Archéologie africaine : état des lieux [2]

Congrès SAFA 2016 – Society of Africanist Archaeologists

Toulouse, France, du 26 juin au 2 juillet 2016

Zoom sur un panel de la SAFA : The empire of Aksum : Geography, history, precursors and successors

Parmi les nombreux panels qui ont émaillé les rencontres de la SAFA en juillet dernier, l’un d’eux a tout particulièrement retenu mon attention, puisqu’il portait sur l’empire aksumite entendu au sens large (avant, pendant et après Aksum), envisagé de manière symptomatique comme central par rapport aux périodes qui l’encadrent. Cette conception de la chronologie de l’histoire éthiopienne n’est pas propre aux organisateurs du panel qui ont tenté ainsi d’éviter de parler de période pré et post-aksumite, tout en induisant une histoire strictement enfermée dans un processus visant à la formation de l’empire aksumite et à son déclin. Certes, il est facile de remarquer les problèmes posés par ce titre et ses sous-entendus. Je ne doute pas que les organisateurs du panel, comme tous ceux qui travaillent sur le premier millénaire avant et le premier millénaire de notre ère ont eux-mêmes des soucis avec ces catégorisations chronologiques qu’ils continuent toutefois d’employer par commodité, faute de solution de remplacement. Mais certaines des présentations réalisées au cours de ce panel signalent que ce qui demeure central pour beaucoup d’archéologues travaillant sur l’Éthiopie septentrionale, ce sont les conditions d’émergence d’Aksum et la période aksumite elle-même (IIe-VIIe s. de notre ère). Le reste, pourtant les couches stratigraphiques supérieures, dégagées au cours de la fouille, étant jugé moins intéressant, voire non étudié.

L’objet de ce billet n’est pas de faire un compte rendu complet de ce panel, mais simplement de signaler tout d’abord le dynamisme des recherches actuelles menées sur ces périodes. Le panel réuni à l’invitation de Catherine d’Andrea, Michael Harrower et Cinzia Perlingieri tendait à signaler la recherche nord-américaine. Certaines équipes allemandes (notamment celle d’Iris Gerlach, Sarah Japp et Mike Schnelle travaillant à Yeha et Hawelti ainsi que l’équipe fouillant Ziban Adi près de Wuqro), parmi les plus actives aujourd’hui sur les recherches concernant le premier millénaire avant notre ère, n’étaient pas présentes. La césure entre archéologie africaine d’une part et archéologie orientale d’autre part, se perpétue, l’Éthiopie, on le sait, se trouvant toujours sur la frontière. Ce qui explique l’absence des équipes mentionnées ci-dessus qui travaillaient auparavant au Yémen et s’intéresse tout particulièrement aux relations entre la péninsule Arabique et la Corne de l’Afrique au premier millénaire avant notre ère.

Quatre projets d’envergure ont été présentés au cours de la matinée. Ils partagent tous une approche commune : l’idée est de comprendre comment la région du Tigré a été anthropisée, en s’intéressant à l’agriculture, aux faciès culturels des artefacts (céramiques, objets) pour réfléchir en termes d’échanges, et en particulier avec les régions de la péninsule Arabique (région où la plupart des équipes concernées par ces travaux fouillait auparavant et qui reste le point focal de leur questionnement), au commerce (grattoirs notamment). Leurs travaux tendent donc à comprendre l’occupation humaine antérieure à la formation de l’État aksumite. Pour certaines équipes, en particulier celle de Catherine d’Andrea et celle de Michael Harrower, l’objectif est de comprendre les conditions d’émergence d’Aksum. Pour les autres (Iwona Gajda et Anne Benoist, Paul Yule), l’objectif est plutôt de trouver des sites permettant de réfléchir aux formations politiques antérieures à Aksum et en relation avec la péninsule Arabique.

Les résultats, comme souvent en archéologie, ne sont pas forcément ceux attendus. Ce n’est à vrai dire pas un problème dans la mesure où il y a des résultats, encore faut-il accepter de basculer vers les périodes et les problématiques qu’ils pointent. Ce processus n’est pas achevé dans le cas de deux des projets : à Beta Semati (Harrower) et à Mifsas Bahri (Yule), les équipes ont fouillé des églises. Les données recueillies sont considérables, à condition de s’intéresser à ce dont témoignent la présence de ces églises, leur datation, leurs différentes phases d’occupation, les pratiques funéraires observées dans les tombes fouillées… Autant d’éléments relevés en fouille, mais un peu mis de côté pour le moment par ces équipes qui restent focalisées sur la question de l’occupation humaine et de la formation des États. Comme si le christianisme n’avait pas été, en Éthiopie, un instrument puissant au service d’un projet politique.

Il faut attendre la publication de ces données pour pouvoir intégrer celles-ci à l’état de nos connaissances. Et signaler que le projet dirigé par Paul Yule et Michela Gaudiello à Mifsas Bahri vient de sortir sa toute première publication, sous la forme d’un rapport très détaillé des fouilles menées entre 2013 et 2016 et des premières analyses du mobilier, de la céramique et des sépultures (M. Gaudiello, P.A. Yule, Mifsas Bahri : a Late Aksumite Frontier Community in the Mountains of Southern Tigray. Survey, Excavation and Analysis, 2013-16, Oxford, BAR International Series 2839, 2017. Il est regrettable toutefois que les auteurs se soient contentés de lire des travaux sur l’archéologie pré-aksumite et aksumite, sans regarder ce qui a pu se faire récemment sur des périodes postérieures, car une grande partie de leurs données sont de fait relatives à ce que l’on déjà appelé le Haut Moyen-Âge éthiopien (cf. M.-L. Derat, F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Poissonnier, « Introduction. La culture Shay, chaînon manquant de l’histoire éthiopienne », en collaboration avec, in La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles). Recherches archéologiques et historiques sur une élite païenne, F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Poissonnier (dir.), Paris, De Boccard, Annales d’Éthiopie Hors-Série n°3, p. 18-19). Mais il est certain que tous ces nouveaux chantiers vont considérablement changer notre manière d’envisager l’histoire du premier millénaire de notre ère sur les hauts-plateaux éthiopiens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *