Soutenance de Thèse – Hydraulique urbaine, hydraulique oasienne: archéologie d’une ville médiévale des marges sahariennes du Maroc. Hydrohistoire de Sidjilmasa et de la plaine du Tafilalt

Université Toulouse Jean Jaurès

Laboratoire TRACES / UMR 5806

Monsieur Thomas Soubira soutiendra sa thèse de doctorat:

Hydraulique urbaine, hydraulique oasienne : archéologie d’une ville médiévale des marges sahariennes du Maroc. Hydrohistoire de Sidjilmasa et de la plaine du Tafilalt

préparée sous la direction de François-Xavier Fauvelle (TRACES)

le lundi 12 février 2018, à 14 heure

Salle D29, Maison de la Recherche.

Université de Toulouse-Jean Jaurès. 5 allées Antonio Machado. 31058 Toulouse.

Jury: Elarbi ERBATI (Professeur, INSAP, Rabat, Maroc) rapporteur; Stéphane PRADINES (Associate Professor, Aga Khan University, London, UK) rapporteur; Claire-Anne DE CHAZELLES (Chargée de recherche, ASM, UMR 5140, Montpellier) examinatrice; Isabelle HAIRY (Ingénieure de recherche, Orient et Méditerranée, UMR 8167, Paris) examinatrice; Julien LOISEAU (Professeur, IREMAM, UMR 7310, Aix-en-Provence) examinateur; Caroline ROBION-BRUNNER (Chargée de recherche, TRACES, UMR 5608, Toulouse) examinatrice

La gestion de l’eau est un aspect central de la pérennité séculaire des oasis sahariennes et de leurs dynamiques économiques. En cette matière, il est important de faire la part entre les systèmes traditionnels et les systèmes «modernes» qui ont très largement bouleversé l’écosystème oasien. L’oasis du Tafilalt (Maroc), siège de l’émirat de Sidjilmasa et «port» du commerce caravanier entre le VIIIe et le XVe siècle, berceau de la dynastie alaouite du Maroc au XVIIe siècle, constitue un excellent observatoire de l’adaptation humaine en milieu aride. Afin de disposer de toutes les données nécessaires à notre réflexion sur l’hydraulique de Sidjilmasa, nous avons constitué un large corpus documentaire, issu du dépouillement de la littérature scientifique autour de la thématique générale de l’eau, focalisé principalement sur les études archéologiques, à travers un éventail de sites prospectés ou fouillés depuis le début du XXe siècle en Afrique du Nord, en péninsule Ibérique, au Proche-Orient et en péninsule Arabique. Il s’agit à la fois de constater le type de vestiges découverts, principalement en contexte urbain, ainsi que la façon dont leurs descriptions ont été réalisées et s’intègrent dans l’étude générale du site concerné. Sont abordées ensuite les techniques hydrauliques de mobilisation des eaux superficielles, de la maîtrise des crues grâce aux barrages de dérivation à la mise en place de territoires irrigués, puis des procédés d’exploitation des eaux à la fois superficielles et souterraines par puisage et par le moyen de galeries drainantes. Après une contextualisation du site archéologique de Sidjilmasa dans son environnement oasien, à savoir la plaine du Tafilalt, nous nous intéressons à la documentation écrite relative à la ville, depuis les chroniques médiévales (IXe-XVe siècles) jusqu’aux sources modernes et contemporaines (XVIe-XXe siècles) produites par des voyageurs et militaires européens ayant parcouru l’oasis. Nous dressons à partir de là un état des vestiges hydrauliques découverts depuis 2012 par la mission franco-marocaine sur le site médiéval de Sidjilmasa. Observables sur l’ensemble des zones de fouilles, ces structures peuvent être associées au captage, à l’adduction ou au stockage de l’eau, ainsi qu’à l’évacuation des eaux usées.

Elles témoignent, par leur qualité, de l’investissement manifesté en milieu urbain pour la gestion d’une eau si précieuse en zone aride. L’analyse et la description de ces structures, à la fois d’un point de vue technique et technologique, puis de leur insertion dans un contexte stratigraphique général, permet, en mobilisant également les données du corpus, de proposer des hypothèses fonctionnelles et une évolution des pratiques hydrauliques dans la Sidjilmasa médiévale. La partie finale de la thèse discute du fonctionnement d’une ville médiévale dans une oasis, de l’articulation entre une hydraulique urbaine et une hydraulique agraire, à travers les modes d’approvisionnement en eau et la transition entre les pratiques hydrauliques traditionnelles et la modernisation. Nous traitons notamment de la représentation symbolique de l’eau à Sidjilmasa, véhiculée depuis le Moyen Âge, et des changements dans les modes d’approvisionnement des populations locales au cours du temps, en nous basant sur les considérations archéologiques présentées durant tout ce travail de recherche et sur nos observations actuelles, afin de proposer un essai d’hydrohistoire du Tafilalt.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *