Projet BantuFirst (ErC 2018-2022)

BantuFirst : The First Bantu Speakers South of the Rainforest: A Cross-Disciplinary Approach to Human Migration, Language Spread, Climate Change and Early Farming in Late Holocene Central Africa

L’expansion bantoue n’est pas seulement le principal processus linguistique, culturel et démographique de l’Afrique de la fin de l’Holocène. Elle est également devenue l’une des questions les plus controversées de l’histoire de l’Afrique. Plusieurs générations de linguistes, d’archéologues, d’anthropologues, de paléo-environnementaux, de généticiens et bien d’autres ont tenté de répondre à la question de savoir comment la famille linguistique relativement jeune des Bantous (env. 5000 ans) pourrait s’étendre sur d’aussi grandes parties de l’Afrique centrale, orientale et australe. Mais cela a presque toujours été mené à partir d’une base mono-disciplinaire.

La synthèse actuellement acceptée propose un modèle dans lequel la dispersion de la langue bantoue est conçue comme le résultat d’un seul macro-événement migratoire entraîné par l’agriculture. Cependant, de nombreuses questions fondamentales sur le mouvement et la subsistance des locuteurs bantous ancestraux sont encore totalement ouvertes et ne peuvent être abordées que par une véritable collaboration interdisciplinaire, comme il est proposé ici. Dans le cadre de ce projet, des chercheurs possédant une expertise exceptionnelle en archéologie, en archéobotanique et en linguistique historique centrafricaine formeront une équipe interdisciplinaire unique en son genre pour mener ensemble des recherches sur les premiers villages bantoues au sud de la forêt équatoriale.

Des recherches archéologiques sur le terrain seront entreprises dans certaines parties de la République Démocratique du Congo, de la République du Congo et de l’Angola qui ne sont pas encore explorées par les archéologues afin de déterminer le moment, l’emplacement et la signature archéologique des premiers colons bantous de cette région et d’établir comment ils interagissaient avec les chasseurs-cueilleurs autochtones. Pour avoir une meilleure idée de leur subsistance, de leur régime alimentaire et de leur habitat naturel, une attention particulière sera accordée aux vestiges archéobotaniques et paléoenvironnementaux, dont l’étude en est encore à ses balbutiements dans les contextes archéologiques centrafricains. La recherche linguistique historique sera poussée au-delà des limites de la phylogénétique fondée sur le vocabulaire qui prévaut actuellement dans les études de classification bantoues et ouvrira de nouvelles voies dans le domaine de la reconstruction lexicale, en particulier en ce qui concerne les stratégies de subsistance et d’utilisation des terres des locuteurs bantous ancestraux. Grâce à une collaboration inter-universitaire avec des équipes d’experts, les données archéologiques, paléoenvironnementales et génétiques ainsi que la modélisation phylogénétique seront intégrées dans l’approche interdisciplinaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *