L’Afrique en musée – Musée de Borda à Dax

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la future cartographie en ligne « Le monde en musée »

Après le musée de Bourbonne-les-Bains, nous poursuivons notre série de billets « L’Afrique en musée », dans la ville de Dax, au musée de Borda. Le musée conserve une collection rassemblée par un ministre des Colonies en exercice lors d’un voyage en AOF. Documentant ce voyage, nous sont également parvenus un reportage photographique de plusieurs centaines de clichés et le carnet tenu par son secrétaire.

Si les informations précises sur le contexte de production, d’usage et d’acquisition des objets d’Afrique conservés en France apparaissent relativement rares, le nom de leurs collecteurs et possesseurs occidentaux est souvent connu, et valorisé par les logiques marchandes, en particulier lorsqu’il s’agit d’artistes célèbres ou de galeristes ayant pignon sur rue. L’histoire des marchands, réseaux et collectionneurs français et occidentaux a fait l’objet d’études ambitieuses (par exemple Biro, 2019). Les noms des participants aux missions scientifiques qui se développent en particulier dans la première moitié du XXe siècle, anthropologues et ethnologues, sont également connus et associés aux objets. Au sein de ce courant, peu d’études concernent l’histoire des objets rassemblés par des politiciens et peu de collections de ce type sont connues. La collection d’objets africains du musée de Borda se distingue par le statut particulier de Raphaël Milliès-Lacroix (1850-1941), natif de Dax et ministre des colonies dans le gouvernement de Georges Clémenceau (1906-1909) et par les archives et sources qui l’ accompagnent.

Raphaël Milliès-Lacroix dans la cour de l’Élysée, 1925, Gallica (BNF).

Le Musée de Borda, sis dans la ville de Dax, comprend deux sites différents : la crypte archéologique et la chapelle de l’ancien couvent des Pères Carmes. C’est dans cet espace que sont accueillies les expositions temporaires, composées à partir de la collection permanente conservée le reste du temps dans les réserves du musée.

La constitution de cette collection permanente commence en 1807, lorsque la ville achète le cabinet de Jacques-François Borda d’Oro (1718-1804), savant naturaliste. L’une des sections du musée, consacrée aux objets non-occidentaux, conserve plus de 260 items. Marie-Christine Meléndez, directrice adjointe du Musée de Borda, détaille leur nature variée : armes, bijoux, couvre-chefs, instruments de musique, masques, médailles, regalia, sculptures et trônes. Une partie de ces objets est issue de la donation de la famille de Raphaël Milliès-Lacroix. Le ministre réunit ces objets lors d’un grand voyage en Afrique Occidentale Française en 1908 et ce voyage est documenté par un reportage photographique et un carnet de voyage. Cet ensemble pourrait permettre d’interroger et d’analyser la signification politique qu’a pu recouvrir une telle « collecte » et le rôle politique assigné aux objets en contexte colonial.

Photographie prise lors du voyage de R. Milliès-Lacroix, numéro d’inventaire MD81.5.113 C © Musée de Borda – DAX – photo musée de Borda, Dax

Du « musée » de Candresse au Musée de Borda
Raphaël Milliès-Lacroix voyage en AOF du 10 avril au 29 mai 1908 et les commentateurs notent qu’il se déplace alors sur ses fonds propres. Les étapes, destinées à constater l’avancement de grands chantiers, se situent principalement sur les côtes du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Royaume du Danhomè et de la Guinée. Il y inaugure des infrastructures, rencontre des dignitaires locaux et reçoit plusieurs cadeaux. Il fait également des achats. À son retour, il crée dans sa maison de famille de Candresse, un village près de Dax, une grande salle consacrée à ces souvenirs africains, qu’il baptiste « le musée ». Il meurt en 1941 après une carrière menée au sein du groupe de la gauche démocratique radicale et radicale-socialiste. En 1966, ses petits-enfants font don au musée municipal de Dax de 89 objets. En 2009, une exposition consacrée à son voyage permet d’exposer, en plus des collections du musée, des objets conservés dans une collection particulière. Comme l’indique Marie-Christine Meléndez, le musée bénéficie en mars 2019 d’un don provenant de la famille d’un employé de la maison de Candresse. Lors de la vente de la propriété, il avait reçu deux sacs, un chasse-mouche en argent et poils d’éléphant, un couteau et un lot de plaque de verres, qui rejoignent donc les collections du Musée de Borda.

Chasse-mouches, numéro d’inventaire 2019.1.3., © Musée de Borda – DAX – photo Alban Gilbert

La collection d’un ministre des colonies
Parmi les objets reçus, on note des objets de nature diverse, dont certains sont dédicacés. En plus du chasse-mouche mentionné plus haut, on trouve par exemple un « trône de dignitaire », dont l’inscription mentionne la date du 5 mai 1908 et précise qu’il est offert à Raphaël Milliès-Lacroix par « les chefs du cercle Zagnanado ». Le musée de Borda conserve également des objets qui évoquent directement le contexte politique de l’époque, telle cette récade du Danhomè ayant appartenue au roi Agoli-Agbo, frère du roi Béhanzin, qui avait négocié le protectorat français en 1894 ou ce groupe sculpté de personnages évoquant des porteurs et un colon. De plus, on peut noter la présence d’objets symboliques telle une « truelle de fondation » reçue à Dakar en commémoration de la construction du marché couvert, mais également des œuvres sculptées qui montrent des représentations de la domination française, comme ce groupe montrant un colon et plusieurs porteurs africains (voir également la photographie publiée plus bas montrant Raphaël Milliès-Lacroix dans cette situation). 

Trône de dignitaire, numéro d’inventaire MD 79.80, © Musée de Borda – DAX – photo Phox Thiercelin Dax
Récade à la jambe, numéro d’inventaire MD 79.27 © Musée de Borda – DAX – photo Phox Thiercelin Dax
Truelle de fondation, numéro d’inventaire MD 79.11 © Musée de Borda – DAX – photo Phox Thiercelin Dax
Groupe sculpté aux porteurs de hamac, numéro d’inventaire MD 79.9 © Musée de Borda – DAX – photo Phox Thiercelin Dax

Un voyage documenté 

« Voyage de Mr le Ministre des Colonies en Afrique », album photographique, numéro d’inventaire
2013.0.13 © Musée de Borda – DAX – photo musée de Borda, Dax

Raphaël Milliès-Lacroix est accompagné d’un jeune secrétaire, Émile Despax (1881–1915) originaire de Dax lui aussi, qui tient le journal de ce voyage. D’après Marie-Christine Meléndez, ce journal, conservé dans une collection particulière, donne des détails sur les conditions d’acquisition d’au moins trois objets. La truelle d’argent mentionnée plus haut est reçue lors de l’inauguration du marché de Dakar le 19 avril 1908, et le chasse-mouche accompagné d’un bâton de commandement, le 15 mai 1908 à Mamou, en Guinée.

Lors de ces différentes étapes, Raphaël Milliès-Lacroix est également accompagné du photographe Edmond Fortier (1862-1928), basé à Dakar. Edmond Fortier parcourait l’AOF et ses photographies étaient éditées sous la forme de cartes postales. Selon l’évaluation de la chercheuse Daniela Moreau, pas moins d’un million de cartes postales furent publiées à partir de ses clichés. Ses photographies qui diffusaient une imagerie conforme aux tropes du discours colonial participent à l’agenda de la France colonialiste mais peuvent également fournir aux chercheurs des informations historiques précieuses (Moreau 2018). Aussi, l’étude de cette collection pourrait s’accompagner de celle de la production iconographique qui entoure ce voyage. Les clichés relatifs au voyage de Raphaël Milliès-Lacroix sont regroupés dans la série « Voyage du ministre des Colonies à la côte d’Afrique » et comme le précise Marie-Christine Mélendez, le musée du Borda reçoit en 2010 un album photographique qui en présente 278. De plus, le lot de 91 plaques de verre qui rejoint en 2019 les collections, montrent des vues similaires mais prises à des moments différents.

« DAHOMEY – Cotonou, Le Ministre décore un indigène », carte postale, numéro d’inventaire 2013.0.18.18 © Musée de Borda – DAX – photo musée de Borda, Dax

Photographie prise lors du voyage de R. Milliès-Lacroix, numéro d’inventaire MD81.5.109 D © Musée de Borda – DAX – photo musée de Borda, Dax

Photographie prise lors du voyage de R. Milliès-Lacroix, numéro d’inventaire MD81.5.104 A © Musée de Borda – DAX – photo musée de Borda, Dax

Ainsi, en considérant l’ensemble de ces œuvres et de ces documents, plusieurs pistes de recherche peuvent être ouvertes. On pourrait ainsi analyser les cadeaux offerts par les populations colonisées sous l’angle du geste diplomatique et interroger les statuts de ces objets. L’évolution des rôles attribués aux objets par Raphaël Milliès-Lacroix alors qu’il les collecte dans le cadre de ses fonctions puis lorsqu’il les dispose dans son « musée » personnel serait également un angle d’étude possible.

Je remercie chaleureusement Marie-Christine Meléndez, directrice adjointe du musée du Borda pour nos échanges et les informations fournies.

Références citées:

Biro Yaëlle, Fabriquer le regard: marchands, réseaux et objets d’art africains à l’aube du XXe siècle, Les presses du réel, 2018, 407 p.

Meléndez Marie-Christine, Notice sur les collections africaines du Musée du Borda, non publiée, 2020.

Moreau Daniela, « Edmond Fortier (1862–1928): Photographer, Documentarian and Creator of Stereotypes in West Africa », in Landscapes, Sources and Intellectual Projects of the West African Past, Brill, 2018, p. 464‑491.

David Philippe, Inventaire général des cartes postales Fortier, 3 volumes édités à compte d’auteur, 1986-1988. 

Pour aller plus loin :

L’association Images et Mémoires, propose avec le soutien de l’UNESCO, une base documentaire de photographies de l’Afrique de l’Ouest (1895-1930) dont 900 clichés d’Edmond Fortier.

La Ville de Dax dispose des droits relatifs à la propriété, à la représentation, à la reproduction et la commercialisation de toutes les œuvres du musée de Borda. Toute violation constatée de ces droits entraînera des poursuites judiciaires


Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search