Transcrire les carnets d’Antoine d’Abbadie #1

Éléments de réflexion sur le statut des notes de terrain

Antoine d’Abbadie est bien connu des éthiopisant-es pour être un voyageur à la curiosité n’ayant eu d’égale que l’acribie. De 1837 à 1848, il sillonne la Corne de l’Afrique en collectant des informations de nature géographiques, historiques, ethnographiques ou encore linguistiques qu’il recopie dans des carnets. Il va exploiter les données collectées pendant cette décennie d’enquête quasiment jusqu’à sa mort en 1897. Pourtant, si les informations de nature géographique furent traitées quasi-exhaustivement et publiées (10 cartes entre 1862 et 1869, Géodésie 1873, Géographie 1890), il n’en est pas de même pour l’ensemble de son travail de terrain qui fut partiellement utilisé par Antoine d’Abbadie lui-même puis de manière fragmentaire par la communauté scientifique. C’est le manque de connaissance de ces matériaux très complets, anciens et difficilement exploitables qui a donné naissance à un projet de numérisation, transcription et édition de ces carnets.

Mené dans le cadre du quardiennal de la recherche de la BnF, ce projet interroge d’abord le statut de cette source foisonnante de manière très pragmatique : faut-il différencier le traitement des informations contenues dans les carnets en fonction des statuts qu’elles ont connus ? En termes plus simples : faut-il retranscrire puis ré-éditer des informations qui ont déjà été publiées et analysées ? La multiplicité des cas montre qu’il faut examiner chacun d’entre eux, et que la notion de source première révèle toute sa complexité dans le cas des notes de terrain.

Les carnets d’Abbadie sur la plateforme de transcription collaborative Transcrire

Un corpus aux contours difficiles à saisir

Antoine d’Abbadie avait réalisé dès 1859 un premier catalogue de la collection des manuscrits qu’il avait collectés en Éthiopie. Il n’y avait pas inclus la description de ses carnets car ceux-ci étaient encore en son usage et qu’il n’avait pas fini d’en extraire toute l’information. Les carnets furent légués à l’Académie des Sciences avec la totalité de la collection de manuscrits éthiopiens, puis déposés en 1902 à la Bibliothèque nationale de France où cet ensemble forme le fonds Ethiopien Abbadie. En 1913, quand le philologue et historien italien Carlo Conti Rossini réalise le catalogue de la collection complète, qui comprend alors les manuscrits qu’Antoine avait fait collecter par d’autres après son retour en France, il « découvre » dans une boite les carnets de notes d’Antoine (p. 246 : « en examinant le numéro [218], et dans la même boite, j’ai eu le plaisir de découvrir les carnets de voyage d’Ant. d’Abbadie, dont on ignorait l’existence. »). Conti Rossini note la difficulté de décrire ces carnets foisonnants dont « la matière peut changer à chaque page ; quelque fois la même page présente plusieurs sujets ». Il en fait donc une description sommaire, se bornant souvent à copier les index qu’Antoine d’Abbadie lui-même avait portés dans les pages de garde. Au même moment, Marius Chaîne dresse lui-aussi l’inventaire détaillé de la collection. Il décrit encore plus sommairement les carnets, n’en retenant que les thèmes les plus saillants.

Le projet de transcription et d’édition des carnets d’Antoine d’Abbadie a parmi ses objectifs de permettre de naviguer dans ce corpus et doit en premier lieu en définir les contours. Les dix sept carnets, cotés de 265 à 281, forment ce que les catalogues de Conti Rossini et de Chaîne définissent comme « carnets de notes » ou « carnets de voyage », Chaîne faisant une distinction entre les « journaux de voyage » et les « notes lexicographiques ». Si ces carnets rassemblent en effet les prises de notes sur le terrain d’Antoine d’Abbadie, ils ne présentent néanmoins pas la toute première mise par écrit. Il semble en effet qu’une phase antérieure de brouillon et/ou de notes à la volée existait mais ne fut pas conservée par Antoine. À cette strate première, de nombreux autres documents, dans le fonds Ethiopien d’Abbadie mais aussi dans les fonds NAF ou Arabe de la BnF, sont liés. Ils en contiennent parfois les sources (Eth. Abb. 256, NAF 22432). Pour beaucoup, ils en sont des copies mises au propre et réagencées (Eth. Abb. 256 à 264 pour les collectes linguistiques, NAF 21299 à 21305 pour les notes de voyage et géographiques). Certains carnets s’apparentent clairement à une seconde étape de prise de notes, peut-être en vue d’une publication ou d’une conférence (NAF 22432). Il y a enfin l’ample correspondance d’Antoine avec ses collègues et ses informateurs, vaste univers de papier qui là encore demanderait à être systématiquement inventorié. Ces correspondances sont conservés à l’Institut de France, et à la BnF dans le fonds NAF, comme par exemple la correspondance méconnue avec Juste d’Urbin (Wion 2012) et dans le fonds Arabe avec le manuscrit Arabe 6548. Joseph Tubiana, fin connaisseur des papiers d’Antoine d’Abbadie, avait entrepris en 1959 un catalogue des manuscrits en lien avec l’Éthiopie préservés à la BnF hors du département des manuscrits orientaux. Il y décrit un certain nombre de ces transferts et réagencements d’informations depuis les carnets originaux. Cette impressionnante masse documentaire illustre le travail d’élaboration des connaissances qu’Antoine d’Abbadie avait entrepris et entre en résonance avec la matrice des carnets.

Le carnet 270 comme exemple de l’hypertextualité des notes de terrain

Que des carnets de terrain délivrent une information qui sera ensuite réutilisée sous diverses formes est un truisme. Pourtant au départ de ce projet nous avions surtout valorisé le caractère inédit des carnets de voyage. La transcription et l’édition de ces données inédites semblaient ainsi un acte scientifique justifié dans son principe. Nous n’avions pas réellement pris en considération l’existence de données qui avaient été exploitées et pouvaient donc exister sous d’autres formes, soient manuscrites, soit éditées. L’exemple présenté ici du carnet Ethiopien Abbadie 270 montre la complexité de ce matériau et les problématiques liées à leur édition.

Nous en publions tout d’abord une notice descriptive présentant l’état original du carnet et non l’état actuel des feuillets tels qu’ils furent réorganisés par une reliure effectuée entre 1914 et 1932. Le carnet devait être très endommagé à son arrivée dans le fonds pour avoir été relié ainsi. L’agencement premier peut aisément être reconstruit en se basant sur la numérotation interne des pages ou des colonnes1. Le catalogue de Conti Rossini (1914, p. 249) précise de plus que les « dernières pages » contiennent des « croquis topographiques », or ceux-ci sont aujourd’hui au début du carnet.

L’indexation du carnet 270 par Antoine
d’Abbadie sur un papier
volant relié à la fin du carnet

L’organisation originale devait donc être la suivante :

Fol. 32, fol. 45-48, fol. 43, fol. 49-50, fol. 33-44 : lexique ge’ez et notes relatives aux manuscrits et à la littérature du christianisme éthiopien

  • Fol. 32r : « mots à demander en Dawro »
  • Fol. 32, 45-48, 43, 49, 50 : vocabulaire ge’ez (ሀ-ሐ, መ ; ሠ-ረ, ሰ-ቀ, በ-ተ, ኀ-ነ, አ-ከ, ወ-ዐ, ዘ-የ, ደ-ገ ; ጠ-ፀ ; አ)
  • Fol. 49v-50 : deux prières Beta Isrā’el en ge’ez avec une traduction partielle en français. 
  • Fol. 50 : deux listes de rois ; notes calendaires d’après des manuscrits divers. 
  • Fol. 50v : notes de paléographie, d’iconographie et calendaire basée sur l’observation des manuscrits médiévaux en particulier du ms BnF Eth. Abb. 105 et de ses illustrations.
  • Fol. 50v : copie du waqf arabe de l’évêque Bārtalomewos de l’évangile de Madḫāna Alǝm de Lālibalā, complété par des notes trouvées dans un évangile donné par le roi Lālibalā2.
  • Fol. 50v : liste de rois
  • Fol. 50v : lettre en amharique
  • Fol. 50v : qəne en l’honneur d’Antoine d’Abbadie, en ge’ez et en traduction française. 
  • Fol. 33 : qəne avec leurs explications, classés en fonction du nombre de vers.
  • Fol. 33 : liste de rois venant de l’église de Qarānyo.
  • Fol. 33 : informations sur le psautier médiéval Eth. Abb. 105, dénommé dans ce carnet « Vieux Dawit ».
  • Fol. 33v : tables calendaires et notes de chronologie
  • Fol. 34r : calculs astronomiques
  • Fol. 34r : copie ge’ez et traduction française d’une note trouvée dans un manuscrit de Qarānyo et synthétisant les donations d’objets liturgiques, précieux et de reliques par le roi Dāwit aux églises de l’ambā Gəšan. La note se termine par une liste des descendants du roi Dāwit3.
  • Fol. 34v : mention de l’origine de certaines des listes royales copiées dans ce carnet.   
  • Fol. 34v-36r : liste de termes ge’ez classés en fonction de leur dernière syllabe, avec leur équivalent en amharique.
  • Fol. 36 : calculs astronomiques
  • Fol. 36v-44 : vocabulaire amharique traduit en français.

Fol 44, fol. 51-57, 58-95 : lexiques de langues omotiques (dawro, yem, bench et gonga), couchitique (awngi, qemant) et nilotique (anywa),

  • Fol. 44v : vocabulaire en langue dawro.
  • Fol. 51-57 : lexiques en langues yem (appelée yamma) et dawro
  • Fol. 58r-64v : liste de mots en langue anywa (appelée yambo). 
  • Fol. 57v : « notes sur la grammaire des Abyssins » (conjugaison en ge’ez et en amharique)
  • Fol. 57v : quelques mots de yem
  • Fol. 57v : Comparaison de quelques termes en bench (appelée gimira) et dans une langue du groupe gonga, soit anfillo soit šinaša/boro (appelé sidama), deux langues de la famille omotique4.

Fol. 65-98 : notes diverses

  • Fol. 65r : calculs astronomiques
  • Fol. 65v-66 : listes de roi (majoritairement rédigées en sténo)
  • Fol. 66r : rimes ou proverbes en ge’ez
  • Fol. 66rv : recherches sur la langue awngi (appelée awg̃a ou awiña), une langue agaw donc couchitique,
  • Fol. 67 : sur la langue yem ; remarques sur la langue dawro
  • Fol. 67v : noms d’homme (190) et de femme (10) du peuple sidaama, nommé kafacco dans l’index ce qui témoignerait d’un groupe du sud-Gonga (folio 98v)
  • Fol. 67v-68 : calculs astronomiques
  • Fol. 68-69 : notes linguistiques en bench
  • Fol. 69v : calculs astronomiques
  • Fol. 69v : notes sur les langues bench, dawro et awngi
  • Fol. 70v : langue dawro
  • Fol. 71 : proverbes en amharique (début)
  • Fol. 71 : texte en amharique translittéré concernant l’histoire éthiopienne du début du XIXe siècle.
  • Fol. 71rv : « extraits de notes historiques ajoutées à deux cycles paschaux écrits sur de grandes feuilles de parchemin détachées dans le Gömdja bet Gondar » 
  • fol. 71v : proverbes en amharique (suite et fin)
  • Fol. 72 : « littérature éthiopienne » : notes à propos de ses manuscrits ge’ez.
  • Fol. 72-77v : lexique qemant et awngi avec traduction en français et en amharique.
  • fol. 78v : additions au dictionnaire de Ludolf
  • fol. 78r-79v : « Notes sur l’histoire d’Abyssinie d’après le manuscrit de l’ əččāge Filippos qu’on dit être dans l’église de Māhdara Māryām »5.
  • fol. 78v-79r : liste des rois
  • fol. 79v : additions au dictionnaire de Ludolf (suite)
  • Fol. 80r-81r : lexique ge’ez (ለ-ቀ, አ, መ-ሐ)
  • Fol. 81v-82 : « Sur l’histoire Abyssine » (suite)
  • Fol. 82rv : mots à demander en amharique
  • Fol. 82r-95v : vocabulaire amharique
  • Fol. 95 : lexique ge’ez (ከ)
  • Fol. 96 et 97 : fac-similés de l’inscription d’Ezānā extrait de E. Rüppel, Abbildungen zur Reise in Abyssinien, 1835. 
  • Fol. 98 : index avec pagination
  • Fol. 98 : le carnet est intitulé : « Volume VI. Divers vocabulaires ethiopiens »

Fol. 2-25 : dessins et cartes.

  • Fol. 2v : dessin de la façade occidentale de l’église de Beta Madḫāna Alǝm, Lālibalā
  • Fol. 3 : esquisse de plan de l’église Beta Madḫāna Alǝm, Lālibalā
  • Fol. 3 : relevé d’une donation d’un tābot au sanctuaire de Rohā par un certain Bākos.
  • Fol. 3v-fol. 25v :   itinéraires sous forme de cartes6.

Fol. 26-31v : folios blancs

Transcrire et re-éditer les textes déjà publiés afin de respecter l’intégrité du corpus

Deux textes liés à l’historiographie du royaume chrétien furent publiés in extenso par Conti Rossini qui a ainsi choisi de faire connaître dans ce carnet ce qui avait le statut de sources primaires. Dès 1917, il publie le long texte qu’Antoine d’Abbadie avait d’abord noté en sténographie sous la dictée d’un dabtārā aveugle, puis qu’il avait ensuite retranscrit en français dans son carnet. Son informateur avait quant à lui mémorisé ce récit de l’histoire éthiopienne depuis les temps mythiques jusqu’au début du XVIIIe siècle grâce à la lecture d’un manuscrit qui appartenait à l’ǝččāge Filpos. La source de cette transmission orale serait donc un document écrit. L’édition de Conti Rossini apporte de légères corrections à l’orthographe d’Antoine ainsi qu’un apparat critique replaçant des éléments du texte dans l’historiographie alors connue. Faut-il dès lors à nouveau transcrire et éditer ce long texte ? J’aurais tendance à penser que cela n’est pas inutile.

Tout d’abord, il s’agit d’un texte extrêmement important en ce qu’il rassemble un grand nombre de traditions narratives relatives à l’histoire éthiopienne, depuis la lutte entre le serpent et Ityopis, ancêtre éponyme de l’Éthiopie, en passant par la reine de Saba, le roi Kaleb, les rois zagwé, les enjeux de successions au XVe siècle, etc… Cette compilation érudite assez complexe contient de plus deux hapax, épisodes uniques qu’on ne trouve dans aucun autre texte. Pour ajouter à l’intérêt de la collecte d’Antoine d’Abbadie, le dernier roi cité étant le roi Bakāffā (1721-30), il est possible que la date de production de ces récits soit plus ancienne que nombre des copies manuscrites par lesquels certains d’entre eux sont connus aujourd’hui. Or ce récit a été souvent cité dans la littérature académique postérieure à 1917 mais toujours pour venir en complément de l’édition ou de l’usage de textes reprenant des thématiques similaires. Il n’est donc pas inintéressant de republier ce texte dans son contexte de collecte initial, afin de permettre de revenir à sa version complète, faisant montre de l’élaboration dès le XVIIIe siècle d’une histoire narrative sur le temps long de l’histoire abyssine, très différente de celle véhiculée par les « Chroniques Brèves ».

L’édition électronique des carnets d’Abbadie doit permettre une recherche plein texte et par mots-clefs. Il serait regrettable de retrancher du corpus certains textes au prétexte qu’ils sont déjà édités. Cela nuirait à la compréhension globale du corpus, d’une part. D’autre part, cela empêcherait de mener des requêtes sur ces documents qui sont, justement, des textes d’autant plus importants qu’ils ont déjà une place dans la tradition académique.

Un autre exemple, vient illustrer le bien-fondé de ce choix de respecter l’intégrité du corpus. Un document, plus court, fut aussi édité en 1948 par Conti Rossini, dont on voit à quel point sa connaissance du contenu des carnets lui fut précieuse pour repérer des sources importantes pour faire l’histoire éthiopienne. Il s’agit d’une note en ge’ez accompagnée de sa traduction en français qui mentionne des reliques importées d’Europe par le roi Dāwit (1380-1413). La copie originale en ge’ez est conservée dans un autre carnet d’Antoine d’Abbadie (Eth. Abb. 256, pièce 152). Les récits des transferts de reliques sous le règne de Dāwit sont nombreux et cette note offre un aperçu d’un état du savoir sur ces transferts dans un lieu donné (Gəšan) à un moment donné (début XVe s. ?). Surtout, cette note contient des informations importantes puisque la descendance du roi y est précisément nommée dans la prière dédicatoire, sous une forme unique. Là encore, malgré l’édition et la traduction italienne de Conti Rossini, il semble utile de transcrire le texte ge’ez et sa traduction française afin d’en permettre une consultation en plein texte. De plus, le carnet comprend d’autres traductions de dabdābe ou notes historiques extraites de manuscrits anciens. Le fait que ces documents, dont certains sont désormais célèbres, tel le waqf du métropolite Bartalomewos, aient été présentés à Antoine d’Abbadie nous renseigne indirectement sur ce que les intellectuels éthiopiens considéraient comme digne d’intérêt pour témoigner de leur histoire.

La première copie de la note de l’ambā Gəšan (Eth. Abb. 256)
La seconde copie de la note de l’ambā Gəšan et sa traduction (Eth. Abb. 270, f. 34r), dans l’interface de transcription collaborative.

Transcrire les esquisses des itinéraires ayant servi à la Géodésie et aux éditions des cartes : un ratio temps/utilité assez faible

Ce carnet comporte aussi un grand nombre de dessins cartographiques qui représentent des itinéraires. Certains sont eux-mêmes des calques de dessins probablement effectués au brouillon, comme la mention « calqué » en témoigne. Antoine d’Abbadie a beaucoup exploité ces matériaux géographiques.

Entre 1862 et 1869, Antoine d’Abbadie a publié dix cartes qui rassemblent les informations extraites, entre autre, de ces itinéraires. Ces cartes publiées sont d’une extrême richesse mais ne pouvaient pas intégrer la totalité des informations des itinéraires. On trouve par exemple dans ces derniers une informations sur des terres cultivées en gwelt pour le daǧazmač Gošo (fol. 6v) au sud du Goǧǧam, information qui n’est pas reportée sur la carte correspondante éditée par Antoine d’Abbadie (carte 7). Ces différences suffisent-elles à motiver une transcription intégrale des itinéraires ? Le projet Ethiomap a déjà indexé la totalité des cartes éditées par Antoine d’Abbadie. Certes il ne propose pas -pas encore ?- de moteur de recherche rassemblant les index et permettant une navigation sur l’ensemble des cartes. Néanmoins, les cartes sont outillées et l’indexation localisée pourrait être transformée et intégrée à une interface de visualisation permettant d’interroger l’ensemble des documents.

La Géodésie, ouvrage majeur d’Antoine d’Abbadie paru en 1873, contient le report exact des journées de marche décrites dans certains des itinéraires de ce carnet. Les mentions des codes présents dans la Géodésie (R+ 3 chiffres) sur ces cartes montrent que le carnet 270 fut en usage bien longtemps après le retour d’Éthiopie. Or la Géodésie est numérisée sur Gallica et a été océrisée. Nous disposons donc d’outils pour naviguer dans ces corpus cartographiques. Aussi, dans un premier temps, nous avons décrit sommairement chaque itinéraire sans néanmoins fermer les pages aux éventuels transcripteurs/trices qui voudraient mener le travail de comparaison de façon systématique et y ajouter d’éventuelles informations inédites.

Les enquêtes linguistiques : de l’importance des notes de terrain et du rôle des informateurs

Le carnet 270 est remarquable aussi par ses informations sur les langues omotiques, et dans une moindre mesure couchitique et nilotique. L’intérêt d’Antoine d’Abbadie pour les peuples situés au sud de l’Abbay transparaît aussi dans ses carnets de voyage où la catégorie « informations sur les peuples inconnus » ouvre un grand nombre de pages. Une requête avec les mots-clefs « daw[a]ro« , « sidama » ou « yamma » dans les pages déjà transcrites montrent l’importance pour Antoine de documenter du mieux possible la diversité culturelle et linguistique de la Corne. Certaines sont aujourd’hui des langues rares, parfois menacées, et souvent fort peu documentées telle le yem (yamma chez Antoine). En tout état de cause, les informations relevées par Antoine d’Abbadie sont les plus anciennes connues. Il semble donc important de signaler les listes de mots et remarques diverses sur la syntaxe et la morphologie de ces langues dans les carnets, informations qui furent peu utilisées par la suite comme en témoigne son maigre article de 1872 sur les langues dites alors « kamitiques »7. Là encore, le corpus des notes d’Antoine d’Abbadie révèle des surprises et montre l’importance des premières versions des collectes d’information. Les huit carnets côtés de 257 à 264 sont très certainement des mises au propre des notes originales. Des comparaisons doivent être effectuées pour comprendre comment ce transfert a été réalisé, et s’il y eut des pertes et/ou des enrichissements dans les informations. D’ores et déjà, on voit que le lexique awngi (aw˜ga) du carnet 258, à partir de la page 118, semble être une version ordonnée reprenant en partie le lexique présent au folios 72-77v du carnet 270. Mais les intermédiaires amhariques en ont très souvent été supprimés ! La méthode de collecte -en l’occurence pour le lexique du 270 par l’intermédiaire d’un informateur qemant locuteur de l’amharique- a donc été totalement invisibilisé. Et surtout, il devient impossible de connaître la première traduction, du awngi vers l’amharique, qui est celle sur laquelle se fonde l’équivalent français. On voit donc dans cet exemple -qui demanderait plus de recherche et qui est présenté ici de façon presque théorique- tout l’intérêt de transcrire et d’éditer la toute première version des notes linguistiques, mais aussi de connaître l’ensemble des carnets et probablement d’intégrer la transcription des copies successives de ces travaux.

Ainsi, la description du carnet 270 a été l’occasion d’approfondir à la fois le lien entre les carnets de terrain et les autres strates de l’activité intellectuelle d’Antoine d’Abbadie, et de mieux saisir le statut et l’importance des notes de terrain. Les choix des transcription et d’édition se fondent sur une connaissance progressive de ce vaste univers que sont les archives scientifiques d’Antoine d’Abbadie.

Nous espérons que ces informations permettront aussi aux transcriptrices et transcripteurs participant à ce projet collaboratif de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de leur travail !

Bibliographie

« Ethiomap – Exploring Modern Maps of the Horn of Africa (18th-20th c.) », accessed 8 april 2021

Antoine d’Abbadie, Géodésie d’Éthiopie ou triangulation d’une partie de la haute Éthiopie: exécutée selon des méthodes nouvelles, Paris, Gauthier-Villars, 1873.

Antoine d’Abbadie, Notice sur la langue de Kam, 1872.

Antoine d’Abbadie, Géographie de l’Éthiopie: ce que j’ai entendu, faisant suite à ce que j’ai vu, vol. I, Gustave Mesnil, Paris, 1890, accessed 4 may 2018, at http://archive.org/details/geographiedelet00abba.

Vaklav Blažek , « Omotic numerals. Dedicated to the memory of Andrzej Zaborski (1942–2014) », Folia Orientalia, 2017, LIV,

Claire Bosc-Tiessé et Anaïs Wion, « Les manuscrits éthiopiens d’Antoine d’Abbadie à la Bibliothèque nationale de France », in Jean Dercourt (dir.) Antoine d’Abbadie de l’Abyssinie au Pays basque – Voyage d’une vie, Atlantica-Séguier, 2010, p. 75–116, accessed 8 december 2015, at https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00511272.

Marius Chaîne, Catalogue des manuscrits éthiopiens de la collection Antoine d’Abbadie, Paris, E. Leroux, 1912.

Carlo Conti Rossini, Notice sur les manuscrits éthiopiens de la collection d’Abbadie, Paris, E. Leroux, extrait du Journal asiatique, Onzième série ; T. II, N°  1, T. VI, N°  2 et 3)», 1913, pp. 248-249

Carlo Conti Rossini, « Il libro delle leggende e tradizioni abissine dell’ecciaghie Filpos », Rendiconti della Reale Accademia dei Lincei, série 5, vol. 26, 1917, p. 699-718.

Carlo Conti Rossini, « Tre piccoli testi etiopici », Rivista degli Studi Orientali, vol. 23/1-4, 1948, p. 46–51

Joseph Tubiana , « Ouvrages manuscrits concernant l’Éthiopie a la Bibliothèque Nationale de Paris (Fonds Français et Nouvelles Acquisitions Françaises) », Rassegna di Studi Etiopici, 15, 1959, p. 96–105.

Anaïs Wion, « Les documents copto-arabes dans les archives chrétiennes d’Éthiopie : de rares témoins de l’autorité épiscopale (XIVe-XVe s.) », Afriques [En ligne], 8, 2017, DOI :

Anaïs Wion,, « « Lettres du R. P. Juste d’Urbin à Antoine d’Abbadie. Manuscrit BnF NAF 23852, fol. 3- 128v », accessed 16 april 2021, at https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02863840.

  1. à propos de l’organisation des informations dans les carnets par Antoine d’Abbadie, voir un article à paraître par Mathilde Alain, soumis à la revue Sources. []
  2. cf Anaïs Wion, « Les documents copto-arabes dans les archives chrétiennes d’Éthiopie : de rares témoins de l’autorité épiscopale (XIVe-XVe s.) », Afriques, 08 | 2017, https://doi.org/10.4000/afriques.2021 []
  3. Ce texte est copié dans le ms. Eth. Abb. 256, pièce 152 et a été publié et traduit en italien par Conti Rossini C., « Tre piccoli testi etiopici », Rivista degli Studi Orientali, vol. 23, no. 1–4, 1948, p. 46–51. http://www.jstor.org/stable/41864040 []
  4. Je remercie Yvonne Treis (CNRS) pour cette identification qu’elle déduit de l’étude des chiffres dans les langues omotiques, d’après Blažek 2017. []
  5. Publié par Conti Rossini, 1917. []
  6. Ce sont les « journées de route » que l’on trouve dans Géodésie (1873) et qui furent utilisées pour l’impression des cartes d’Abyssinie entre 1862 et 1869 (voir le site Ethiomap). Comparer par exemple le folio 23r avec la page 408 de Géodésie. Les numéros des pages et les n° de sous-section de la Géodésie ont été reportées sur le carnet ce qui facilite la comparaison. []
  7. Ant. d’Abbadie, 1872. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search