocabulaire de différentes langues, comme dans le carnet 269 qui est un lexique de tigriña. Son intérêt pour les langues ne diminue pas après son retour d’Éthiopie : il participe à la fondation de la Société de linguistique de Paris en 1863 et en devient le premier président. En 1881, il publie un Dictionnaire de la langue Amariñña, ainsi qu’une communication « Notice sur les langues de Kam » (1872) et des lettres dans lesquelles il évoque plusieurs langues éthiopiennes, dont la langue Saho5. Si ces pages ne constituent pas la majorité du contenu des trois carnets, elles attestent tout de même de l’intérêt d’Antoine d’Abbadie pour les langues, tel qu’on le retrouve dans les carnets plus spécifiquement dédiés au sujet.

Antoine d’Abbadie s’intéresse aussi aux manuscrits éthiopiens et à la culture écrite éthiopienne. Il ramène en effet de son voyage en Éthiopie près de 200 manuscrits qu’il a collectés dans différents lieux6, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Nationale de France sous la cote Ethiopien d’Abbadie. Les trois carnets contiennent donc des pages regroupées sous le titre de « Littérature Éthiopienne », entrée qui ne se limite d’ailleurs pas aux trois carnets cités (voir par exemple le carnet 270). Sous ce titre sont réunies diverses notes et extraits en rapport avec la littérature et les manuscrits éthiopiens qu’Antoine d’Abbadie est amené à consulter au cours de son voyage. En complément, on trouve par exemple des tableaux répertoriant les livres collectés avec le prix et des détails comme le lieu d’acquisition, figurant dans les trois carnets. S’ajoutent à cela quelques notes sur les livres collectés comprenant le nombre de feuillets et des remarques diverses comme « incomplet sans doute » (carnet 267, f. 119r). À son retour en France, Antoine d’Abbadie répertorie les manuscrits éthiopiens dont il a fait l’acquisition dans son Catalogue raisonné de manuscrits éthiopiens appartenant à Antoine d’Abbadie, publié en 1859. Les pages concernant les manuscrits éthiopiens constituent donc une source précieuse pour la connaissance des sources écrites éthiopiennes au milieu du XIXe siècle (état de conservation, lieu d’achat…), permettant de retracer une histoire fine des manuscrits aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de France.

Carnet 265, fol. 114r (ou sur Transcrire). Description et information sur l’acquisition de quelques manuscrits éthiopiens.

Le « journal » et les « idées en science » : un matériau essentiel pour contextualiser le voyage

Les trois carnets ont aussi la particularité de contenir des pages nommées « Journal » par Antoine d’Abbadie. Dans celles-ci, il consigne ses différents voyages sur le terrain, parfois heure par heure. On y trouve des observations sur les royaumes et les cours royales au sein desquelles il séjourne, sur les rois eux-même (ex : sur Abba Bagibo), mais aussi des récits sur les conditions du voyage (passages de rivières, rencontres, contretemps, décès de personnes l’ayant accompagné à un moment du voyage, etc.) L’utilisation qu’il en fait évolue au fil des carnets : dans le carnet 265, il reste très factuel en relatant surtout ce qu’il observe, puis sa présence s’affirme au fil du temps, non sans un sens de l’humour certain – quoique toujours avec prudence. Voici par exemple ce qu’il écrit dans son Journal à la date du 24 novembre 1845 :

« J’avais presque achevé un vocabulaire de la langue Gⱥtsamba ou Harouro quand je fus attaqué par l’ophtalmie. Depuis mon accident au M. Bizen j’ai toujours souffert des yeux et si je comptais les observations Astronomiques manquées à cause de l’état de ma vue, j’effrayerais bien des voyageurs. Mais il vaut mieux se taire sur ces détails personnels et ne pas imiter Lord Valentin qui consigne gravement ses pilules à coté de sa découverte de Botherem Bay. on a aujourd’hui oublié l’une et l’autre. »

Carnet 267, f. 48v

Outre un avis tranché sur la manière de tenir un journal de voyage, ce passage permet de retracer la chronologie du voyage et des activités d’Antoine d’Abbadie en Éthiopie (que l’on peut compléter avec les calendriers généralement présents en fin de carnet), mais aussi d’enquêter sur la matérialité des carnets de voyage, puisqu’ici Antoine mentionne un vocabulaire de la langue Gⱥtsamba en cours d’élaboration.

Un autre extrait décrivant – toujours avec le même sens de l’humour – le passage d’une rivière pour le moins mouvementé éclaire sur l’utilisation du carnet 267 :

« Avant d’arriver au lit même du Göbe nous eumes à passer à gué ayant de l’eau jusqu’à mi corps de mares d’eau stagnante. trois ponts suspendus assez mal construits en lianes nous permirent de traverser la rivière sans craindre les hippopotames : d’abord un ponceau puis deux longs ponts l’un en amont l’autre en aval, mais sans toit presque sans garde-fou et tous deux fort chancelans. En France je traverserais ces ponts avec toute l’insouciance d’un Gymnaste car Dieu merci je ne crains pas l’eau. ici au contraire je portais sur moi mon chronomètre et ce manuscrit. Plus un aventurier a de richesses plus il est peureux. Le pont que j’avais choisi par megarde était le plus mauvais : au centre du courant il plongeait dans l’eau et quand j’en fus arrivé là je me pris à avoir des visions de grosses dents d’hippopotames venant troubler mon equilibre déja des plus instables. […] qu’on se figure un homme debout pieds nus sur des lianes boueuses, les épaules chargées de trois volumes et d’une énorme ceinture osant à peine regarder devant lui et tatonnant avec une longue lance pour trouver des points d’appui sur un pont submergé. Le plus désolant dans une situation pareille c’est la reflexion que si l’on vient à cheoir tout seul sans coup de lance ni de dent on ne sait comment s’y prendre pour raconter ensuite sa mesaventure. cependant un pareil desastre est non seulement possible : il est même probable. Le pied de Bruce qui l’avait porté à travers tant de dangers ne lui a-t-il pas manqué sur le seuil de sa propre porte ? ».

Carnet 267, f. 43v

Si ce passage peut prêter à sourire, on apprend qu’Antoine d’Abbadie transporte directement sur lui – avec d’autres – le carnet 267 lors de certaines expéditions, suggérant qu’il s’agit véritablement d’un carnet de terrain.

Une fois la transcription achevée, quantité d’informations en grande partie inédite sera donc disponible pour la recherche, complémentaire des nombreuses publications d’Antoine d’Abbadie dans les Bulletins de la Société de Géographie et dans le Journal Asiatique ainsi que de sa correspondance. Les pages dans lesquelles figurent majoritairement les anecdotes de voyage et personnelles, permettent de dresser un bilan des différents moments du voyage avec son lot de difficultés, de maladies et de contretemps. L’importance du « journal » tient enfin à son lien direct avec les autres observations contenues dans les carnets, telle l’expédition sur l’île de Daga Estifanos sur le lac Tana où il acquiert plusieurs manuscrits éthiopiens. Il contextualise la façon dont les renseignements et observations ont été obtenues, ou les contextes de certaines mesures géodésiques.

Le carnet 267 offre, outre des anecdotes et observations, des avis sur diverses pratiques en voyage. Cet aspect est développé dans les pages intitulées « Idées en science ». Ayant désormais une solide expérience du voyage, Antoine d’Abbadie n’hésite pas à réprouver les pratiques de certains voyageurs, comme on l’a vu avec ceux qui comme Lord Valentin s’épanchent sur des détails personnels. Ce sont les prémices des futures publications compilant conseils et recommandations aux voyageurs, rédigées au retour en France, dont « Instructions pour les voyages d’exploration » (1867)7, « Instruments à employer en voyage et manière de s’en servir », (1878) et l’« Exploration de l’Afrique équatoriale. « Credo » d’un vieux voyageur » (1882).

D’autres pages portent sur des aspects pratiques, telles les listes d’effets emportés ou laissés (carnet 265, f. 16v par exemple) des tableaux répertoriant divers achats (carnet 265, f. 5v) ou encore une liste de médicaments emportés en voyage (carnet 265, f. 7v), ou des listes de choses à faire et à voir, dont certaines ont d’ailleurs été barrées par le voyageur (carnet 265, f. 176r). Ces pages permettent de documenter la matérialité du voyage. À celles-ci s’ajoutent des calendriers répertoriant les différents voyages d’Antoine d’Abbadie, recensant aussi les lettres reçues d’Arnauld d’Abbadie, ses maladies, des rencontres et « mauvaises nouvelles » qui ponctuent la vie en Éthiopie.

Liste de « choses à voir, faire ou consulter… », carnet 265, fol. 176r

Pour compléter ces catégories, on trouve dans les trois carnets divers thèmes auxquels Antoine d’Abbadie a parfois consacré quelques pages seulement (alimentation, agriculture, animaux) ou sur lesquels il s’est attardé plus longuement (commerce, notes sur différents peuples de la Corne de l’Afrique), certains sujets comme la météorologie ayant également fait l’objet de publications ultérieures. Ces diverses entrées témoignent des intérêts d’Antoine d’Abbadie sur le terrain et l’évolution de ceux-ci au fil du temps. Si là encore, une partie de ce travail a été réutilisée pour des publications ultérieures, ce n’est pas le cas de toutes les observations et lorsque c’est le cas, la transcription des carnets permettra un travail de comparaison bienvenu.

Finalement, transcrire et éditer les carnets ne pourra qu’enrichir la compréhension du travail d’Antoine d’Abbadie en Éthiopie. Vraisemblablement utilisés directement sur le terrain – mais la question mériterait d’être approfondie, une fois l’intégralité des carnets transcrite – ils constituent une première strate de données scientifiques qui seront beaucoup réutilisées à son retour en France. De par leur complémentarité et l’utilisation qu’en fait Antoine d’Abbadie sur le terrain, les carnets 265, 266 et 267 se distinguent des autres carnets de voyage constituant le corpus du projet MSS-Abbadie.

Bibliographie

manuscrit Ethiopien d’Abbadie 265

manuscrit Ethiopien d’Abbadie 266

manuscrit Ethiopien d’Abbadie 267

manuscrit Ethiopien d’Abbadie 279

Antoine d’Abbadie, « Lettres d’Antoine d’Abbadie à M. Mohl sur les langues éthiopiennes et la langue Saho », Journal Asiatique, 1843.

Antoine d’Abbadie, « Instruments à employer en voyage et manière de s’en servir / par Antoine d’Abbadie ». Paris, 1878.

Antoine d’Abbadie. Instructions pour les voyages d’exploration / par M. A. d’Abbadie,…, 1867.

Antoine d’Abbadie. « Exploration de l’Afrique équatoriale. « Credo » d’un vieux voyageur », Extrait des « Atti del terzo congresso geographico internazionale » Venezia, 1881. – Vol. II, Rome, Société italienne de géographie, 1884.

Antoine d’Abbadie, Catalogue raisonné de manuscrits éthiopiens: appartenant a Antoine d’Abbadie, correspondant de l’Institut de France (Académie des sciences), membre correspondant de l’Académie de Toulouse et de l’Association britannique pour l’avancement des sciences, Paris, Imprime par autorisation de l’Empereur a l’Impr. Imperiale, 1859.

Antoine d’Abbadie, Géodésie d’Éthiopie ou triangulation d’une partie de la haute Éthiopie: exécutée selon des méthodes nouvelles, Paris, Gauthier-Villars, 1873.

Antoine d’Abbadie, Géographie de l’Éthiopie: ce que j’ai entendu, faisant suite à ce que j’ai vu, vol. I, Gustave Mesnil, Paris, 1890.

Claire Bosc-Tiessé et Anaïs Wion, « Les manuscrits éthiopiens d’Antoine d’Abbadie à la Bibliothèque nationale de France », in Jean Dercourt (dir.) Antoine d’Abbadie de l’Abyssinie au Pays basque – Voyage d’une vie, Atlantica-Séguier, 2010, p. 75–116.

Viviane Delpech, Le château d’Abbadia à Hendaye: le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, 3 volumes, thèse de doctorat d’Histoire de l’art, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2012.

Joseph Tubiana, « Fragments du journal de voyage d’Antoine d’Abbadie », Extrait du Cahier de l’Afrique et de l’Asie 5, 1959.

Vous pouvez suivre le projet sur twitter @TranscrireAdA .

  1. « A Koséir sous notre tente au bord de la mer rouge et le dernier jour de l’an de grace 1837 je commence la chronique de mon voyage ». (carnet 279, f. 1v). []
  2. À propos de l’organisation des informations dans les carnets par Antoine d’Abbadie, voir un article à paraître par Mathilde Alain, soumis à la revue Sources. []
  3. Voir le déroulé du voyage dans Delpech, Viviane, Le château d’Abbadia à Hendaye: le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, thèse de doctorat d’Histoire de l’art, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2012, vol. 1, p. 61-78. []
  4. voir P. Daussay, rapporteur, « Rapport de la Commission du concours au prix annuel pour la découverte la plus importante en géographie », Bulletin de la Société de Géographie, vol. 14, no 84,‎ 1850, p. 10-28 []
  5. « Lettres d’Antoine d’Abbadie à M. Mohl sur les langues éthiopiennes et la langue Saho », Journal Asiatique, 1843 ; 1847 []
  6. à ce sujet, voir l’article d’A. Wion et de C. Bosc-Tiessé, « Les manuscrits éthiopiens d’Antoine d’Abbadie à la Bibliothèque nationale de France », in Jean Dercourt (dir.) Antoine d’Abbadie de l’Abyssinie au Pays basque – Voyage d’une vie, Atlantica-Séguier, 2010, p. 75–116 []
  7. Aussi disponible sous forme d’e-book. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search