L’Afrique en musée – Introduction à projet de cartographie des collections d’objets africains en France

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la future cartographie en ligne « Le monde en musée »

Les collections d’objets africains dans les musées en France restent très peu connues. Ce billet lance une série de petits textes qui, une fois par semaine, en donneront un aperçu. Ces textes seront rassemblés sous la forme d’une cartographie qui sera mise en ligne au printemps 2021 par l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) en collaboration avec le Musée d’Angoulême (MAAM).

Les réserves des musées français contiendraient plus de cent cinquante mille objets provenant d’Afrique. Ce nombre est toutefois loin d’être réellement évalué bien que ces mêmes musées inventorient scrupuleusement leurs collections et procèdent à des récolements décennaux. Manque aujourd’hui autant une présentation des lieux où les objets sont conservés qu’une vue d’ensemble des collections en France. Le projet de cartographie en ligne des collections d’objets d’Afrique, développé à l’INHA, entend y remédier en présentant une description historique de chaque fonds. Sans prétendre présenter des études complètes, sauf quand elles ont déjà été faites et qu’il est possible d’en faire une synthèse, les fiches « collections » proposent de mettre en exergue les spécificités de leur constitution et des types d’objet qu’elle contiennent. Ces notices rassembleront ainsi les éléments à disposition pour pointer les recherches encore à mener, aussi bien sur les collections que sur les objets. Cette base de données exprimée sous forme cartographique pose ainsi de nouvelles bases pour une histoire des acquisitions des objets africains aujourd’hui en France, sur tout le territoire, et pour une étude des modalités d’une patrimonialisation des objets africains par les musées français.

Concrètement, cette cartographie prend en compte les fonds des collections publiques, ou de collections privées accessibles au public (au-delà des 1224 musées labellisés – en 2018 – « musée de France »), qui contiennent des objets africains créés depuis la fin de l’Antiquité jusque dans le courant du 20e siècle. Elle inclut dans son périmètre toute l’Afrique afin de dépasser la rupture saharienne qui a structuré l’organisation des collections comme les études universitaires mais est remise en cause par les recherches historiques menées sur cet espace.

En l’état actuel, sont répertoriés plus de deux cents musées qui possèdent un, dix voire jusqu’à quelques centaines et même quelques dizaines de milliers d’objets dans le cas du musée du quai Branly-Jacques Chirac (sur 121 millions d’objets de manière générale dans les musées de France). Ce nombre ne concerne que les musées aujourd’hui ouverts mais la cartographie en ligne esquissera aussi une histoire des collections en présentant des lieux actuellement fermés et les transferts d’objets. Au cours des dernières décennies, sans même parler des mouvements de collections depuis le 18e siècle, le paysage muséal s’est effectivement beaucoup transformé, rendant parfois difficile la localisation des objets quand nous connaissons ceux-ci par le biais de publications, catalogues d’expositions et éventuelles publications de recherche.

Dans son livre African art and artefacts in European collections: 1400-1800 paru en 2000, Ezio Bassani dénombrait quelque quatre-vingts objets africains entrés dans les collections françaises avant 1800. C’est dire l’ampleur de ce qui s’est passé dans les deux siècles suivants mais dont l’histoire reste à tracer précisément. Les chiffres sont effectivement loin de tout dire. Pour ce qui est des collections comme ensemble, nous connaissons – relativement – bien les butins de guerre ou celles de grandes missions scientifiques, ainsi que les conditions dans lesquelles elles sont arrivées en France même si, là aussi, les recherches doivent se poursuivre. Le reste – la majorité des objets des collections ?, en tout cas de celles des régions hors Paris – doit encore faire l’objet d’investigations systématiques pour cerner précisément ce qui est dans les collections et leur histoire au-delà des premières évidences (objets donnés par d’anciens membres de l’administration coloniale ou leur famille, pour un très grand nombre des objets du quotidien aussi variés soient-ils [de la lance à la cruche]).

En outre, si l’heure est en 2020 à la recherche de provenance et si celle-ci part d’Europe et/ou des collections de musée, elle ne doit pas s’arrêter aux rivages africains ou aux « lieux de contact » où la transaction s’est opérée que ce soit par butin, vol, don, échange, achat. Il faut bien sûr regarder et étudier ce moment, mais l’histoire ne commence ni ne s’interrompt là. Avant même d’être chargés dans les soutes de bateau ou d’avion, dans les coffres de caravanes chamelières ou motorisées, ces objets ont été produits, utilisés, transmis, échangés, perdus, retrouvés. Ils ont parfois déjà connu plusieurs vies sur lesquelles il faut aussi nous pencher. Il est donc important de comprendre un travail sur les provenances de manière large, incluant non seulement l’identification du propriétaire au moment où il y aurait eu acquisition d’un objet et son passage de l’Afrique vers la France et dans l’histoire des collections, mais aussi à partir de ce que les objets eux-mêmes peuvent dire, d’une part, de l’histoire des sociétés dont ils sont issus, et d’autre part de ce qui fait le patrimoine des pays africains aujourd’hui. Que ce soit pour ré-attribuer un objet à une origine, faire l’historique des provenances, et comprendre comment cet objet devient un objet patrimonial, il faut le replacer dans le contexte, ou les contextes, d’origine afin de voir quelle(s) place(s) il a occupé, quel rôle il a joué dans ces sociétés. Il faut ensuite replacer ces objets dans l’histoire de leur acquisition en périodes précoloniale, coloniale ou postcoloniale, pour mieux comprendre quels types d’objets sont acquis, pourquoi et comment. Les typologies d’objets contenus dans les collections montrent ce qui est, de fait, ainsi constitué par les musées d’Europe comme « patrimoine africain ». 

Si, depuis le début du 20e siècle, un certain monde de l’art tourne autour des objets conservés dans les collections occidentales, la recherche en archéologie, anthropologie et histoire de l’art, telle qu’elle est du moins pratiquée depuis des décennies dans les institutions de recherche, est résolument ancrée dans l’analyse des situations de production et d’usage en Afrique. Ce n’est toutefois ni les uns ni les autres qui sont notre propos ici mais la nécessité – de même que le devoir du chercheur qui est aussi citoyen – de se ressaisir, scientifiquement parlant, des objets dans les collections en France. La rareté des recherches sur les objets dits anciens ou précontemporains, nous a mené à développer un programme de recherche pour alerter le déficit d’approches historiques quand on en vient aux objets et essayer de réfléchir collectivement à comment inverser cette tendance. Au sein de ce projet intitulé « Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique (XIVe-XIXe siècle) » initié en 2017 avant – soulignons-le – le discours de Ouagadougou, nous mettons en place cette cartographie comme outil de recherche et passerelle entre monde des musées et institutions de recherche (quelle que soit leur localisation dans le monde). Au-delà, cette cartographie historique des collections, couplée à une histoire globale des objets, pose des jalons d’une analyse taphonomique du « patrimoine africain » et des relations internationales à travers une approche micro-historique des objets et des acteurs. 

Menée à partir d’un dépouillement approfondi de la documentation disponible, du bulletin des musées aux sites internet des musées, ainsi que par une consultation des responsables de collection, cette cartographie s’appuie aussi sur des initiatives antérieures. L’association MuseoArtPremier, présidée par Fabien Laty, avait lancé en 2005-2006 une base de données éponyme (avec, pour sous-titre, « les collections extra-européennes conservées par les musées français, database Afrique Amérique Asie Océanie »). L’annuaire kimuntu (« annuaire des collections extra-européennes françaises et des professionnels associés ») avait, lui, été développé entre 2008 et 2014 par Émilie Salaberry à partir du musée d’Angoulême. Par ailleurs, les bases de données nationales ou régionales des musées (Joconde, muséofile [regroupés depuis 2019 dans le portail POP – Plateforme ouverte du Patrimoine]), Alienor.org pour la Nouvelle-Aquitaine, Musenor pour les Hauts-de-France, Réseau Musées Normandie, le réseau des musées bretons Bretagne Musée, ceux de la région Centre, etc.) sont constamment approvisionnées de nouvelles notices et les objets africains y sont de plus en plus nombreux. Toutefois, alors que le ministère de la Culture avait diligenté un inventaire des collections océaniennes en France, mené à partir de 2004 par Roger Boulay (qui complétait, de fait, un premier inventaire du patrimoine kanak [1979-1998] repris entre 2011 et 2015 avec et sous la direction d’Emmanuel Kasarhérou [IPKD]), l’institution n’a jamais lancé de recensement similaire pour l’Afrique. Étienne Féau s’était toutefois attaché à décrire autant que possible les collections, en commençant par celles du sud-ouest de la France où il a été en charge du musée des Beaux-Arts d’Angoulême. Une entreprise collective sous la direction de Laurick Zerbini, enseignante-chercheuse à l’université Lyon-II, a été aussi menée entre 2005 et 2009 dans la région Rhônes-Alpes pour inventorier les collections africaines, océaniennes et amérindiennes. Elle a conduit à l’organisation de plusieurs expositions dans cette région et à la publication afférente de catalogues. L’inventaire est, lui, resté dans chaque musée concerné. Du côté des muséums, Josette Rivallain, enseignante-chercheuse au Muséum national d’histoire naturelle, a, elle, entrepris le catalogage de leurs collections. D’autres initiatives, plus localisées ont été entreprises sur lesquelles nous reviendrons au fur et à mesure de la présentation des collections.

La cartographie en ligne que nous préparons sera intitulée « Le monde en musée » et présentera de manière parallèle les fonds d’objets venant d’Afrique, d’une part, et ceux d’Océanie d’autre part. Cette mise en commun des ressources est pragmatique. Si notre objectif était de traiter des collections d’objets africains, la collaboration avec le musée d’Angoulême nous a conduit à doubler la cartographie en y insérant les collections océaniennes à partir du travail mené à l’origine par Roger Boulay, afin de lui donner une nouvelle visibilité. Son développement et sa mise à jour se font sous la direction d’Émilie Salaberry-Duboux directrice du MAAM, tandis que l’équipe de l’INHA prend en charge le répertoire des collections africaines. 

Il faut encore insister sur le fait que la notion de collections extra- ou non-occidentales est une catégorie hétéroclite utilisée dans le monde des musées pour rassembler sous un même chapeau des objets de provenances et d’époques très diverses. Le contenu de cette catégorie est aussi varié, incluant diversement les objets asiatiques selon qu’ils relèvent des Beaux-Arts ou des arts populaires, comprenant ou pas les objets égyptiens d’époque pharaonique, pour ne donner que ces deux exemples. Elle se justifie parfois a posteriori parce que l’origine des objets s’est parfois perdue. Si l’on ne connaît pas ces objets par d’autres biais, il peut être compliqué de savoir d’où ils viennent. Cela a été le cas de masques arrivés en France au 18e siècle, cela peut aussi être le cas d’objets de la vie quotidienne rapportés par des administrateurs alternativement en poste en Afrique et en Asie. Dans ces cas-là, cette catégorie « extra-occidentale » pourrait servir de salle d’attente à une réattribution des objets. Mais, et c’est le plus important, cette classification, qui peut se présenter comme utilitaire, reflète surtout fondamentalement un positionnement par rapport au monde. 

La cartographie « le monde en musée » prend certes acte de la réalité du classement des collections et du fait que les institutions muséales françaises ont traité de manière similaire tous les objets qu’elles considèrent comme extra-occidentaux. Mais il est aussi essentiel de montrer que cette catégorie « extra- ou non-occidentale / européenne » n’est pas celle de l’historien de l’Afrique ou de l’Océanie, entre autres, pour lequel elle ne fait pas sens, pouvant aussi aller jusqu’à masquer la possibilité d’une histoire aréale décentrée de l’Europe. Les collections « Afrique » et « Océanie » seront donc présentées dans des fiches séparées pour préparer un jour où nous n’aurons plus besoin de chercher un terme pour remplacer le problématique « extra-occidental » puisque nous ne l’utiliserons plus que pour désigner une réalité passée, dans un futur où les institutions se seront organisées autrement. 

Équipe du projet « Cartographie des objets africains dans les collections françaises »:

Le projet a été élaboré par Claire Bosc-Tiessé dans le cadre du domaine « Histoire de l’art, XIVe– XIXe siècle » dont elle a la charge à l’INHA depuis 2017. Il est mené avec les étudiants en contrat de recherche à l’INHA, en master (Floriane Philippe, monitrice étudiante en 2017-2018) ou en doctorat (Jacopo Ranzani [2017-2019], Louise-Elisabeth Queyrel [2018-2019], Camille Ambrosino [2019-], Coline Desportes [2019-], Yongsong Zheng [2019-]). Le projet se déploie en collaboration avec le Service Numérique de la Recherche, Antoine Courtin, son chef de service, et Pierre-Yves Laborde, chargé de ressources documentaires et numériques.

Quelques références bibliographiques pour commencer:

  • BASSANI Ezio, African art and artefacts in European collections: 1400-1800, édité par Malcolm McLeod, London, British Museum Press, 2000.
  • BOSC-TIESSÉ Claire & MARK Peter, « En quête d’une histoire des arts d’Afrique précontemporains. Réflexions préliminaires pour un état des lieux »Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, 10, 2019, https://doi.org/10.4000/afriques.2461
  • FÉAU Étienne, « L’art africain dans les collections publiques françaises, bilan et perspectives », Antologia di Belle Arti, 17-18, 1981, p. 45-63.
  • FÉAU Étienne, L’art africain dans les collections publiques de Poitou-Charentes. Catalogue de l’exposition, 1985-1987, Poitiers, Association générale des conservateurs des collections publiques de France, 1985.
  • RIVALLAIN Josette, Catalogue des collections africaines. Musée d’ethnographie de l’université de Bordeaux II, Bordeaux, École du service de santé des armées de Bordeaux, 1992.
  • RIVALLAIN Josette, Voyage dans les collections du Muséum d’histoire naturelle de Nîmes, Nîmes, Muséum d’histoire naturelle de Nîmes, 2018.
  • ZERBINI Laurick dir., L’Afrique de nos réserves : collections en Rhône-Alpes, Milan, 5 Continents, 2011.
  • ZERBINI Laurick, « Sur les traces des arts africains, XIXe-XXIe siècles », in Oissila Saaïdia & Laurick Zerbini dir., La construction du discours colonial: l’empire français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala, 2009, p. 63-88.
  • ZERBINI Laurick, L’Afrique noire en vitrine, Lyon 1860-1960, Paris, Hémisphères/Maisonneuve et Larose, 2019.

Sur l’inventaire du patrimoine kanak, voir au musée du quai Branly-Jacques Chirac l’exposition « Carnets kanak. Voyage en inventaire de Roger Boulay » jusqu’au 7 février 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search