Histoire Générale de l’Afrique : des sirènes de l’«Afrique Globale» à l’anti-intellectualisme de la «coalition des artistes»

Les historiens de l’Afrique connaissent tous l’Histoire Générale de l’Afrique (HGA), conçue et rédigée par des historiens du monde entier entre 1964 et 1999, et réalisée sous l’égide de l’UNESCO. Aujourd’hui nécessairement un peu vieillis, les chapitres de ce projet éditorial collectif ne sont plus guère cités dans les bibliographiques scientifiques. Leurs auteurs avaient souvent signés des ouvrages ou articles de référence mieux connus des spécialistes et qui sont eux, encore mobilisés.

Si l’HGA était conçue comme une entreprise scientifique de vulgarisation, ses huit volumes papier assez couteux et volumineux dans le format d’origine l’ont cantonné aux rayons des bibliothèques universitaires et de recherche. Ce projet était-il destiné à connaître le déclin habituel des productions scientifiques ? L’UNESCO ne semblait pouvoir se résigner à cette obsolescence naturelle du savoir, symptôme et condition de son renouvellement. La vénérable institution avait donc entamé en 2009 ce qu’elle a nommé la « phase 2 » de l’HGA, visant à promouvoir les contenus produits les décennies précédentes, comme cela avait était prévu dans le projet initial (voir C. Maurel Cahiers d’Etudes Africaines 2014 pour un bilan analytique du projet). Il ne s’agissait donc pas pour l’UNESCO d’actualiser les recherches mais de les diffuser par différents moyens : numérisation, accès gratuit (voir par ex ici le pdf du volume 5 en français) , traduction en langues africaines (le même volume en swahili), production de versions abrégées et à prix réduit. Désormais, il est prévu une extension avec un neuvième volume dédié aux diasporas, ou plutôt à ce qu’il convient d’appeler l’«Afrique globale». Si la Lybie de Kadhafi et, dans une moindre mesure, le Vatican, avaient soutenu le financement de la première phase de l’HGA, c’est maintenant au tour du Brésil d’être le principal bailleur de l’UNESCO pour ce projet et de se faire le champion de l’africanité. Il y a là une certaine ironie à ce que l’Afrique comme concept englobant soit un outil stratégique avant tout pour ses marges géographiques. Cela fait bientôt dix ans que l’histoire africaine est au programme des établissements scolaires brésiliens, avec des biais qu’il serait intéressant d’analyser, en particulier la doxa voulant que le premier peuplement proto-historique du continent sud-américain fut africain, bien avant les traites atlantiques.

Les discours qui promeuvent cette seconde phase restent dans la ligne afro-centrée -au sens littéral du terme- du projet HGA et affirment la nécessaire « africanité » de la construction, de la promotion, de la défense de l’histoire africaine. Du projet initial, il est répété ad libitum que deux tiers des historiens étaient africains et les noms de J. Vansina et J. Devisse, pourtant chevilles ouvrières du projet, sont désormais passés sous silence.

Un aspect médiatisé de cette seconde phase de l’HGA retient aussi notre attention : la « Coalition des artistes pour l’ Histoire Générale de l’Afrique ». Créée en 2015, cette « coalition », aussi informelle que peu collective, est menée par le musicien congolais Ray Lema. Dans un entretien donné à l’UNESCO, il confie qu’il croit en une unité culturelle africaine, qu’il veut la promouvoir et même la créer dans le secteur de la musique. Il reconnaît que les volumes de l’HGA sont denses et exprime de la façon suivante le recours qu’il estime pouvoir être fait de cet ouvrage et les raisons pour lesquelles l’histoire doit être mobilisée :

« Pour nous, les Africains, il est vital de connaître notre passé pour panser les blessures qu’il nous a infligées et retrouver la foi en nous-mêmes. C’est fondamental pour surmonter le paradoxe du continent africain : être si pauvre, quand il est si riche. (…) Les artistes, qui sont par définition proches du peuple, ne sont-ils pas les plus indiqués pour faire passer ces messages ? Nous devons transmettre aux jeunes les valeurs véhiculées par l’Histoire générale de l’Afrique. (…) Nous avons besoin de l’UNESCO pour nous aider à extraire les idées clés de l’Histoire générale de l’Afrique, les messages que nous allons ensuite véhiculer par l’intermédiaire de nos œuvres. »

De quoi s’agit-il exactement ? De rendre cette histoire complexe, longue, hétérogène, à la documentation parfois difficile d’accès que l’HGA avait entrepris de synthétiser encore plus accessible au risque de la schématiser à l’extrême ? De simplifier un contenu scientifique en en extrayant des « valeurs » ? De passer outre l’aspect cumulatif et les doutes méthodiques du métier d’historien afin que les artistes africains versent dans le culturalisme ? Hélas oui. Les artistes ayant pris la parole au nom de cette coalition ont parlé de tout sauf d’histoire (voir un article du Monde ou encore les émissions « Mémoires d’un Continent » sur RFI). Identités, mémoires, blessures, africanité, revendication et/ou désir d’autonomie sont les thèmes qui viennent naturellement aux artistes « africains » utilisant cette plate-forme pour servir un discours qui sous couvert de vouloir « décoloniser » l’histoire, n’est en rien historien, et tout aussi misérabiliste que ce contre quoi les coalisé-es prétendent se battre.

Une preuve de plus que les discours dominants peinent à prendre en compte les travaux scientifiques, même quand ils prétendent les défendre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *