Afriques, n°07 | 2016 : L’écrit pragmatique africain

Sous la direction de Anaïs Wion, Sébastien Barret et Aïssatou Mbodj-Pouye.

L’« écrit » constitue un objet de recherche autant qu’un point d’entrée pour l’analyse des sociétés et de leurs dynamiques historiques. L’état des recherches et des réflexions est particulièrement riche et foisonnant, notamment en ce qui concerne les historiographies occidentales. Qu’en est-il plus particulièrement des travaux sur les pratiques d’écriture et leurs usages sur le continent africain pour les périodes anciennes et modernes (hors du champ des productions écrites coloniales) ? À un moment où les renouveaux historiographiques ont largement permis de repenser les objets de l’histoire, comment des méthodes classiques et venues d’horizons disciplinaires divers (histoire médiévale et sciences dites auxiliaires, anthropologie et sociologie, linguistique) ont-elles – ou n’ont-elles pas – modifié le regard porté sur les usages de l’écrit en Afrique ? L’étude de l’écrit en Afrique, lorsqu’il est produit avant la période coloniale, connaît deux mutations épistémologiques majeures. Tout d’abord, elle semble sortir de l’emprise d’une tradition érudite et orientaliste, traduisant et éditant l’arabe classique, l’hébreu ou encore le guèze, et pour laquelle le texte a une valeur en soi, son étude ne débouchant pas en premier lieu sur une analyse historienne problématisée. Il a fallu effectivement, au cours des XIXe et XXe siècles, découvrir les textes, les comprendre, les contextualiser, les rendre disponibles, pour ensuite, une fois l’effet de masse obtenu, les analyser. Ensuite, notre connaissance des corpus de textes s’étend. C’est d’abord le fait de la mise au jour de nouveaux ensembles. On pense à l’engouement de ces dernières décennies pour les « manuscrits de Tombouctou ». Des progrès ont été faits dans la compréhension des cultures matérielles de l’écrit, par exemple en ce qui concerne le marché trans-saharien du livre. Certains travaux de longue haleine permettent de renouveler les typologies documentaires, tels ceux de Paulo Fernando de Moraes Farias sur les chroniques et les inscriptions épigraphiques maliennes ou ceux de Manfred Kropp sur les recueils administratifs de la cour éthiopienne. C’est ensuite grâce à la poursuite d’un patient travail de compréhension de corpus complexes – comme ceux conservés dans la genizah du Caire. Enfin, la numérisation croissante des textes manuscrits ainsi que leur mise à disposition permettent un accès facilité à la documentation. Sans prétendre donc embrasser le très vaste ensemble des phénomènes scripturaires africains anciens, ce dossier d’Afriques rassemble des contributions qui reposent sur l’analyse d’une variété de textes qu’il nous a paru pertinent de réunir sous la dénomination d’« écrit pragmatique ».

Lire le n°7 de la revue Afriques


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *