L’Afrique en musée – Les tablettes coraniques et la tunique protectrice de Bourbonne-les-Bains

Auteurs : Ousmane Diaw (Timbuktu Editions), Hadrien Collet (Ifao)

Du Sénégal à Bourbonne-les-Bains

Les objets présentés ici consistent en deux tablettes et une tunique protectrice qui ont été rapportés du Sénégal par Ernest Noirot (m. 1913). D’abord membre d’une expédition dans le Fouta-Djalon et le Bambouk en 1881, il devint par la suite administrateur dans ces régions et en AOF de manière générale jusqu’à la fin de sa vie. Les deux tablettes ont été exposées en 1889 à l’Exposition universelle de Paris par les exposants des collectivités du Sénégal sous le patronage d’E. Noirot alors administrateur des provinces du Sénégal. Ce dernier fut par la suite maire de Bourbonne-les-Bains. Cette commune en est aujourd’hui propriétaire après un don de la famille.

Les deux tablettes en bois (lawḥ pl. alwāḥ) sont communément appelées « tablettes coraniques » bien qu’elles ne servent pas uniquement à mettre par écrit des versets du Coran mais aussi des textes religieux de natures différentes. Les dimensions sont : 44 cm de hauteur par 20 cm de largeur pour la grande, 36,5 cm de hauteur par 15,5 cm de largeur pour la plus petite. L’arabe est en écriture dite sūdānī, une adaptation ouest-africaine du style maġribī qui était dominant dans l’Occident musulman. Bien que les études sur les styles ouest-africains d’écriture arabe ne soient pas légion, les travaux de M. Nobili ont montré qu’il n’existait pas un seul style d’écriture sūdānī mais au contraire de nombreux pour lesquels il a tenté d’établir une première classification à partir du fonds de Gironcourt conservé à l’Institut de France (Nobili, « Arabic scripts in west African manuscripts: a tentative classification from the de Gironcourt collection », Islamic Africa, 2011, p. 105-133).

La belle qualité du style (surtout sur la grande tablette) peut faire penser qu’il s’agissait du matériel pédagogique d’un professeur (mudarris, shaykh, ustād) plutôt que de celui des élèves qui auraient pu recopier la leçon sur leurs propres tablettes. Le contenu suggère également qu’il s’agissait des premiers niveaux de l’enseignement fondamental en école coranique (en général avant la puberté). La présence, par exemple, du début de la fatīḥa sur l’une des faces de la petite tablette le sous-entend. C’était en effet, avec la profession de foi (šahāda), en général le premier contact d’un jeune élève musulman avec l’islam scripturaire. Le texte appartenant à une oraison célèbre de la confrérie de la Tijāniyya indique que les tablettes émanaient d’un cercle d’enseignement autour d’un maître de la confrérie soufie.

La petite tablette comporte en outre un petit passage en ajami, c’est-à-dire que l’alphabet arabe abrite ici une autre langue que l’arabe. Il s’agit du pulaar, une langue peule très parlée dans la région. Cela nous renseigne sur l’opération même de l’enseignement, puisqu’il était vraisemblablement en partie assuré oralement en langue vernaculaire, qui venait certes expliquer l’arabe mais qui témoigne aussi d’une volonté revendiquée d’exprimer certaines notions religieuses en pulaar. Dans ses premières utilisations, l’ajami n’était pas utilisé pour produire des textes continus mais s’avérait utile pour retranscrire des noms propres, des toponymes, des concepts sociaux ou politiques (ex. koï, chef ou détenteur d’un office sultanien en songhay dans les chroniques de Tombouctou du XVIIe siècle). L’ajami pouvait aussi intervenir dans les manuscrits dans les marges comme paratexte explicatif pour le texte coranique. Tal Tamari a montré comment les commentaires explicatifs des sourates en langue vernaculaire pouvait se codifier pour atteindre un niveau conceptuel à même d’expliquer l’arabe du Coran (T. Tamari « Qur’anic Exegesis in Manding : the Example of a Bamana Oral Commentary on Surat al-Rahman », in, Zulfikar Hirji éd., Approaches to the Qur’an in Sub-Saharan Africa, Oxford, Oxford University Press and The Institute of Ismaili Studies, 2019. p. 65-162).

Numéro(s) d’inventaire : 011.1.136, Bourbonne-les-Bains, musée. Objets de la réserve. Recto.

Tablette de gauche, recto :

ligne 1 : Dernière phrase du Verset 18 de la Sourate «Joseph» (Yūsuf) : « C’est Allah qu’il faut appeler au secours contre ce que vous racontez ».
l. 2-4 : Formule de la basmala (1 verset de la sourate al-Fatīḥa)
l. 5-7 : verset 2 à 4 de la sourate al-Fatīḥa
l. 8-10 : (texte écrit à l’envers) en ajami pulaar :

Retranscription des trois lignes en Ajami Pulaar :

عِرْنِيسْ نُوَارُ. جِرْنُ مُعَاذْ بُبِّ دُنِّ نُوقُيْ عقُعُ رَاجِبِ.                                               

Ernest Noirot. Ceerno Mu’az, boppi donni, noogoy e go’o raajibi,

Traduction approximative : Ernest Noirot. Ceerno Mu’az insiste à faire ce don successoral en date du 21e {jour} du mois de rajab.

Conversion de la date en calendrier grégorien :
Cette donation a eu lieu au 7e mois (rajab) du calendrier de l’Hégire. Si Ernest Noirot a visité le Fouta Djalon et le Bambouk en 1881, cette année correspond donc à 1298 de l’Hégire.
Ce qui nous permet d’identifier le mois et le jour dans lesquels cet acte a eu lieu en calendrier grégorien : 19-06-1881 correspondant le : 21-7-1298H.

l.11-12 : Formule de la Basmala et le premier verset de la sourate «al-Fatīḥa».

Tablette de droite, recto :

l. 1 : Sourate al-Mulk (mecquoise)
l. 2-21 : 7 premiers versets de la sourate

Numéro(s) d’inventaire : 011.1.136, Bourbonne-les-Bains, musée. Objets de la réserve. Verso.

Tablette de gauche (verso) :

De la première ligne jusqu’a l’avant dernière : Il s’agit d’une célèbre oraison de la Tijāniyya que l’on appelle Hizbul Sayfiyyu (al-ḥizb al-sayfī):

Retranscription du texte en arabe :

الحزب السيفى
بسم الله الرحمن الرحيم
اللهم أنت الله الملك الحق المبين القديم المتعزز بالعظمة والكبرياء المتفرد بالبقاء الحي القيوم القادر المقتدر الجبار القهار الذي لا إله إلا أنت ، أنت ربى وأنا عبدك عملت سوءا وظلمت نفسي واعترفت بذنبي فأغفر لي ذنوبي كلها فأنه لا يغفر الذنب إلا أنت يا غفور يا شكور يا حليم يا كريم يا صبور يا رحيم، اللهم إني أحمدك، وأنت المحمود، وأنت للحمد أهل، وأشكرك وأنت المشكور، وأنت للشكر أهل على ما خصصتني به من مواهب الرغائب، و أوصلت إلى من فضائل الصنائع، و أوليتني به من إحسانك، و بوَّأتني به من مظنة الصدق عندك، وأنلتني به من مننك الواصلة إليَّ، و أحسنت به إلى كل وقت، ودفع البلية عنى والتوفيق لي، والإجابة لدعائي حين أناديك داعيا، و أناجيك راغبا، و أدعوك متضرعا مصافيا ضارعا، وحين أرجوك راجيا، فأجدك كافيا، و ألوذ بك في المواطن كلها، فكن لي جارا حاضرا حفيا بارا، وليا في الأمور كلها ناظرا، وعلى الأعداء كلهم ناصرا، وللخطايا والذنوب كلها ساترا، لم أعدم عونك وبرك وخيرك وعزك وإحسانك طرفة عين؛ منذ أنزلتني دار الاختبار والفكر والاعتبار؛ لتنظر ما أقدم لدار الخلود والقرار والمقامة مع الأخيار، فأنا عبدك، فاجعلني يا رب عتيقك، يا إلهي ومولاي: خلصني من النار، ومن جميع المضار والمضال، والمصائب والمعائب، والنوائب واللوازم، والهموم التي قد ساورتني فيها الغموم بمعارض أصناف البلاء، وضروب جهد القضاء، إلهى لا أذكر منك إلا الجميل، ولم أر منك إلا التفضيل، خيرك لي شامل، وصنعك لي كامل، ولطفك لي كافل، وبرك لي غامر، وفضلك علي دائم متواتر، ونعمك عندي متصلة؛ لم تخفر لي جواري، وأمنت خوفي، وصدقت رجائي، وحققت آمالي، وصاحبتني في أسفاري، وأكرمتني في إحضاري، وعافيت أمراضي، وشفيت أوصابي، وأحسنت منقلبي ومثواي، ولم تشمت بي أعدائي وحسادي، ورميت من رماني بسوء، وكفيتني شر من عاداني، فأنا أسالك يا الله الآن؛ أن تدفع عنى كيد الحاسدين، وظلم الظالمين، وشر المعاندين واحمني تحت سرادقات عزك يا أكرم الأكرمين، وباعد بينى وبين أعدائي؛ كما باعدت بين المشرق و المغرب.

Il s’agit d’un long cri de glorification du Divin, Maître des cieux et de la terre, mais aussi une demande de pardon à Dieu, tout en reconnaissant Ses faveurs sur son serviteur qui l’Implore pendant toutes les épreuves de la vie.

La prière al-sayfī est historiquement l’une des prières de la Shadhiliyya. Elle est réputée être d’une utilité énorme en matière de protection mystique et spirituelle contre ses ennemis. Elle est principalement utilisée dans les milieux tijānī pour se fortifier mystiquement contre ses ennemis. Sa présence dans la tablette montre que le shaykh/marabout enseignant qui l’a transcrite était d’obédience tijānī.

Deux lignes à l’envers dans la partie basse : Formule fulaanisée de la prière sur le prophète Muhammad :

la suite est une écriture sûrement en pulaar mais illisible

سالا ل محمد وعال محمد

(Sālā li Muḥammad wa ʿāli Muḥammad…………)

Formule par laquelle on débute les incantations, les formules d’exorcisme et même les formules magiques dans les sociétés peul.

Tablette de droite (verso) :

l. 1-24 : suite de la sourate al-Mulk, versets 8 à 18 (dernier verset incomplet)

L’habit apotropaïque ou chemise talismanique

Numéro(s) d’inventaire : 011.1.170, Bourbonne-les-Bains, musée, objets de la réserve.

La tunique est recouverte d’écritures contenues dans des petits rectangles. Chaque rectangle représente une unité narrative comportant des formules tirées de versets coraniques, des fractions de versets qui sont répétés à des fins performatives ou des prières sur le prophète. Il est intéressant de noter l’absence de formules magiques issues des sciences occultes. La signification des versets nous laisse croire que la fonction de l’habit est apotropaïque, protection contre les maux de l’univers visible et invisible, mais il vise aussi à l’obtention des tous les biens de ce monde. En Afrique de l’Ouest, ces tuniques pouvaient servir pour la chasse ou pour la guerre, ce qu’une analyse en détail des inscriptions, qui n’est pas l’objet de ce billet, pourrait confirmer ou infirmer. Pour un exemple du type d’étude que l’on peut conduire sur ce type de tunique, voir :

Ruba Kana’an, « And God Will Protect Thee From Mankind (Q. 5:67): A Talismanic Shirt from West Africa », in Zulfikar Hirji, éd., Approaches to the Qur’an in Sub-Saharan Africa, Londres, Oxford University Press in association with The Institute of Ismaili Studies, 2019, p. 259-285.

Remerciements

Je tiens ici à remercier vivement ici le Pr Abdou Ba (Sénégalais, ancien professeur de pulaar à l’institut d’études africaines de l’Université du Caire, entretien téléphonique le 13-01-2021), Ebrahima Sory Ba (étudiant au département Histoire et Civilisations de la faculté des lettres d’Al-Azhar) et son père Saajo Ba (Guinéen, ancien pensionnaire des écoles coraniques du Fouta Djalon, entretien téléphonique le 20-01-2020) qui m’ont aidé à déchiffrer et à traduire approximativement l’écriture pulaar.
Ousmane Diaw, Le Caire, mardi 16 mars 2021

Je tiens à mon tour à remercier ici de mille mercis, comme on dit en arabe, Ousmane Diaw qui a accepté de participer avec moi à cette note des Carnetsd’Afriques. La précision de son regard, l’étendue de son érudition et sa fine connaissance de l’environnement intellectuel islamique du Sénégal ont rendu possible ce travail préliminaire de présentation et de contextualisation de ces trois objets de Bourbonne-les-Bains. Merci également à Claire Bosc-Tiessé pour toute son aide.
Hadrien Collet, Le Caire, mardi 16 mars 2021


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search