L’Afrique en musée – Musée de Bourbonne-les-Bains

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la future cartographie en ligne « Le monde en musée »

Pour commencer la série de billets « L’Afrique en musée », nous faisons un tour dans la ville thermale de Bourbonne-les-Bains où sont conservés des objets rapportés d’Afrique de l’Ouest par Ernest Noirot, adjoint à une mission d’exploration en Guinée comme dessinateur et photographie en 1881, puis membre de l’administration coloniale jusqu’en 1911. Dans le musée se trouvent aussi des peintures qu’il a effectuées dans les années 1880 au Sénégal tandis que l’on peut consulter dans divers fonds d’archives ses dessins et photographies ainsi que ses carnets de note. D’autres objets, acquis pendant les vingt et quelques années qu’il a passées en Afrique de l’Ouest, sont conservés par ailleurs au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Installé dans les anciens communs du château médiéval, le musée de la ville thermale de Bourbonne-les-Bains s’organise principalement autour de trois fonds: des peintures réalisées par des peintres de la région; des objets archéologiques du Néolithique, des époques gauloise (à noter deux têtes sculptées en bois, objets rarement conservés) et gallo-romaine (objets principalement liés aux thermes). À cela s’ajoute un ensemble d’oiseaux naturalisés dès 1875-1876 donnant une image d’une faune parfois disparue. Le musée possède aussi 26 objets africains ainsi que des restes animaux (comme une carapace de tatou) et des trophées de chasse, très probablement rapportés d’Afrique de l’Ouest par Jean-Baptiste Ernest Noirot dit Ernest Noirot (1851-1913) (fig. 1).

Fig. 1: Portrait d’Ernest Noirot, BnF/Société de Géographie, SG PORTRAIT-365

Né à Bourbonne-les-Bains, celui-ci fut aussi maire de la ville à la fin de sa vie (1912-1913). Tout d’abord comédien, c’est toutefois comme dessinateur et photographe qu’il a accompagné en 1881 le docteur Jean-Marie Bayol au Fouta-Djalon (Guinée actuelle) et au Bambouk (Sénégal et Mali actuels) dans une mission d’exploration commanditée par le ministère de la Marine (fig. 2-3).

Fig. 2: Jean-Marie Bayol entouré de l’astronome Louis Billet (à sa droite) et de Noirot (à sa gauche) en 1881 devant le monument élevé à Boké à la mémoire de René Caillié, BnF/Société de Géographie, SG PORTRAIT-1362 
Fig. 3: Combinée à d’autres vues photographiées ou dessinées par Noirot, cette photo a servi de base à un certain Gibert pour recomposer un autre portrait d’où la mémoire de René Cailiée a été gommée et qui les fait apparaître comme les premiers dans ce paysage (dessin publié dans Noirot, 1885, source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

De ce voyage, il a tiré un ouvrage, publié en 1885, accompagné de dix-sept de ses dessins faits sur place ainsi qu’une carte de la région (fig. 4).

Fig. 4: Itinéraire de la mission Bayol de 1881, carte dressée par Ernest Noirot (1885), source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

L’ouvrage a été réédité en 1893, sans les illustrations. Il commence toutefois par le récit d’une ambassade du Fouta-Djalon venue en retour en France au début de l’année 1882, une ambassade dont le récit a aussi été couché par écrit par l’un de ses protagonistes (David, 2012, p. 44).

Parmi les dessins et photographies que Noirot réalise à cette époque (certains publiés dans l’ouvrage de 1885), il faut noter, concernant l’histoire de l’art, des dessins de mosquées du Fouta-Djalon (fig. 5), des détails architectoniques de ces bâtiments (colonnes en bois sculpté, fig. 6), une planche présentant des instruments de musique, une autre des ustensiles de cuisine, ainsi qu’une présentant des armes et autres objets (gourdes, sac, selle, chapeau, etc., fig. 7).

Fig. 5: « Mosquée de Coussomi » par Ernest Noirot, 1881, collection Bayol donnée à la Société de Géographie en 1883, Société de Géographie / Bibliothèque nationale de France
Fig. 6: « Colonne en bois sculpté à Toutouroun (mosquée) » par Ernest Noirot, 1881, collection Bayol donnée à la Société de Géographie en 1883, Société de Géographie / Bibliothèque nationale de France
Fig. 7: « Armes des Peuhls, des Malinkés et des Soninkés » par Ernest Noirot, 1881, collection Bayol donnée à la Société de Géographie en 1883, Société de Géographie / Bibliothèque nationale de France

Il a aussi tenu tout au long de sa vie plusieurs journaux, que l’on peut consulter aux Archives Nationales, racontant ses premières missions d’exploration comme les acquisitions d’objet qu’il a faites pour l’exposition universelle de 1889. Ils contiennent aussi la liste des objets exposés à l’exposition d’Anvers en 1885-1886.

À partir de 1883, Ernest Noirot a occupé plusieurs postes dans l’administration coloniale en Afrique de l’Ouest. En 1885-1886, il est aussi attaché au commissariat de la section française de l’exposition internationale d’Anvers où, de sa propre initiative semble-t-il, il inventorie les objets présentés dans le pavillon des colonies françaises. En 1887, il est nommé commissaire délégué du Sénégal pour l’exposition universelle de 1889 à Paris. C’est à cette occasion qu’il peint la Tour Saldé construite en 1859 en surplomb du fleuve Sénégal et symbole de la présence française dans la région (ce tableau sur commande des autorités [fig. 8]), ainsi qu’un paysage de Saint-Louis (fig. 9). Sept des peintures qu’il a alors réalisées au Sénégal, principalement des paysages, sont conservées dans le musée. 

Fig. 08: « Tour de Saldé, Tebekout, Sénégal », Ernest Noirot, Février 1887 musée de Bourbonne-les-Bains, inv. 011.1.65, ph. Musée de Bourbonne-les-Bains
Fig. 9: Détail de « Saint-Louis (Sénégal) », Ernest Noirot, 1886, musée de Bourbonne-les-Bains, inv. 011.1.301, ph. Musée de Bourbonne-les-Bains

Pour l’exposition, il reconstitue surtout un village du Sénégal, animé par plusieurs dizaines de personnes qu’il fait venir spécialement. Pour cette occasion, il collecte aussi dans les villages des objets qui lui semble représentatifs de la vie quotidienne. À côté d’une collection personnelle, il rassemble ainsi une collection pour l’exposition, avec des fonds obtenus à cette fin, et, emprunte aussi à d’autres administrateurs coloniaux (David, 2012, p. 68-90).

Fig. 10: Stèles, musée de Bourbonne-les-Bains, inv. 011-1-36, ph. Musée de Bourbonne-les-Bains

Selon toute vraisemblance, les objets africains du musée de Bourbonne-les-Bains proviennent de ses séjours en Afrique de l’Ouest où il a passé presque trente ans de sa vie même si les documents du musée ne le disent pas explicitement. Toutefois certains ont été en revanche donnés par une certaine mademoiselle Bartel-Noirot dont les liens familiaux avec Ernest Noirot restent obscurs. Ces 26 objets sont des objets de la vie quotidienne: lances, haches, jouet, ustensiles de cuisine, éléments de coutellerie, peausserie (sacoches, sandales, ceinture), collier d’attelage, éléments de parure, pièces d’une balance, jouet, chapeau, polissoir, platine à silex, une tête d’éléphant réduite, etc. Il faut aussi noter deux stèles en bois couvertes d’inscription en écriture arabe (fig. 10) ainsi qu’un vêtement sur lesquels de nombreux petits sachets ont été cousus, couvert lui aussi d’inscription en écriture arabe (fig. 11). 

Fig. 11: « Poncho », musée de Bourbonne-les-Bains, inv. 011-1-170, ph. Musée de Bourbonne-les-Bains

Parmi ces objets, les deux stèles, des sandales, un polissoir et une sacoche en cuir, donnés au musée par mademoiselle Bartel-Noirot, ont été exposés à l’exposition de 1889. Comme le fait remarquer Laetitia Copeau, responsable du musée de Bourbonne-les-Bains, cette même sacoche pourrait bien être celle dessinée sur le dessin de Noirot qui rassemble des armes et des objets divers (fig. 7, 12). Deux objets, une hache et une lance, inventoriées sous les numéros 011.1.111 (fig. 13) et 011.1272 (fig. 14) pourraient correspondre aux “haches et lances soninké” dessinées par Ernest Noirot (n°12 de la planche sur les armes et objets divers, fig. 7) mais l’évidence est moindre.

Fig. 12: sac en cuir, musée de musée de Bourbonne-les-Bains, inv. 011-1-175, ph. Musée de Bourbonne-les-Bains
Fig. 13: Hâche, musée de Bourbonne-les-Bains, inv. 011-1-111, ph. Musée de Bourbonne-les-Bains

Fig. 14: Lance, musée de Bourbonne-les-Bains, inv. 011-1-272, ph. Musée de Bourbonne-les-Bains

C’est aussi quelqu’un qui pourrait être lié à sa famille (une certaine Georgette Bartel en tout cas) qui a transmis (par achat ou don? la recherche est à poursuivre) quelques-uns des objets rapportés par Ernest Noirot aux collections nationales en 1935. Ces objets sont d’un tout autre type: il s’agit notamment de trois sculptures anthropomorphes en stéatite dites provenir de l’ethnie kissi, de l’actuelle Guinée (statuettes habituellement dites pomdo), ainsi qu’une maquette d’épée, grossièrement taillée, en bois. Conservées au musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie avant d’être transférées au musée du quai Branly-Jacques Chirac à sa création au début des années 2000, le dossier d’acquisition peut en tout cas être consulté aux archives du musée du quai Branly-Jacques Chirac de même que les objets dans la base de données en ligne des collections.

À voir dans le parcours permanent du Pôle culturel, musée de France et médiathèque de Bourbonne-les-Bains:

Parc du Château, 52400 BOURBONNE-LES-BAINS

Peintures d’Ernest Noirot:
  • « Cayor Poul Camp », inv. 011.1.66
  • « Maures Trarza, Camp d’Amar Saloum au puits de Tandallet », inv. 011.1.67
  • « Saint-Louis-du-Sénégal », inv. 011.1.301
  • « Tebekout, Sénégal », inv. 011.1.63
  • « Tour de Saldé, Tebekout, Sénégal », inv. 011.1.65
  • « Une rue à Sor, Sénégal », inv. 011.1.64
Parmi les items venant d’Afrique probablement acquis par Ernest Noirot:
  • Tête d’éléphant miniature, inv. 011.1.139
  • Deux haches, inv. 011.1.111 et 011.1.113
  • Carapace de tatou, inv. 011.1.140
  • Deux jouets en forme de fusil, inv. 011.1.115

Avec mes plus vifs remerciements à Laetitia Copeau, responsable du pôle culturel de Bourbonne-les-Bains, pour nos échanges ainsi que l’envoi des notices et des photographies des objets.

Pour aller plus loin:


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Eléments intéressants !
    Etude très bénéfique pour le musée de Bourbonne… Merci.

    Michel Thénard
    12, rue H. Walferdin 52400 Bourbonne-les-Bains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search